skip to content
Date
03 août 1952
Tags
Helsinki 1952

Mangiarotti, la fine lame au long cours

Est-il seulement né, l’escrimeur qui aurait pu battre Edoardo Mangiarotti ? Le légendaire italien a 33 ans lorsqu’il foule les pistes d’Helsinki. Il a déjà connu les Jeux pendant la moitié de sa vie, puisqu’il a débuté, adolescent, aux Jeux de 1936 à Berlin.


Il a tiré à la fois dans les épreuves individuelles et par équipes, tant au fleuret qu’à l’épée. Mais en quatre tentatives réparties sur deux Jeux, il n’a encore jamais gagné de médaille.

Va-t-il poursuivre cette série malencontreuse en Finlande ? Toujours est-il que Mangiarotti corse un peu plus son défi. En Finlande, il s’engage en effet dans les quatre épreuves qui s'ouvrent à lui, un programme épuisant à la clé.

Sa vie n’est cependant qu’escrime. Son père Giuseppe a été champion national à 17 reprises et a entraîné méticuleusement ses fils à sa suite. Dario, l’aîné, a également atteint le sommet de la discipline, mais c’est Edoardo qui est véritablement le plus brillant. Il gagne ainsi son premier titre national à 11 ans à peine. Droitier naturel, son père lui a appris à combattre de la main gauche, pour lui offrir, selon lui, un avantage en compétition.

À Helsinki, Mangiarotti est probablement au sommet de sa forme et il est impérial l’épée à la main. Il démarre plutôt doucement dans la compétition individuelle, mais il prend ensuite le contrôle de l’épreuve, alignant sept victoires pour décrocher une médaille d'or incontestable. Son frère Dario obtient pour sa part l'argent.

Les deux frères unissent leurs forces dans l’épreuve par équipes. La France, tenante du titre, disparaît prématurément à la surprise générale, et ils conduisent l’Italie vers la victoire lors du match décisif qu’ils remportent face à la Suède 8-5. Le Suédois Bengt Ljundquist a toutefois fait bonne figure en remportant tous ses assauts. Il tirera dans trois Jeux Olympiques avant de revenir en 1964, dans l’épreuve de dressage !

Les frères Mangiarotti comptent désormais à eux deux trois médailles d’or et une d’argent, mais Edoardo n’en a pas encore terminé. Au fleuret, il obtient l’argent, tant en individuel que par équipes, et poursuit ainsi sa remarquable série : il a gagné une médaille dans chaque épreuve à laquelle il a pris part.

Il gagnera encore trois médailles d’or, une d’argent et une de bronze lors des deux Jeux suivants, avant de se retirer de la compétition olympique à l’âge de 41 ans. Sa fille Carola défendra les couleurs italiennes en escrime aux Jeux Olympiques de 1976 et 1980.

back to top