skip to content
Date
26 août 2014
Tags
Nanjing 2014 , JOJ , Actu CIO

Lors de l’avant-dernier combat de la session, Grace Jacob Bullen (NOR) a empoché la victoire dans la catégorie des 60 kg en 1’11’’.

Le programme de lutte libre féminine de Nanjing 2014 s’est achevé sur un rythme effréné le 26 août, puisque les deux dernières finales ont duré moins de deux minutes.


Lors de l’avant-dernier combat de la session, Grace Jacob Bullen (NOR) a empoché la victoire dans la catégorie des 60 kg en 1’11’’.

Toutefois, cette victoire expéditive avait tout du train de sénateur, comparée aux 35’’ qu’a mis la Russe Daria Shisterova pour battre Tugba Kilic (TUR) et gagner la médaille d’or des 70 kg.

« Je n’arrive pas encore à croire que je suis championne olympique. Tout est allé si vite », a déclaré Daria Shisterova qui a débuté la compétition par l’art martial russe du sambo avant de bifurquer vers la lutte, il y a trois ans.

Malgré sa victoire impressionnante, la lutteuse russe a reconnu qu’elle n’avait pas suivi au pied de la lettre les instructions reçues avant le combat. « Mon entraîneur m’a dit de dérouler mon propre combat, de ne pas me précipiter et d’y aller progressivement », a révélé la jeune fille de 17 ans.

La vice-championne du monde cadette Natalia Strzalka (POL), l’une des favorites des Jeux battue en poule qualificative, a décroché le bronze.

La Norvégienne Grace Bullen fête son succès en finale des 60 kg

Dans la finale des 60 kg, la puissante Norvégienne Grace Bullen, 17 ans, n’a pas tergiversé face à Pei Xingru (CHN). Menant déjà 4-0 après une minute de combat, la championne du monde et d’Europe chez les cadettes a projeté son adversaire moins expérimentée pour s’imposer 10-0.

« C’est extraordinaire. Je suis vraiment ravie de ce que j’ai réussi car j’ai eu du mal à avoir les faveurs du public, ici en Chine, face à une adversaire de ce pays », a souligné Grace Bullen qui a quitté le Soudan pour la Norvège à l’âge de 5 ans.

« Grandir en Norvège m’a ouvert différentes perspectives sur la façon de devenir quelqu’un de bien, a-t-elle ajouté. Pour moi, j’étais une étrangère et maintenant, je peux leur montrer que je ne suis pas simplement une enfant venue d’un endroit qui ne vaut pas grand-chose. Je peux leur montrer que je peux faire quelque chose de mieux de ma vie. Ce n’est pas simplement une médaille pour la Norvège. Elle revient également à mon pays natal [le Soudan]. »

La vice-championne du monde cadette Koumba Larroque (FRA), battue par la Norvégienne lors des éliminatoires, a pris la médaille de bronze.

Dans la catégorie des 52 kg, la favorite, Mayu Mukaida (JPN), double championne du monde cadette, a battu Leyla Gurbanova (AZE) 9-3. « J’ai eu beaucoup de mal à conserver mon sang-froid lors de cette finale », a reconnu la lutteuse nipponne.

L’argent est donc revenu à la combattante azérie alors que Olena Kremzer (UKR) a enlevé le bronze.

La finale des 46 kg a également donné lieu à un combat intense, sanctionné par la victoire de Kim Sonhyang (PRK) sur la Mongole Dulguun Bolormaa.

La Nord-Coréenne de 17 ans a pris les devants en première période, 8-0, mais son adversaire est revenue fort, pour finalement s’incliner 9-5.

Suivant les traces de son compatriote Ri Seung, victorieux en gréco-romaine, Kim Sonhyang a ainsi permis à la République populaire démocratique de Corée d’obtenir sa deuxième médaille d’or avec deux lutteurs en lice. La médaille de bronze est revenue à Tatiana Doncila (MDA).

back to top