skip to content
Date
11 févr. 2002
Tags
Salt Lake City 2002 , Actu CIO , Suède , Biathlon

Magdalena Forsberg ouvre enfin son compteur olympique

Magdalena Forsberg est largement considérée comme la biathlète numéro un de sa génération et, à la veille de Salt Lake City, elle est en passe de remporter la Coupe du monde pour la sixième fois consécutive. Elle n’a pourtant jamais vraiment réussi à traduire sa forme en succès olympiques, si bien que son principal objectif en arrivant aux États-Unis est de remporter sa première médaille aux Jeux.


La Suédoise est issue du ski de fond et a même fait partie de l’équipe nationale. Elle a connu des succès à répétition et a terminé notamment à la deuxième place des Championnats du monde de 1987 avec le relais. Elle est cependant revenue bredouille des Jeux d’hiver d’Alberville 1992 et a décidé dans la foulée de franchir le pas et d’opter pour le biathlon.

Magdalena Forsberg a montré tout de suite des dispositions naturelles pour le tir et sa vitesse sur les skis, combinée à la précision de son tir, l’ont rapidement propulsée au sein de l’élite mondiale du biathlon. Dès 1997, elle devient double championne du monde et lorsque sonne l’heure des Jeux de 2002, son compteur affiche pas moins de six titres mondiaux, ainsi que six victoires consécutives au classement général de la Coupe du monde.

À Nagano 1998, elle a eu beaucoup de mal à être à son meilleur niveau en biathlon, se contentant d’une dixième place dans le relais 4 x 7,5 km. En fait, son meilleur résultat au Japon est venu du ski de fond, où elle a terminé huitième. Dans les semaines qui précèdent Salt Lake City, elle ne sait que trop qu’à 34 ans, c’est probablement sa dernière chance de monter sur un podium olympique.

Sa première épreuve est le 15 km dans lequel elle se montre la skieuse la plus rapide, avec un temps de 46’08’’03, soit cinq secondes de mieux que quiconque. Toutefois, cette avance s’est quelque peu réduite au pas de tir, puisque deux cibles manquées lui ont coûté deux minutes supplémentaires. En revanche, l’Allemande Andrea Henkel, qui a skié plus lentement, n’a raté qu’un seul tir, tout comme la Norvégienne Liz Grete. Ce sont donc ces deux femmes qui héritent respectivement de l’or et de l’argent, tandis que Magdalena Forsberg récolte le bronze. Petite consolation : elle a enfin décroché une médaille olympique.

Elle n’aura pas à attendre longtemps pour obtenir la suivante. Dans le sprint 7,5 km, la route de l’or lui est barrée à nouveau par une adversaire moins huppée, l’Allemande Kati Wilhelm. Comme la Suédoise, cette dernière est également un transfuge du ski de fond, mais elle passe pour être plus faible au tir que son adversaire.
Pour une fois, cependant, Kati Wilhelm réalise un carton plein, tandis que Magdalena Forsberg manque une cible et doit se contenter à nouveau du bronze, derrière une autre Allemande, Uschi Disl.

back to top