skip to content

Malgré le contexte actuel, le champion de BMX Sylvain André continue de poursuivre son rêve olympique

Après avoir été premier remplaçant de l'équipe de France masculine de BMX lors de plusieurs éditions des Jeux Olympiques, Sylvain André ne voit pas d'inconvénient à patienter un an de plus pour concrétiser son rêve olympique. De plus, avec un garage rempli d'équipements sportifs, le champion du monde 2018 sera gonflé à bloc et prêt à donner le meilleur de lui-même lors des prochaines compétitions...



Comme tout un chacun, Sylvain André est atterré par l'impact qu'a la pandémie de COVID-19 sur notre quotidien à l'échelle planétaire, mais décidé à s'en tenir à ce qu'il peut contrôler, la star française du BMX utilise son temps à bon escient en attendant avec impatience des jours meilleurs.

"Je pense qu'en tant qu'athlètes, nous sommes préparés à nous adapter à n'importe quelle situation", déclare Sylvain. "Nous avons appris que les Jeux étaient repoussés à 2021 mais, en ce qui me concerne, cela ne change pas grand-chose.

Même si les Jeux olympiques se tenaient en 2020 comme prévu, je participerais à des compétitions en 2021, même sans être qualifié ou avoir remporté l'or.

Sylvain André BMX Getty Images

Je suis extrêmement motivé à l'idée de participer aux JO de Tokyo. C'est sans doute ma dernière chance de participer aux Jeux Olympiques après avoir été deux fois remplaçant. Sans vouloir paraître arrogant, je sais désormais que je peux aller loin et que j'ai une bonne chance de décrocher une médaille car j'y suis déjà parvenu. J'attends donc ces Jeux avec beaucoup d'impatience."

Sa confiance semble justifiée. Depuis les Jeux de Rio en 2016, Sylvain André a enchaîné les performances, à un niveau auquel peu de sportifs au monde, hommes ou femmes, peuvent prétendre. Après une première victoire en mai 2017 lors de la Coupe du monde dans la catégorie Élite, le Français est monté à sept reprises sur le podium et a remporté une victoire supplémentaire, ce qui lui a valu le titre pour la saison 2017.

En plus de s'imposer comme l'un des meilleurs athlètes du monde, épreuve après épreuve, il a aussi prouvé qu'il était toujours à la hauteur dans ce type de compétition ponctuelle de grande intensité, où les athlètes jouent le tout pour le tout. Il a d'abord remporté la médaille d'argent lors du Championnat du monde en 2017, avant de décrocher l'or en 2018 et le bronze en 2019.

Sylvain André BMX Getty Images

"Je ne sais pas vraiment d'où est venu le déclic, car je n'ai pas changé mes habitudes", s'étonne Sylvain André. "J'ai suivi le même entraînement avec le même coach, je vis et m'entraîne toujours au même endroit... Rien n'a changé. Je savais que j'avais toutes les compétences nécessaires, mais décrocher la victoire, c'est franchir un cap.

Mes débuts difficiles m'ont donné un avantage. Je sais ce qui ne va pas et je peux retourner la situation pour monter sur le podium, même les mauvais jours."

Tout comme ses pairs, l'athlète de 27 ans refuse de laisser le confinement entamer sa forme physique ou sa confiance en lui.


"J'ai un garage rempli d'équipements sportifs. J'ai acheté quelques machines supplémentaires avant le confinement, donc j'ai tout ce dont j'ai besoin", se félicite le champion, enfermé chez lui avec sa compagne et leur petite fille. "Comme il n'y a pas grand-chose à faire en ce moment, je passe tous les jours du temps dans le garage. Une chose est sûre, je serai en forme pour affronter ce que l'avenir me réserve."

Lorsque les compétitions reprendront, Sylvain André sait que les enjeux seront considérables. La crème des athlètes mondiaux devra s'adapter rapidement à un nouveau calendrier et pointer le 23 juillet 2021 comme nouvelle date fatidique. Heureusement, c'est dans ce type de situation qu'il est le meilleur.

"Mon avantage, c'est qu'alors que certains athlètes dans tous les sports connaissent des difficultés, je suis plus rapide que jamais quand je suis sous pression", confie-t-il. "Mon secret ? Je n'en ai aucune idée. Je pense uniquement à l'aspect positif de la pression, aux spectateurs, à l'événement. Tout cela me donne un élan supplémentaire."

 

Tokyo 2020 will mark BMX’s fourth appearance at the Olympic Games, and André is a stirring legacy of the move to give the discipline space on the world’s biggest sporting stage. Not that he knew it at the time.

Tokyo 2020 marquera la quatrième participation du BMX aux Jeux Olympiques et Sylvain André a joué un rôle majeur en offrant une meilleure visibilité à cette discipline sur la plus grande scène sportive mondiale. Non pas qu'il en ait eu conscience à l'époque.

"J'avais 16 ans et les épreuves se déroulaient le matin [à Beijing en 2008], c'est-à-dire pendant la nuit en Europe. Je crois bien que nous sommes restés debout trois nuits d'affilée", se souvient André. "C'était fantastique ! J'étais un grand fan, mais à cette époque, je ne réalisais pas encore que je pouvais en faire mon métier et vivre de ma passion.

Sylvain André BMX Getty Images

J'étais l'un des gamins de 16 ans les plus prometteurs au monde, mais je ne savais pas comment ces choses-là fonctionnaient. Je suis resté dans ma petite ville du sud de la France, en me contentant de m'entraîner de mon côté et d'assister aux courses. Jamais je n'aurais imaginé que deux ans plus tard, j'affronterais le gars que je regardais à la télévision."

En 2014, Sylvain André, alors adolescent, participe à la Coupe du monde. Bien qu'il lui ait fallu un certain temps pour passer de jeune athlète prometteur à l'un des plus grands champions du monde, son entrée annonçait un changement radical. Après avoir lutté pour être représentée lors des grandes finales masculines, la France s'est soudain hissée sur le podium grâce à la victoire de Joris Daudet au Championnat du monde de 2016. Un an plus tard, André et Daudet finissaient respectivement deuxième et troisième de la compétition, avant de gravir chacun une marche supplémentaire du podium en 2018.

Comme le souligne Sylvain André, une réussite en appelle une autre. "Quand ils nous ont vus, ils ont pensé 'Oui, c'est possible'", explique-t-il. "Nous ne sommes pas vraiment plus rapides que les autres, mais c'est un bon groupe, et quand l'un réussit, les autres veulent réussir aussi."



C'est pour cela que les places olympiques sont si chères dans l'équipe de France masculine. La saison dernière, six coureurs d'élite français ont participé à la finale de la Coupe du monde. Pourtant, Sylvain André, classé deuxième de la saison lorsque la compétition a été suspendue, ne compte pas manquer encore une fois la médaille d'or.

"Je ne suis pas le plus puissant ni le plus doué, mais je suis plutôt bon sur la piste et vers la fin de la course", assure l'athlète de 27 ans. "Je peux rattraper du temps dans la deuxième partie de la course, ce qui m'a permis de décrocher de belles victoires et de bons scores. C'est plutôt pratique.

J'étais impatient de voir arriver le mois d'août 2020 et de faire une pause, mais je vais me donner à fond une année de plus, et peut-être faire simplement une pause plus longue après 2021." 

back to top En