skip to content
Getty Images
PyeongChang 2018

Les stars du patinage artistique Yuruzu Hanyu et Javier Fernández partagent un lien très particulier

Pour conserver son titre olympique, le patineur artistique japonais Yuruzu Hanyu a dû franchir de nombreux obstacles. Mais il a pu également compter sur l'amitié au long cours qui le lie à l’un de ses principaux adversaires.

Lorsque Yuruzu Hanyu est monté sur la première marche du podium du simple hommes de patinage artistique à PyeongChang 2018, l’Espagnol Javier Fernández était lui aussi présent, sur la troisième marche, heureux de partager l’un des plus beaux exploits de son grand ami.

Après l’annonce des résultats du programme libre de patinage artistique hommes à la Gangneung Ice Arena, les deux hommes, deux des plus grandes stars du patinage artistique, sont restés un long moment dans les bras l’un de l’autre. Yuruzu Hanyu et Javier Fernández n’en étaient cependant pas à leur première effusion publique, eux qui disputent les mêmes compétitions depuis des années et s’entraînent ensemble au Canada sous la direction de Brian Orser.

Getty Images

« On n’arrive jamais à être performants ensemble, souligne Yuruzu Hanyu. Quand ça se passe bien pour lui, je suis à la rue et cela me pousse à travailler plus fort pour me hisser à son niveau. Et inversement, quand je réussis, lui passe à travers et ça le rend un peu émotif. »

« Le fait que nous puissions nous entraîner en laissant place aux émotions est très efficace. Je lui dois bien plus que je ne pourrai jamais le dire. »

Getty Images

« Nous nous soutenons l’un l’autre d’une manière différente, complète Javier Fernández. On n’a pas besoin de se parler. Il suffit de se regarder pour progresser. »

Âgé de 23 ans, Yuruzu Hanyu se félicite du soutien de longue date témoigné par son ami alors qu’il traversait une passe difficile. Il se débattait non seulement avec les blessures, mais aussi avec la tension émotionnelle et les perturbations causées par la catastrophe naturelle majeure qui a frappé sa ville natale, Sendai, en 2011.

Getty Images

Blessé à l’entraînement quelques mois seulement avant les Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang, le jeune Japonais a non seulement failli ne pas pouvoir défendre sa couronne olympique, mais sa carrière de patineur a également été menacée.« Ce n’est pas tant ma force qui me préoccupait, mais surtout le fait de savoir si je pourrais me tenir à nouveau sur des patins », déclare Yuruzu Hanyu devant un parterre de journalistes, après avoir surmonté un faux pas dans son programme libre hypnotique pour remporter sa deuxième médaille d’or. Il souffre également d’asthme, ce qui ne lui permettait pas autrefois de s’entraîner autant que nécessaire.

Retour sur cette fameuse année 2011. Encore adolescent, il était en train de s’entraîner dans sa ville natale de Sendai, dans le nord du Japon, lorsqu’un tremblement de terre d’une magnitude de 9,0 a déclenché un tsunami et une fusion nucléaire.

Alors que la glace se craquelait tout autour de lui et que la patinoire était si secouée qu’il ne pouvait plus se tenir debout, Yuruzu a rampé hors de la glace et s’est enfui dehors avec ses patins sans même remettre les protège-lames, ce qui les a endommagés.

Getty Images

« On a vécu des moments vraiment difficiles, mais j’étais à l’intérieur des terres et je n’ai souffert que du tremblement de terre, bien que nous n’ayons ni électricité, ni gaz, ni eau. Beaucoup d’autres ont beaucoup plus souffert du tsunami et de la catastrophe nucléaire », se souvient-il.« Beaucoup de gens de la zone sinistrée ont retrouvé le sourire quand je suis allé les voir après avoir gagné l’or à Sotchi. J’espère qu’ils seront encore plus confiants et souriants. »

Getty Images

Le soutien de son ami Javier Fernández a été un aiguillon émotionnel important. C’est si vrai que lorsque l’Espagnol a dit à Yuruzu qu’il disputerait ses derniers Jeux Olympiques à PyeongChang 2018, le jeune Japonais aurait paraît-il craqué et aurait répondu : « Je ne peux pas y arriver sans toi ».

Getty Images

Javier Fernández résume ainsi leur amitié : « Avec 'Yuzu', nous sommes tout, nous sommes amis, nous sommes coéquipiers. À un moment donné, il faut que nous soyons adversaires. »

« C’est comme lorsqu’on est en couple. Ta femme est ton amie, elle est tout pour toi, mais cela dépend des moments. Quand nous sommes sur la glace, nous sommes en compétition l’un contre l’autre, mais dès que c’est terminé, nous sommes de nouveau amis et nous travaillons ensemble à nouveau. »

back to top En