skip to content
IOC
Buenos Aires 2018

Li Shifeng à l'aide de la vidéo, Goh Jin Wei fait briller la Malaisie

Li Shifeng a remporté le simple messieurs en s'inspirant largement, et à l'aide de la vidéo, de son idole Lin Dan, double champion olympique 2008 et 2012. Quant à la Malaisienne Goh Jin wie, elle a empêché la Chine de faire le doublé en simple. Une nouvelle et passionnante épreuve a également vu le jour à Buenos Aires 2018 : le relais par équipes. 


Les fans chinois de badminton pourront remercier les rediffusions vidéo si Li Shifeng suit les traces de son héros Lin Dan sur la scène mondiale et olympique et continue à écrire la remarquable histoire du badminton chinois. Li Shifeng, 18 ans, s'est récemment illustré aux Jeux Olympiques de la Jeunesse de 2018 à Buenos Aires, où il a aisément décroché la médaille d’or du simple messieurs.

Surnommé ‘Super Dan’, Lin Dan, double champion olympique et quintuple champion du monde, est largement considéré comme le plus grand joueur de badminton de tous les temps. Sans trop le savoir, il joue un rôle clé dans l’émergence de la nouvelle génération au plus haut niveau international.  "Mon père m'a montré des vidéos de Lin Dan tous les jours quand j'étais enfant, me demandant d'imiter son style de jeu", a révélé Li Shifeng. "S'il y a quelque chose que je ne sais pas sur le court, je vais aller visionner une vidéo de Lin Dan pour trouver la réponse."

"Maintenant, je vais suivre les traces de mon idole pour concourir aux Championnats du monde et aux Jeux Olympiques", a-t-il ajouté.  Dans la finale du simple messieurs, le junior n°6 mondial Li Shifeng a battu son adversaire indien mieux classé, Lakshya Sen (n°3), avec une aisance surprenante, bien que Lakshya Sen n'ait rien lâché et ait sauvé quatre balles de match consécutives avant que son adversaire chinois ne l'emporte en deux sets (21,15, 21-19).  

Goh Jin Wei (IOC)

Li Shifeng a célébré se victoire en s'effondrant le court, puis en déchirant sa chemise. "Je me sens libéré après cette victoire pour laquelle je me suis préparé depuis plus d'un an", a expliqué Li Shinfeng après avoir succédé à son compatriote Shi Yuqi, vainqueur aux JOJ quatre ans plus tôt. "Mon coéquipier Shi Yuqi s'est imposé à Nanjing en 2014. Cette année, j'ai réussi à conserver l'or pour la Chine. Mais ma mission n’est toujours pas terminée, mon rêve est encore plus grand."

Il n'y a toutefois pas eu de doublé chinois. Goh Jin Wei a en effet brillamment réalisé son objectif de remporter la première médaille d’or pour la Malaisie aux Jeux Olympiques de la Jeunesse en battant la Chinoise Wang Zhiyi en finale féminine. Son compatriote Cheam June Wei avait bien remporté le double mixte à Nanjing 2014, mais comme sa partenaire était originaire de Hong Kong, cette médaille n'a pas été comptée dans le décompte officiel de la Malaisie. "J'avais tellement hâte de remporter la première médaille d'or des JOJ pour mon pays", a commenté Goh Jin Wei. "Mais après ça, je dois recommencer à zéro. J'espère que je pourrai briller au plus haut niveau international à l'avenir."

La compétition de badminton a été complétée par une compétition inédite, testée avec succès dans la capitale argentine : le relais par équipes mixtes, des formations composées de huit athlètes issus de différents Comités Nationaux Olympiques (CNO), se relayant en simple hommes, simple femmes, double masculin, double féminin et double mixte. "Personne ne savait vraiment ce qu'il se passerait jusqu'à ce que nous commencions à jouer, mais cela fonctionne vraiment bien", a souligné le joueur néo-zélandais, Oscar Guo, qui faisait partie de l'équipe Omega médaillée d'argent. "J'ai rencontré de nouvelles personnes et découvert l’esprit d’équipe, lequel est très important aux Jeux Olympiques."

IOC

L’Allemand Lukas Resch, de l’équipe Theta, qui a remporté la médaille de bronze, a ajouté : "C’était vraiment différent et très difficile à jouer. Vous ne savez jamais si vous allez gagner ou non jusqu'au dernier moment. C’est vraiment essayer que les athlètes jouent ensemble. Sinon, nous nous affrontions comme des adversaires. Maintenant, nous faisons équipe, et j'ai commencé à bien les connaître."

back to top En