skip to content
Date
16 août 2018
Tags
Actualités Olympiques, Beijing 2008
Beijing 2008

Les stars de Beijing 2008 – Que sont-elles devenues ?

Bolt. Messi. Phelps. Venus et Serena. Wiggins. Plusieurs des meilleurs athlètes des Jeux Olympiques de 2008 à Beijing jouissent d’une telle notoriété internationale qu’il suffit de leur seul prénom ou nom pour les reconnaître. Ça, c’est pour aujourd’hui néanmoins. En effet, à l’époque la plupart en étaient seulement au début de leur carrière sportive. Faisons donc un tour d’horizon et voyons ce que sont devenues ces grandes pointures de l’été incroyable qu’a vécu la Chine cette année-là. 

Getty Images

Usain Bolt est arrivé à Beijing comme détenteur à 22 ans du record du monde du 100 m mais encore sans grande médaille d’or à son nom. C’est aux Jeux de Beijing 2008 qu’il a écrit sa légende en remportant le 100 m et le 200 m avec, à la clé, de nouveaux records du monde. Tout le monde connaît la suite : trois nouveaux titres olympiques à Londres en 2012 et rebelote à Rio en 2016, ce qui en fait un des Olympiens les plus célèbres de tous les temps.

Il a pris sa retraite en 2017, après les Championnats du monde de l’IAAF. Il a récemment tenté sa chance sur les terrains de football ; après s’être entraîné avec le club norvégien Stromsgodset, il a disputé un match amical au sein de cette équipe. "J’adorerais jouer au football maintenant que je suis à la retraite et j’espère bien pouvoir disputer des matches bientôt", déclarait-il récemment. Jusque-là, Bolt appréciait son temps libre et était devenu un phénomène des réseaux sociaux en postant des photos de lui-même navigant au large des côtes jamaïcaines ou lors de la finale de la Coupe du monde de 2018 en Russie.

Getty Images

Michael Phelps était en passe de devenir l’Olympien le plus titré de l’histoire lors des Jeux de 2018 à Beijing après s’être fait la main aux Jeux de 2000 à Sydney (il avait 15 ans) et de rafler cinq médailles d’or à Athènes en 2004. Cependant, c’est en Chine qu’il fut au faîte de sa gloire : huit médailles d’or à lui tout seul, un record pour une seule édition des Jeux, dont sept avec un record du monde.

Phelps rajouta quatre médailles d’or aux Jeux de 2012 à Londres et cinq à Rio en 2016, édition à laquelle il défila en portant le drapeau des États-Unis. Depuis, il a abattu un énorme et précieux travail, comme entraîneur pour les enfants de Phoenix, comme fervent défenseur de différentes causes (santé mentale, TDHA, dépression et préservation de l'eau) et par le biais de la Fondation Michael Phelps qui promeut des modes de vie plus sains. Il est en outre devenu papa pour la deuxième fois en 2018. Réagissant aux rumeurs, il a récemment déclaré qu’il ne comptait pas retrouver les bassins pour Tokyo 2020. "Je n’ai aucun objectif à atteindre qui pourrait me donner envie de revenir", a-t-il expliqué.

Getty Images

Serena et Venus Williams ont défendu leur titre olympique en double aux Jeux de 2008 à Beijing et elles le conserveront à Londres en 2012. Les deux sœurs ont dominé le circuit du tennis féminin durant la première décennie du deuxième millénaire, Serena ayant engrangé le nombre record de 13 titres en grand chelem contre sept pour sa grande sœur.  

Avec sa victoire à Wimbledon en 2016 et à l’Open d’Australie l’année dernière, Serena est considérée comme l’une des plus grandes joueuses de tennis de l’histoire. Elle vient de retrouver les courts après avoir donné naissance à son premier enfant en septembre 2017. Elle est en outre une militante convaincue et s’implique fortement dans le travail caritatif et dans le monde des affaires. Quant à Venus, il faut toujours compter avec elle, preuve en est la finale de l’Open d’Australie 2017 disputée contre sa cadette et  contre laquelle elle dut s’avouer vaincue. Elle dirige actuellement l’entreprise de décoration intérieure V Starr et a lancé sa propre marque de mode. Le duo est copropriétaire de Miami Dolphins.  

Getty Images

Membre de l’équipe d’Argentine qui a battu le Nigéria dans la finale de football en 2008 à Beijing, Lionel Messi participait aux côtés de plusieurs autres futures vedettes internationales dont Pablo Zabaleta, Juan Roman Riquelme, Angel Di Maria, Javier Mascherano et Sergio Aguero. Alors qu’il n’avait que 19 ans à l’époque, le phénomène Messi avait déjà été identifié comme jeune talent jouant pour Barcelone.  

Il compte désormais parmi les joueurs les plus titrés de la planète avec neuf titres de La Liga, trois victoires en Ligue des champions et cinq Ballon d’Or. Nombreux sont ceux qui le considèrent comme le plus grand footballeur de tous les temps. Âgé de 31 ans seulement, il était capitaine de l'équipe argentine lors de la récente Coupe du monde.

Getty Images

Au sein de la dream team des États-Unis forte de sa pléiade de superstars, dont LeBron James, Kobe Bryant aura été le plus connu de tous. Il a concouru dans l’équipe en lice à Beijing en 2008 et provoquait l’hystérie des Chinois sur son passage. Il mena son équipe vers une extraordinaire médaille d’or qu’elle conserva jusqu’à Londres 2012. Bryant poursuivit sur la voie du succès en NBA également où il remporta un total de cinq titres de championnat. Il a pris sa retraite en 2016, après 20 ans passés dans la même équipe, celle des LA Lakers. Depuis, Kobe a gagné un Oscar pour le meilleur court métrage d’animation (Dear Basketball, dont il a écrit le scénario et qu’il a produit) et il a lancé sa propre société de capital risque.

