skip to content
Date
13 oct. 2014
Tags
Nanjing 2014 , JOJ , Actu CIO

Lucie Décosse, athlète modèle à Nanjing : « Une magnifique expérience »

La championne olympique de judo 2012 et triple médaillée d’or mondiale française Lucie Décosse a fait partie des 38 athlètes modèles venus à Nanjing pour partager les valeurs olympiques et transmettre leur expérience. Elle raconte cinq journées intenses auprès des jeunes athlètes. 


Pour Lucie Décosse, les Jeux Olympiques de la Jeunesse de Nanjing 2014, c’est tout d’abord une impression : « Grandiose ! Une cérémonie d’ouverture incroyable... La vie au Village aussi. Avec un concept particulièrement intéressant. D’un côté, une vraie pression sur les athlètes d’un point de vue sportif. Et de l’autre, cette dimension culturelle et éducative où durant les douze journées, ils pouvaient profiter de toutes les activités et ateliers, tandis que nous étions là pour les guider ».


Pour la championne olympique 2012, un certain nombre de jeunes athlètes sont déjà au niveau mondial, ils ont « la classe senior ». Mais comme elle l’explique, « pour eux il n’y avait pas que l’enjeu sportif, il y avait cette notion de participation avec un message central qui était « continuer le sport », en se prémunissant des principaux dangers comme le dopage et la violence, en abordant la gestion, la suite et l’après  carrière sportive, en embrassant l’ensemble des valeurs olympiques pour pouvoir ensuite les partager ».

En pratique, Lucie Décosse a notamment participé au forum « discussion avec les champions », elle raconte : « Nous étions trois, avec la championne de rugby et de bobsleigh canadienne Heather Moyse et le nageur australien Patrick Murphy. Tous avec un parcours différent, susceptible de toucher un maximum de jeunes athlètes. Par exemple, ce qui est intéressant avec Heather, c’est qu’elle s’est consacrée pleinement à ses études jusqu’à l’âge de 27 ans, elle est devenue ensuite sportive de haut niveau et a tout gagné. Pour ma part, j’ai commencé le judo à 6 ans, et à partir de là, cela a été ma seule priorité. Des parcours différents, mais au final, nous sommes toutes deux championnes olympiques ! »

« Nous étions là, trois athlètes modèles au parcours accompli à avec une tête bien faite, cela démontrait que la réussite sportive se construit, et que même si on ne réussit pas, on aura au moins appris quelque chose, et il ne faudra pas lâcher, il faudra rebondir, réessayer, persévérer ». 

Initiation au judo pour tous

Dans les échanges avec la salle, Lucie s’amuse d’une question qui lui a été posée : « Est-ce que tu as ressenti le stress ? », à quoi elle a répondu : « Eh bien oui, tant que tu feras de la compétition, tu seras stressé ! ». Elle explique également qu’elle a pleinement pu tenir son rôle d’athlète modèle car sa carrière sportive est désormais derrière elle. « Il y avait parmi mes « collègues » des champions encore en activité, mais pour moi, cela aurait été compliqué. J’aurais imaginé prendre des risques en livrant mes secrets, j’aurais eu peur de me dévoiler face à de potentiels adversaires sur le tatami ! Aujourd’hui, j’ai vécu mon premier grand moment de « retraitée ». Je me suis sentie capable de parler, d’aider, de transmettre, à l’occasion de cette mission initiale à un niveau international ».

Ainsi, quand la jeune judoka chinoise Liu Xiaoyu a pris le micro pour lui demander si elle pouvait l’entraîner, Lucie a immédiatement répondu « Bien sûr ! Je fais des initiations au judo tous les matins à partir de 8h30. Venez me rejoindre ! ».

Lors de ces initiations, Lucie a remarqué que les athlètes qui venaient enfiler le kimono n’étaient pas que des judokas. « J’ai vu des rameurs, des taekwondoistes venir s’entraîner avec moi, repartir à 9h30, et aller sur leurs compétitions à 10h ! C’était cool ! ».

Lucie et ses amis athlètes modèles ont également été présents sur tous les ateliers, protection de l’environnement, prévention du dopage, prévention des blessures, carrière sportive, alimentation saine etc… par système de rotation : une activité différente chaque jour. En cinq journées de présence, son programme a été sans temps mort ! « Cette sensation d’aider, de transmettre, de partager, cette mission consistant à représenter le judo, le sport féminin.. et la France, cela a été une magnifique expérience ».

back to top