skip to content
Date
28 août 2004

Mamie Holmes s’envole vers une double gloire

Avant de fréquenter assidûment les pistes d’athlétisme, Kelly Holmes était monitrice de conditionnement physique dans l’armée anglaise. Mais un jour, l’une de ses élèves et rivales se qualifie pour les Jeux Olympiques de 1992 à Barcelone et Kelly décide sur-le-champ de devenir athlète à plein temps.


Quatre ans plus tard, Kelly Holmes termine quatrième du 800 m à Atlanta, puis troisième à Sydney 2000 où elle atteint également la finale du 1 500 m. Bien qu’elle ait déjà 30 ans à ce moment-là, elle est persuadée qu’elle progresse et lorgne fixement des lauriers plus prestigieux en 2004 à Athènes.

Dans la ligne droite menant aux Jeux, Kelly Holmes vit et s’entraîne avec l’une de ses adversaires les plus proches, la star mozambicaine Maria Mutola, championne olympique en titre du 800 m. Les deux amies sont conscientes qu’Athènes représente peut-être leur ultime chance de gloire olympique.

Kelly Holmes a 34 ans lorsqu’elle arrive dans la capitale grecque, et à cet âge, personne n’a encore jamais remporté ni le 800 m ni le 1 500 m. Elle n’en est pas moins déterminée et concentrée. Il faut dire que la Britannique est également réputée pour sa pointe de vitesse finale, qui est devenue sa meilleure arme.

Le 800 m se dresse d’abord sur sa route. La finale débute sur un rythme rapide, sous l’impulsion de l’Américaine Jearl Miles-Clark qui se porte en tête dans le premier tour. Lorsque le peloton entre pour la première fois dans la ligne droite, Kelly Holmes pointe en dernière position. Pire, à 200 m de l’arrivée, l’Américaine est toujours devant. Elle sent cependant le souffle du peloton sur sa nuque et, à l’entrée de la dernière ligne droite, Maria Mutola la déborde, suivie comme son ombre par Kelly Holmes. La Britannique produit alors son effort et passe, alors que Maria Mutola est également dépassée par la Marocaine Hasna Benhassi et par la Slovène Jolanda Čeplak qui se rapprochent toutes deux de Kelly Holmes. C’est toutefois cette dernière qui franchit la ligne d’arrivée la première, totalement aux anges.

Cinq jours plus tard, Kelly Holmes utilise la même tactique lors de la finale du 1 500 m. Elle en garde sous les pointes durant la plus grande partie de la course, réservant ses forces pour le sprint final : à un moment, elle ferme même la marche. À 200 m du but, elle est encore cinquième si bien que les observateurs se demandent si elle n’a pas un peu trop présumé de ses forces.

Son pouvoir d’accélération est-il si irrésistible que cela ? Elle fournit une réponse positive en donnant tout dans le dernier virage pour se porter aux commandes, sans jamais rien lâcher. Elle s’impose de 22 centièmes, devenant ainsi la championne olympique du 1 500 m la plus âgée, lors d’une semaine où elle était déjà devenue la médaillée d’or la plus âgée de l’histoire du 800 m.

back to top