skip to content
Date
06 août 2012
Tags
Londres 2012 , Actu CIO

Londres 2012 des Jeux pour tous

Quand l’honneur d’organiser les Jeux Olympiques a été décerné à Londres en 2005, la ville était déterminée à en faire des Jeux pour tous. La vision était de toucher les jeunes du monde entier, de les mettre en relation avec le pouvoir mobilisateur des Jeu

Depuis lors, les gens de tous âges, ethnies et origines du Royaume-Uni ont joué un rôle dans les préparatifs de la tenue du plus grand spectacle terrestre, ils ont obtenu des emplois, découvert les Jeux dans les écoles, assisté à des manifestations publiques lors de weekends portes ouvertes de Londres 2012 et ont pu prendre part à des projets près de chez eux ayant reçu le label « Londres 2012 Inspire ».

Londres est l’une des villes les plus diverses du monde et le comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques (LOCOG) a fait en sorte que tous les secteurs de la société soient parties prenantes dès le début des préparatifs. Ceci signifie une attention soutenue à la diversité dans tous les secteurs, y compris la main-d’œuvre, les fournisseurs, les athlètes, les officiels et les spectateurs.

Dans le cadre du slogan « Des Jeux pour tous », le LOCOG a également mis en œuvre une politique des prix soigneusement étudiée, à même de permettre aux personnes de tous les horizons d’avoir la chance de regarder une épreuve de leur choix. Des billets ont été proposés à £20 pour toutes les épreuves des Jeux Olympiques et à £10 pour toutes celles des Jeux Paralympiques, tandis qu’une initiative « Payez selon votre âge » pour les jeunes a été mise en place.

Près de 80 pour cent des écoles du Royaume-Uni ont souscrit à ‘Get Set’ le programme d’éducation olympique du LOCOG qui célèbre avec les enfants les valeurs olympiques de respect, d’amitié et d’excellence, et les valeurs paralympiques de détermination et d’égalité.

S’exprimant à l’occasion d’une conférence de presse, le président du LOCOG, Seb Coe, a décrit comment « il est clairement question non seulement des jeunes sur l’aire de jeu, il s’agit aussi des jeunes que je vois dans les sites, leurs familles qui se rassemblent autour de nos sites de retransmission en direct et dans les sites eux-mêmes. Tout le monde est convié. »

Un projet portant sur « les femmes dans le bâtiment » s’est assuré qu’elles aussi auraient la possibilité de construire le Parc olympique, tandis qu’un projet d’action en faveur de l’inclusion a aidé les communautés noires, asiatiques et d’autres minorités ethniques à faire acte de candidature à des emplois rémunérés.

Sur le plan international, plus de 200 d’accords de camps d’entraînement pré-Jeux (PGTC) ont été signés dans tout le Royaume-Uni. Ils ont été organisés par des conventions formelles ou des protocoles d’accord entre les municipalités britanniques, les Comités Nationaux Olympiques et Paralympiques (CNO/CPN) et les délégations sportives internationales. Les camps ont procuré aux athlètes un cadre de préparation où ils ont pu s’entraîner et s’acclimater à l’approche des Jeux, tout en incitant les délégations à entreprendre des activités culturelles et éducatives avec la population locale.

Outre ces bénéfices, Seb Coe a également souligné l’impact positif sur les athlètes de pays plus modestes, ajoutant : « Les camps ont permis à plus de 50 pour cent de ces Comités Nationaux Olympiques de faire venir 10 athlètes dans ce pays pour qu’ils aient la possibilité de se préparer exactement de la même façon que les Comités Nationaux Olympiques les mieux pourvus et les plus favorisés. »

back to top