skip to content
Thomas Lovelock YIS/IOC

Luge à Lillehammer 2016 : danse avec les stars de demain


Une Canadienne qui danse avec sa luge, un Letton ultra-rapide qui assume son statut de favori, et une équipe mixte d’Allemagne surpuissante, voilà ce que les spectateurs massés au bord la piste de glace du Centre Olympique de glisse ont vu durant ces JOJ !

Brooke Apshkrum © Jon Buckle YIS/IOC

La Canadienne Brooke Apshkrum a atteint une moyenne de 115.2 km/h dans son 2e run, signant un chrono canon de 52.861 qui lui a permis de dépasser la championne du monde junior allemande Jessica Tiebel et l’Autrichienne Madeleine Egle pour emporter une surprenante médaille d’or. Brooke est une pionnière : son pays n’avait jamais gagné de médaille olympique en luge.

La championne de 16 ans originaire de Calgary a révélé après sa victoire qu’elle considère ses descentes à haute vitesse sur les toboggans de glace comme une « danse avec sa luge ».

« Ce n’est pas la vitesse que j’aime le plus, mais les sensations que procurent les descentes. C’est comme danser avec votre luge. C’est si bon ! Vous ressentez chaque moment, vous sentez la pression sur vous aussi. Vous ne remarquez pas que vous allez vite. Ca a même l’air plutôt lent. Je pense à 10 choses en même temps dans un virage. Il y a un aspect intemporel ! », a dit Brooke, qui a finalement devancé Tiebel de 071/100e et Egle de 241/100e.

Brooke Apshkrum © Jon Buckle YIS/IOC

Kristers Aparjods comme à la parade

Solide gaillard, le Letton Kristers Aparjods n’a certes pas l’air d’un danseur classique, mais il a prouvé qu’il était un des meilleurs juniors au monde. Aparjods a assumé son statut de favori dès le premier des six entraînements. L’athlète qui a fêté ses 18 ans le 24 février a également dominé les 3e, 4e, 5e et 6e descentes d’entraînement !

A 119,6 km/h de moyenne lors de la première manche de la finale, le 14 février, par un beau soleil et sous les yeux du président du CIO Thomas Bach, venu se mêler aux nombreux fans présents au bord de la piste, Kristers Aparjods a pris les devants. Mais sans creuser de gros écarts sur ses poursuivants immédiats. Ils étaient en fait trois concurrents à avoir dévalé le toboggan de glace en moins de 48 secondes. Aparjods (47.691), le Russe Evgenii Petrov (47.979) et l’Allemand Paul-Lukas Heider (47.999), regroupés en 3/10 de seconde.

Reid Watts © Thomas Lovelock YIS/IOC

Dans la manche finale, le Canadien Reid Watts a réalisé une belle performance lui permettant de remonter du 5e rang pour accrocher la médaille de bronze. Evgenii Petrov a commis une erreur en fin de parcours qui lui a fait perdre toute sa vitesse et ses espoirs de podium. Paul-Lukas Heider est ensuite venu se placer au premier rang grâce à un nouveau « run » en moins de 48 secondes, puis Kristers Aparjods a pris son élan. Il s’est à nouveau montré le plus rapide, signant le meilleur chrono de toutes les descentes effectuées depuis le premier jour d’entraînement (47.618) pour une victoire imparable, 646/100e devant Heider, suivi de Watts à 685/100e. 

« C’est un sentiment fabuleux, impossible à décrire. Tout est génial ici. Le temps est superbe. Et je gagne la médaille d’or… c’est fantastique ! Il y tous ces fans, mes amis sont là, c’est si bon…. » s’est exclamé un Kristers Aparjods particulièrement ému.

Le relais allemand s’impose à la fin

La puissante école de luge allemande a dû se contenter de la médaille d’argent dans le double hommes, où les Italiens Felix Schwarz et Lukas Gufler l’ont emporté sans discussion possible en dominant les deux manches, terminant avec une belle avance de pratiquement une seconde (854/100e) sur Hannes Orlamünder et Paul Gubitz. Les Russes Vsevolod Kashkin et Konstantin Korshunov ont fini en bronze à 1.012.

Paul-Lukas Heider © Pietro Montanarella YIS/IOC

Lors de la dernière compétition, le relais mixte par équipes disputé le 16 février, les lugeurs allemands Jessica Tiebel, Hannes Orlamünder et Paul-Luka Heider ont réussi à s’imposer de justesse devant la formation russe, battue de 188/100e. Le relais italien a fini troisième.

Au milieu des cris de joie à l’arrivée, la maman de Heider, Sybille, bénévole sur ces JOJ, a fondu en larmes. Son émotion intense résumant bien l’ambiance qui a régné durant les compétitions. « Ce n’est pas rien. Nous mettons notre coeur et notre âme dans la luge, et nous adorons ce sport. Tout faire comme ça sur une seule journée, c’est génial ! »

Equipe Allemagne © Pietro Montanarella YIS/IOC

back to top En