skip to content
IOC/OIS
Buenos Aires 2018

Lin Shan plonge sur un triplé en or à Buenos Aires 2018

La Chinoise Lin Shan, 17 ans, a été la grande vedette des épreuves de plongeon des JOJ 2018. Trois épreuves, trois médailles d'or. La dernière d’entre elles gagnée en équipe avec le Colombien Daniel Restrepo Garcia, également vainqueur en individuel sur le tremplin de 3 m. Le Mexicain Randal Villars Valdez s'est pour sa part imposé en haut-vol à 10 m.


À 17 ans, Lin Shan a éclaboussé public et juges de son immense talent : trois épreuves de plongeon disputées, sur le tremplin de 3 m et la plateforme de 10 m, trois médailles d'or. Et pourtant… Au milieu de ses exploits, elle a surpris son monde en avouant qu'elle était terrifiée par les hauteurs. "J'ai le vertige", a-t-elle révélé, "Je plonge, c'est tout. Sur le moment, je m'élance et je ne pense pas à ça". Et c'est parti pour des figures impressionnantes, parfaitement exécutées, débouchant sur des notes élevées et de larges victoires.

La moisson dorée de Lin Shan démarre le 13 octobre avec la compétition de haut vol à 10 m. Première des qualifications, son premier saut en finale n'est pas le mieux noté, mais ses trois plongeons suivants, à commencer par un triple saut périlleux 1/2 retourné groupé, lui permettent de se détacher largement de ses rivales, pour terminer avec un score de 466,50, soit 60 points d’avance sur l’Ukrainienne Sofiia Lyskun, 406,10 points. La Mexicaine Gabriela Agundes prend la médaille de bronze avec 405,55 points.

Deux jours plus tard, Lin Shan rebondit sur le titre du tremplin de 3 m. En tête de bout en bout, un festival de sauts périlleux carpés, de vrilles, d'entrées parfaites dans l'eau, et à la fin, un score de 505,50 pour une nouvelle avance de 60 points sur sa plus proche rivale, la Russe Uliana Kliueva (445,05). L'Américaine Bridget O’Neil, petite-fille du rugbyman double médaillé d'or à XV à Anvers 1920 et Paris 1924 John Tomas O'Neil, accroche le bronze.

IOC

Enfin, le 17 octobre, le duo qu'elle forme avec le Colombien Daniel Restrepo Garcia, déjà médaillé d'or en individuel sur le tremplin de 3 m, s'avère trop fort pour la concurrence dans la compétition par équipes mixtes internationales. Malgré ses références dorées, le duo connaît un départ difficile : il ne se place qu'en neuvième position après la première rotation, où le Chinois Lian Junjie et l'Allemande Elena Wassen se postent en tête. Mais, tour à tour sur le tremplin de 3 m et la plateforme de 10 m, Lin et Restrepo prennent les devants dès le deuxième tour de la compétition, en impressionnant les spectateurs et les juges qui leur accordent les notes les plus élevées. Ils consolident leur victoire lors de l'ultime rotation pour totaliser 391,35 points, battant Lian et Wassen (390,10), suivis du duo Russo-ukrainien Ruslan Ternovoï-Sofia Lyskun (371,15).

Des plongeurs latino-américains au top

Du côté des hommes, le Mexicain Randal Villars Valdez s'adjuge le 16 octobre le premier titre masculin mis en jeu, celui du haut-vol à 10 m. Il fait la différence sur un 4e plongeon qui lui vaut un score stratosphérique de 97,20, pour un triple saut périlleux 1/2 arrière carpé exécuté à la perfection. Âgé de 16 ans, le Mexicain remporte la compétition avec un score total de 609,80, laissant la médaille d'argent au Chinois Lian Junjie (600,05) et le bronze au Russe Ruslan Ternovoï (596,85). "Je veux profiter de cette médaille et la célébrer tout de suite, puis rentrer au Mexique pour m’entraîner davantage afin de gagner plus de médailles", dit le jeune champion. "Je dois m'entraîner davantage car il y a toujours des erreurs. Je dois travailler dessus car je ne vais pas toujours réussir à évoluer au même niveau", ajoutant toutefois : "Je sais que j'ai le talent, la technique, la qualité d'entraînement et les capacités".


Après sa médaille d'argent, Lian Junjie, coéquipier de Lin Shan et décidé à toucher de l'or à son tour, termine premier des qualifications du tremplin de 3 m. Mais en finale le 14 octobre, il rate totalement son premier plongeon : 0 point, et la 10e place au total. C'est le Colombien Daniel Restrepo Garcia qui l'emporte, en se montrant très régulier sur ses cinq plongeons. En particulier, son dernier envol (quadruple saut 1/2 périlleux avant groupé) met tout le monde d'accord avec une note de 93,10. Il gagne avec un total de 559,50 devant le Britannique Anthony Harding 555.50) et Ruslan Ternovoï (551.20) encore en bronze. Restrepo Garcia était le super favori, se présentant à Buenos Aires en tant que champion du monde junior en titre. Ce qui lui a mis un surcroît de pression. Il a aussi été le porte-drapeau de sa délégation lors de la cérémonie d'ouverture.

Sur le podium, le Colombien essuie des larmes. "C’était sacrément émouvant. Je suis vraiment content d’être là". Il ajoute : " Je pense que tout le monde ressent la pression, je ne suis pas le seul, mais je l’ai ressentie surtout parce que je suis porte-drapeau et parce que j’avais bien marché aux championnats du monde Je savais toutefois que je devais garder les pieds sur terre et rester concentré et humble. On fait des tas de sacrifices et on travaille dur. Il faut beaucoup s’entraîner, manger sainement, et dire non à ses amis, lorsqu’ils vous demandent d’aller faire la fête avec eux, mais ces sacrifices en valent la peine. Ils vous éloignent des mauvaises fréquentations et vous permettent de rester en bonne santé."

IOC

Au bilan des compétitions, Lin Shan n'est pas que la seule triple médaillée du plongeon. Ruslan Ternovoï monte lui aussi sur tous les podiums : trois fois en bronze, en individuel et par équipes. Daniel Restrepo Garcia remporte pour sa part deux médailles d'or, et Sofia Lyskun un argent et un bronze. Quant à Lian Junjie, qui voulait réaliser le même exploit que Lin Shan, il se contente au final de deux médailles d'argent. "Je suis très déçu, j'étais venu ici pour gagner de l'or, je ne me sens pas bien avec ces deux podiums. Quand je vais rentrer en Chine, je vais m'entraîner encore plus dur pour pouvoir goûter à la victoire", dit-il, résumant sans doute la pensée de tous les jeunes concurrents du plongeon à Buenos Aires 2018.

back to top En