skip to content
Date
14 janv. 2016
Tags
Lillehammer 2016 , Actu CIO , JOJ

Lillehammer 2016 et les rêves d'hiver d'un jeune reporter

David Lozada, originaire des Philippines, faisait partie de l'équipe des jeunes reporters aux Jeux Olympiques de la Jeunesse de Nanjing 2014. Il officiera à nouveau à ce poste à Lillehammer en 2016. En prélude aux Jeux, il nous parle de sa préparation, de la passion des Philippins pour le sport et de son expérience à Nanjing.


J'ai toujours rêvé de l'hiver. Pour nous, Philippins, qui grandissons sous les Tropiques où les seules saisons que l'on connaît sont l'été et la mousson, l'idée de découvrir la neige est une pensée fort séduisante. Nous ne connaissons la neige qu'à travers les films occidentaux et les dessins animées et ne ressentons la sensation de froid que lorsque nous allons patiner dans certains de nos centres commerciaux.

Aussi le froid attire-t-il les Philippins ! Pour nos vacances, nous nous précipitons à la montagne juste pour sentir le vent froid et échapper à l'humidité qui règne dans nos villes. Nous portons fièrement nos vestes et nos pulls durant les mois de décembre à février, même si les températures descendent rarement au-dessous des 20 degrés Celsius. Nous mettons de l'argent de côté pour partir en hiver dans des pays situés plus au nord, alors que les habitants de ces pays s'envolent pour nos îles magnifiques pour fuir le froid.

Il n'y a pas de mot pour décrire l'excitation que j'ai ressentie lorsque j'ai appris en février 2015 que j'avais été retenu pour couvrir les Jeux Olympiques de la Jeunesse d'hiver de Lillehammer 2016. C'était une nouvelle occasion pour moi d'améliorer ma technique narrative et de rencontrer des athlètes qui sont l'avenir du sport. J'étais ravi aussi de retrouver mes amis de Nanjing et de voir en quoi le programme des jeunes reporters du CIO avait lancé et fait progresser leur carrière.

Sans parler de la joie qui m'a envahi à l'idée de suivre les compétitions de sports d'hiver.

Les sports d'hiver aux Philippines

Les Philippins adorent le sport. Que ce soit notre passion pour le basketball ou la récente fascination qu'exerce sur nous le football, nous en faisons toujours plus pour soutenir les équipes que nous aimons.

Mais les sports d'hiver sont différents. C'est une expérience que nous vivons de loin en raison de notre climat. Le seul sport d'hiver que nous pouvons réellement pratiquer est le patinage artistique/sur glace – et encore cela est uniquement réservé aux habitants de la capitale, Manille, où se trouvent les trois seules patinoires du pays.

Les sports d'hiver ont été propulsés sur le devant de la scène durant les Jeux Olympiques d'hiver de Sotchi lorsque notre seul athlète en lice, Michael Martinez, 18 ans, qui avait fait ses débuts aux premiers JOJ d'hiver à Innsbruck en 2012, s'est qualifié pour le programme libre en patinage artistique. Le jeune homme a fini 19e de l'épreuve mais sa popularité et celle de son sport sont montées en flèche dans le pays.

Couvrir les JOJ de Lillehammer 2016 représente un double défi pour moi. Je dois tout d'abord me familiariser avec tous les sports d'hiver afin d'offrir une couverture de qualité. Enfin, et surtout, je dois faire en sorte d'éveiller l'intérêt de mes lecteurs, pour la plupart basés en Asie du Sud-Est.


De Nanjing 2014 à Lillehammer 2016

Les Jeux Olympiques de la Jeunesse de Nanjing ont marqué un tournant dans ma carrière. Je partage en cela le sentiment de ma consœur : être un jeune reporter est une expérience qui a changé ma vie. Cela m'ouvert de nombreuses perspectives une fois de retour chez moi et m'a permis de découvrir un monde dont je n'aurais jamais imaginé faire partie.

Avant Nanjing, mes reportages portaient principalement sur les catastrophes naturelles et le développement. À l'époque, j'avais déjà dû apprendre et "désapprendre" plusieurs choses sur le journalisme. Si les bases du reportage demeurent identiques, le reportage sportif est un monde radicalement différent qui exige des compétences supplémentaires. Ces compétences et bien d'autres choses encore nous ont fort heureusement été enseignées par nos mentors dans le cadre du programme des jeunes reporters.

À Nanjing, j'ai vu comment le sport peut rassembler le monde et changer des vies – celles des athlètes certes, mais celles des journalistes aussi. Nous, journalistes, sommes les témoins des plus beaux moments de l'esprit humain. Il est de notre responsabilité de partager et de décrire ces moments afin d'inspirer nos concitoyens.

Grâce au programme des jeunes reporters et à l'expérience que j'ai acquise à Nanjing, je sais que je vais m'épanouir à Lillehammer. J'étudie les sports d'hiver depuis plusieurs mois et j'ai hâte de voir l'action en direct. Le CIO a été généreux; il s'est assuré que nous, les jeunes reporters, serions prêts à affronter le froid de Lillehammer.

Dans quelques semaines, je m'envolerai pour la Norvège pour découvrir un monde où je ne suis jamais allé, sous un climat dont j'ai seulement rêvé lorsque j'étais plus jeune. Il me reste encore beaucoup à apprendre et beaucoup à faire, mais je suis confiant : je sais que je peux relever les défis qui m'attendent.

L'hiver vient – et ce jeune reporter est fin prêt pour Lillehammer.

David Lozada

back to top En