skip to content
Date
11 juin 2007
Tags
Actualités Olympiques

Les trois « J » de l’histoire olympique


Olympien de la troisième génération, Jim Shea décroche la médaille d’or du skeleton lors des Jeux Olympiques de Salt Lake City en 2002. Un immense bonheur pour cet athlète qui a ainsi pu offrir sa victoire à son grand-père bien-aimé disparu 17 jours avant le début des Jeux. Comme il a fêté hier son 39e anniversaire, voyons comment se sont déroulés ces Jeux si symboliques pour lui.
 
L’Olympisme comme vocation familiale
Un grand-père qui prononce le serment olympique et s’empare de deux médailles d’or en patinage de vitesse lors des Jeux de Lake Placid en 1932 et un père qui participe au combiné nordique et au ski de fond lors des Jeux d’Innsbruck en 1964, voilà de quoi donner à Jim Shea l’envie de continuer la tradition familiale. C’est la première famille américaine à participer aux Jeux d’hiver sur trois générations ! Jim a de qui tenir pour exercer à son tour les qualités de champion olympique : travail assidu, persévérance, détermination, recherche de l’excellence et amitié. Ces valeurs familiales lui auront en outre permis de vaincre sa dyslexie et de gagner une grande confiance en soi.
Jim commence par s’illustrer dans le bobsleigh à deux puis à quatre. En 1995, il se dirige vers le skeleton. La discipline lui convient à merveille puisqu’il gagne de nombreuses compétitions, dont les Championnats du monde en 1999.
Aux Jeux Olympiques de Salt Lake City, il compte parmi les relayeurs de la torche et, comme son grand-père 70 ans auparavant, prononce le serment olympique.
Le 22 février 2002, lors de la course pour la finale, sous une météo défavorable, Jim descend la piste en 50,07 secondes et remporte la médaille d’or devant l’Autrichien Martin Rettl. Avant le départ, Jim avait glissé dans son casque la photo de son grand-père décédé peu de temps avant l’ouverture des Jeux. Ainsi accompagné par l’esprit de son aïeul, il devient ce jour-là champion olympique de skeleton.
La tradition familiale brillamment perpétuée, la mémoire de son grand-père honorée, Jim Shea aligne encore plusieurs victoires. En 2005, alors âgé de 37 ans, il se retire de la compétition.
 
Le skeleton : une discipline fugace au programme des Jeux
Né dans le village suisse de Saint-Moritz à la fin du XVIIIe siècle, le skeleton fait sa première apparition olympique aux Jeux tenus dans ce même village en 1928. Il disparaît ensuite du programme et réapparaît à nouveau aux Jeux de Saint-Moritz en 1948. Puis, on n’entend plus parler de lui jusqu’aux Jeux de Salt Lake City. En 2002, il est en effet remis au programme et on y introduit même une épreuve féminine.

Imaginez la force qu’il faut au départ pour donner l’impulsion décisive qui permettra de gagner les quelques centièmes de seconde gage de succès ! Imaginez le courage qu’il faut pour dévaler la piste à plus de 120 km/h sur une petite luge en métal ! Imaginez la technique qu’il faut pour trouver la meilleure ligne de descente et effectuer des virages fluides et rapides. Imaginez la précision qu’il faut pour maîtriser la luge dont la forme, proche d’un squelette, a donné son nom à la discipline !
 
C’est l’exploit qu’ont réalisé l’Américain Jennison Heaton, champion olympique en 1928, l’Italien Nino Bibbia, médaille d’or en 1948, Jim Shea et l’Américaine Tristan Gale, médailles d’or en 2002, le Canadien Gibson Duff et la Suissesse Maya Pederson en 2006. Ces deux derniers sauront-ils défendre leur titre à Vancouver en 2010 ?
 
L’esprit olympique, un esprit de famille
En 2002, portés par l’élan olympique, Jim et sa famille créent une fondation pour développer et parrainer les jeunes dans la pratique du saut à ski, du patinage et du skeleton. Une initiative idéale pour transmettre et perpétuer à travers la jeune génération des valeurs telles que la persévérance et le courage, celles-là mêmes qui ont marqué Jack, James et Jim Shea, les trois « J » de l’histoire olympique.

Profil


Jim
SHEA
Bobsleigh
(Etats-Unis)






 Voir la vidéo
back to top En