Getty Images

Bradley Wiggins fut en première ligne de la renaissance du cyclisme britannique lors des Jeux de 2008 à Beijing : Team GB a terminé premier du classement des médailles avec ses huit médailles d’or. Sur piste, il décrocha la victoire dans les épreuves de poursuite individuelle et de poursuite par équipes. Peu après, il se concentra sur la route et devint le premier Britannique à gagner le Tour de France en 2012, juste avant de décrocher une nouvelle médaille d’or lors contre-la-montre sur route en 2012 à Londres.

Bradley Wiggins a ensuite été fait chevalier par la Reine Elizabeth. Depuis qu’il est à la retraite, il a créé sa propre équipe, la Team Wiggins, dans l’objectif de former de jeunes cyclistes professionnels. Qui plus est, il s’est mis à l'aviron de compétition (il a d’ailleurs fait part de son intention de se qualifier pour Tokyo 2020) et a travaillé comme commentateur pour les médias.  

Getty Images

La cycliste hollandaise Marianne Vos, qui avait remporté la course sur piste à Beijing en 2008, est considérée comme la plus grande cycliste de tous les temps. Trois fois championne du monde de course sur route et sept fois de cyclocross, elle est en outre vraisemblablement la plus polyvalente. Sans avoir quitté la compétition, elle œuvre comme ambassadrice pour le fonds caritatif hollandais Jeugdsportfonds et pour Youth United au Sri Lanka.  

Getty Images

Oksana Chusovitina, une des athlètes les plus emblématiques de tous les temps, est l’unique gymnaste féminine ayant concouru à sept éditions des Jeux Olympiques (entre 1992 et 2016) et pour trois équipes différentes (équipe unifiée, Ouzbékistan et Allemagne). À Beijing elle a décroché l’argent au saut, sa première médaille depuis l’or conquis à Barcelone en 1992, et la dernière également. Elle a pris part à Rio 2016 alors âgée de 41 ans et est entrée au panthéon de la gymnastique internationale l’année dernière. Elle ne s’est toujours pas officiellement retirée de la compétition.

Getty Images

Fabian Cancellara, qui a remporté l’or de l’épreuve du contre-la-montre de cyclisme et l’argent dans la course sur route, est lui aussi devenu une légende sur deux roues et figure parmi les plus grands cyclistes classiques et du contre-la-montre de sa génération. Le Suisse de 37 ans a mis un terme à sa carrière après avoir gagné l’or à Rio en 2016. Depuis, il est engagé dans des activités promotionnelles, il participe à des compétitions de triathlon, travaille pour les médias et enfourche son vélo pour le plaisir.

Getty Images

Hope Solo est vraisemblablement la plus grande footballeuse américaine. Lors des Jeux de 2008 à Beijing et de 2012 à Londres, la gardienne de but de l’équipe des États-Unis a remporté l’or. Sa carrière de compétition s’est poursuivie jusqu’en 2016, alors qu’elle avait gagné sa première Coupe du monde féminine en 2015. Depuis, elle représente la fondation pour le sport des femmes qui s’efforce de promouvoir la vie des jeunes filles par le sport et elle travaille activement pour les médias de son pays.

Getty Images

Liu Xiang, médaillé d’or du 110 m haies à Athènes en 2004, a sans doute été l’athlète chinois qui a le plus fait les gros titres des journaux de son pays lors des Jeux de 2008 à Beijing, mais pour de mauvaises raisons. Meilleur espoir chinois de remporter une (rare) médaille d’or dans le stade du Nid d’oiseau, Liu n’aura même pas entamé son premier tour de piste, une ancienne blessure s’étant ravivée. Il quitta le stade rempli de supporters chinois dans un silence assourdissant. Ses larmes et ses excuses publiques firent partout la une. Les années suivantes, Liu sut rebondir et remporter des médailles aux championnats du monde et aux Jeux asiatiques. Il figure désormais parmi les plus grandes célébrités de son pays. Il a notamment fait don d’une grosse somme d’argent aux victimes du tremblement de terre et a épousé la perchiste Wu Sha en 2016.

Getty Images

À Beijing en 2008, Georgina et Caroline Evers-Swindell ont conservé leur médaille de deux de couple décrochée à Athènes en 2004. Les jumelles, identiques, de Nouvelle-Zélande ont exercé un réel impact sur l'aviron dans leur pays. À ce titre, elles ont reçu en 2016 la Thomas Keller Medal, distinction la plus élevée décernée par la Fédération Internationale des Sociétés d’Aviron, pour leur rôle de mentor envers les jeunes. Après avoir mis un terme à leur carrière après Beijing, toutes deux ont suivi un parcours similaire : elles ont toutes deux épousé un rameur néo-zélandais en 2009 (Georgina s’est unie à Sam Earl et Caroline à Carl Meyer) et, de retour chez elles, ont fondé une famille.

Getty Images

La voie suivie par Matthias Steiner jusqu’à Beijing 2008 est hors du commun. Né à Vienne, il porta les couleurs de l’Autriche au début de sa carrière ; en 2005, il épouse une supportrice allemande, Susann, et décide en 2007 de prendre la nationalité allemande pour concourir sous les couleurs de ce pays. Après le décès tragique de Susann dans un accident de voiture en 2007, Steiner parvint à surmonter son chagrin et prit part aux Jeux de Beijing où il remporta l’or. Lorsqu’il monta sur la plus haute marche du podium, il tenait une photo d’elle dans la main. Son existence a pris une tournure plus heureuse depuis : il a fini par se remarier, a concouru aux Jeux de 2012 à Londres et a même participé au spectacle allemand Let’s Dance où il termina troisième.

back to top En