skip to content
2016 Getty Images
Date
12 oct. 2016
Tags
Rio 2016 , Actu CIO , Canoë sprint

Les pagayeurs du sprint font le spectacle sur le lagon Rodrigo de Freitas

La vedette des compétitions de canoë-kayak sprint a été la Hongroise Danuta Kozák, gagnante des trois épreuves féminines « K » sur 500m en simple, double et quadruple. L’Allemand Sebastian Brendel a conservé son titre du C1 1000m et en a remporté un autre en C2 sur la même distance. La Néo-Zélandaise Lisa Carrington sur K1 200m et l’Ukrainien Yuriy Cheban sur C1 200m sont eux aussi restés les champions olympiques de leurs distances.

Les quatre premières finales du canoë-kayak sprint sur le lagon Rodrigo de Freitas ont eu lieu le mardi 16 août. En Canoë monoplace 1000m, Sebastian Brendel a réussi à contenir les assauts du Brésilien Isaquias Queiroz dos Santos pour conserver la couronne gagnée à Londres en 2012. Bien que le favori du public ait pagayé à une cadence supérieure, son rival plus expérimenté a mené du départ à l’arrivée, la puissance du champion allemand s’avérant décisive dans le final.

« J’ai vraiment fait une bonne course », a dit le double champion olympique, qui a gagné 17 de ses 19 courses majeures depuis son triomphe londonien. « Bien sûr, il vous vient à l’esprit que vous pouvez perdre, mais je pense que j’étais extrêmement bien préparé. »

Consolation pour Isaquias Queiroz dos Santos, il a remporté mardi la première médaille du Brésil en canoë-kayak sprint, alors que le bronze de Serghei Tarnovschi n’est que le deuxième podium de la Moldavie dans la discipline et le tout premier à Rio 2016. « Mon objectif aux Jeux Olympiques de Rio est de gagner trois médailles », a annoncé le pagayeur brésilien. « J’en ai déjà une. Il me reste deux courses à disputer, et je suis certain de rencontrer le succès ! »

Lisa Carrington voit double en K1 200m

Dans la finale du kayak monoplace 200m dames, le Néo-Zélandaise Lisa Carrington a surmonté un mauvais départ pour avaler toutes ses rivales et passer la ligne d’arrivée la première, seule sous les 40 secondes. Elle a ainsi poursuivi sa domination sur la distance, depuis qu’elle est devenue à Londres la toute première championne olympique du K1 200m sprint.

Invaincue dans les treize dernières courses majeures, la pagayeuse kiwi a devancé sur le podium la Polonaise Marta Walczykiewicz et l’Azerbaïdjanaise Inna Osipenko-Rodomska, qui a pris le bronze quatre ans après la médaille d’argent qu’elle avait gagné sous les couleurs de l’Ukraine. Sa médaille est aussi la première de l’Azerbaïdjan en canoë-kayak.

« Chaque fois que vous montez sur le podium, c’est différent », a expliqué Carrington. « C’est cool d’être ici, de ressentir encore la pression, et d’être capable de continuer la compétition. C’est merveilleux d’avoir réussi à me qualifier pour les Jeux de Rio et d’y avoir fait je que je pensais pouvoir faire. »

Marcus Walz dans un final à couper le souffle sur K1 1000m

Dans une finale du kayak monoplace 1000m captivante, l’Espagnol Marcus Walz a produit un dernier effort spectaculaire pour arracher la médaille d’or devant le Tchèque Josef Dostal, le Russe Roman Anoshkin franchissant la ligne d’arrivée à 1.916 secondes pour le bronze.

Le Portugais Fernando Pimenta a mené la première moitié de la course, avant que Roman Anoshkin et l’Australien Stewart Murray ne prennent les devants aux 750m. Dans un timing impeccable, Marcus Walz, 21 ans, est remonté de la 5e place avec Dostal à ses côtés avant de le sauter sur la ligne d’arrivée dans un final époustouflant.

« C’est juste incroyable » a dit Marcus Walz, après s’être affiché en digne successeur de David Cal, le vainqueur espagnol du C1 1000m à Athènes en 2004 et quadruple médaillé d’argent olympique. « Je ne savais même pas si j’allais me qualifier pour les Jeux de Rio cette année. Finalement, je l’ai fait. Je me suis alors entrainé plus fort et encore plus fort ces derniers mois et je ne peux même pas croire ce qui arrive maintenant. C’est incroyable. C’est géant ! »

La Hongrie à la photo-finish sur K2 500m dames

Il y a eu une arrivée encore plus serrée lors de cette première journée des finales du canoë-kayak sprint sur le lagon Rodrigo de Freitas : celle du Kayak biplace 500m dames. Il a fallu la photo-finish pour départager les Hongroises Gabriella Szabo et Danuta Kozák des Allemandes Tina Dietze and Franziska Weber, championnes olympiques à Londres en 2012.

Malgré leur finish de feu, et pour 51 millièmes de secondes, les Allemandes ont dû se contenter de la médaille d’argent. Les Polonaises Karolina Naja et Beata Mikolajczyk ont terminé en bronze. Danuta Kozák a remporté là son premier titre olympique à Rio, et le troisième de sa carrière.

