skip to content
Date
21 août 2015
Tags
Actu CIO , Voile

Lobke Berkhout est allée au bout de ses rêves

Deux fois médaillée en voile olympique avec deux partenaires différentes dans la série 470, Lobke Berkhout en avait rêvé, elle l’a fait, et nous raconte comment dans ce nouvel épisode de la série « Paroles d’Olympiens ».


Amenée à la voile par ses parents, Lobke Berkhout, née le 11 novembre 1980 à Amsterdam, explique qu’elle a commencé à rêver des Jeux Olympiques à l’âge de huit ans. « Toute ma vie, les Jeux ont été pour moi quelque chose de magique, et j’ai toujours pensé « Ouah, ce serait terrible d’y aller disputer une compétition dans mon sport »

Associée en dériveur double (le 470) à Marcelien de Koning, la Néerlandaise remporte de nombreuses régates internationales et enlève les titres mondiaux 2005 à San Francisco (USA), 2006 à Rizhao (Chine) et 2007 à Cascais (Portugal), mais pour elle, ce ne sont que des succès balisant la route vers son rêve olympique. « La voile est un sport uniquement basé sur les Jeux. Vous êtes en compétition durant quatre ans, et c’est le but majeur. Entre temps, vous avez les championnats du monde qui sont bien sûr importants, mais se qualifier pour les Jeux, c’est génial, et y courir, c’est un rêve qui devient réalité. »

Lobke à la barre et Marcelien à l’avant font partie des favorites dans la baie de Qingdao pour la compétition des Jeux de Beijing 2008. Le 11 août, elles remportent la première des dix régates au programme. Par la suite, elles se maintiennent dans le top 10 à l’arrivée de toutes les régates et s’assurent la médaille d’argent derrière le duo australien Elise Rechichi/Tessa Parkinson en prenant la 5e place de la « Medal Race », ultime course où les points comptent double.

©Getty Images

A quoi pensent deux championnes au moment où s’achève une épreuve qui les voit monter sur le podium ? « Quand nous avons passé la ligne d’arrivée et réalisé que nous avions gagné l’argent, nous n’avons pensé qu’à une chose, nous avons sauté dans l’eau, le bateau a chaviré, et nous avons dansé sur la coque, parce que nous avions suivi un régime très strict durant une longue période, et nous savions qu’il y avait un joli hôtel, avec de beaux mets et une fontaine à chocolat qui nous attendait, donc nous hurlions le nom de cet hôtel sur la coque du bateau : ce fut notre première réaction ! ».

L’association Berkhout-de Koning, désignée meilleure équipe néerlandaise de l’année tous sports confondus en 2005, va s’arrêter là. « Se tenir sur le podium avec la médaille d’argent autour du cou était la conclusion de notre longue expérience ensemble, de 2001 à 2008, nous savions que nous avions fait le maximum possible et nous étions particulièrement heureuses. Je savais seulement que voulais continuer, et retourner aux Jeux pour remporter l’or la fois suivante ».

La championne d’Amsterdam continue donc avec Lisa Westerhof. Elle s’adjuge en sa compagnie ses quatrième et cinquième titres mondiaux à Copenhague (Danemark) en 2009 et à domicile à La Hague en 2010. En ajoutant la médaille de bronze remportée en 2012 à Barcelone, elle devient la deuxième athlète (homme et femmes confondus) la plus médaillée en 470 dans les championnats du monde ISAF avec six podiums en tout.

Enfin, dans la baie de Weymouth lors des Jeux de Londres 2012, Lobke et Lisa naviguent à l’avant de la flotte durant toutes les régates et finissent en bronze derrière les britanniques Hannah Mills et Saskia Clark (argent) et les néo-zélandaises Jo Aleh et Olivia Powrie (or).

Après avoir été au bout de ses rêves, et considérée à travers ses victoires sur toutes les mers du monde comme la meilleure marine olympique de l’histoire néerlandaise, Lobke Berkhout met un terme à sa carrière sportive après les Jeux de Londres, à la poursuite de nouveaux rêves…

Tags Actu CIO , Voile
back to top