Deuxième journée : Des arrivées au millième de seconde

En dehors d’une nette victoire de la Hongroise Danita Kozák en K1 500 m, les trois autres finales du jeudi 18 août ont été extrêmement serrées. L’Allemagne en K2 100m, l’Espagne en K2 500m et Iurii Chetan en C2 1000m l’ont emporté.

Dans la première finale du jour, dont le départ a été donné à 9h locales, les Allemands Max Rendschmidt et Marcus Gross, champions du monde en titre, ont décroché la médaille d'or du 1000 m en kayak biplace (K2) dominant la finale courue sur le lagon Rodrigo de Freitas.

Rendschmidt et Gross se sont imposés en 3:10.781, devant l'équipage serbe composé de Marko Tomicevic et de Milenko Zoric, médaillés d’argent à 188/100e. Les Australiens Ken Wallace et Lachlan Tame ont pris le bronze à 1:812.

Max Rendschmidt et Marcus Gross ont fait le nécessaire pour ne pas être inquiétés outre mesure, tandis que la bataille pour les places sur le podium entre les bateaux portugais, australien et serbe a fait rage jusqu’à ce que l’embarcation serbe ne prenne un net avantage pour la médaille d’argent en finissant sur les talons du duo allemand.

Marcus Gross a expliqué qu’il craignait avant tout les Australiens, avec Ken Wallace, champion olympique du K1 500m à Beijing en 2008. « Je pense que nous avons fait tout ce que nous avons pu dans cette course pour nous détacher d’eux, car nous savions qu’ils ont un très grand finish et nous avons essayé de nous éviter ça. »

Pour Marko Tomisevic, cette médaille d’argent comble une attente de 32 ans. « Eh bien, c’est la première médaille dans notre sport depuis 1984. Cela fait longtemps que la Serbie n’a pas remporté de médaille et ça veut dire beaucoup pour nous. Nous savions que nous pouvions le faire, et cela nous rend très heureux. »

L’Australien Ken Wallace s’’est d’abord adressé à l’équipage allemand. « Les gars, comment êtes-vous allés si vite dans les troisièmes 250 m de la course ? Vous nous avez fait exploser ! D’ailleurs, vous avez un joli bateau rose. » Son coéquipier Lachlan Tame a expliqué qu’il était plutôt fatigué en fin de course, « mais je pouvais quand même voir le rose du bateau allemand se détacher de nous, et il se détachait, se détachait, se détachait… » 

Yuriy Cheban conserve son titre du C1 200 m

Dans la deuxième course, l’Ukrainien Yuriy Cheban, champion olympique en titre, a conservé sa médaille d'or du 200 m en canoë monoplace (C1) 200 m en s'imposant in extremis en finale. Cheban a jeté son bateau sur la ligne pour l'emporter en 39.279, meilleur chrono olympique sur la distance, tombant à l'eau après sa manoeuvre. Il a devancé l'Azerbaïdjanais Valentin Demyanenko, médaillé d’argent à 214/1000e, et le Brésilien Isaquias Queiroz dos Santos, en bronze à 349/1000.

© Getty Images

« Peut-être que la première fois que j’ai gagné la médaille d’or, j’étais beaucoup plus ému », a remarqué le double champion olympique ukrainien, « Mais cette fois, je savais à quoi me préparer. Je me préparais pour une course acharnée et c’est bien sûr ce qui s’est passé. Cette finale était beaucoup, beaucoup plus dure que la précédente il y a quatre ans. ».

A propos de son chavirage sur la ligne d’arrivée : « Dans le final, tout athlète veut mettre le nez de son bateau aussi loin que possible afin de maximiser ses chances de finir premier. Le poids de mon corps est passé à l’arrière du bateau et j’ai chaviré. C’était le truc en or! ».

Une deuxième médaille d’or olympique pour Saul Craviotto en K2 200m

Les Espagnols Saul Craviotto et Cristian Toro ont décroché l'or olympique du 200 m en kayak biplace (K2), en dominant la troisième finale du jour. Le duo espagnol a parcouru la distance en 32.075 et devancé à l'arrivée l'équipage britannique composé de Liam Heath et de Jon Schofield, médaillés d’argent à 293 millièmes de seconde. Les Lituaniens Aurimas Lankas et Edvinas Ramanauskas ont pris le bronze à 307/1000e.

Saul Craviotto a remporté sa troisième médaille olympique. Il avait gagné l’or en K2 500 m avec Carlos Pérez à Beijing en 2008, et l’argent en K1 200 m à Londres en 2012. « Je n’ai jamais rêvé d’avoir trois médailles dont deux en or. Donc, maintenant, je rêve. » Pour Cristian Toro, 24 ans, c’est une première médaille olympique. « Je n’ai pas de mot pour décrire ce que je ressens en ce moment, juste de la joie. Peut-être que dans quelques jours, je réaliserai ce qu’il s’est passé. J’ai rêvé tout ma vie de gagner une course aux Jeux, et quand nous avons franchi la ligne d’arrivée, je me suis juste senti relax. »

Pour Liam Heath, c’est d’abord un sentiment de confusion. « On est tellement arrivés en paquet ! Les millièmes qui nous séparent, ce n’est absolument rien. Nous avons couru de l’autre côté du bassin aujourd’hui, je n’avais pas la moindre idée du résultat, jusqu’à ce que les Espagnols surgissent à la première place. »

Heath et Schofield avaient remporté le bronze à Londres en 2012 sur la même distance. « Je pense que c’est le plateau autour de nous qui a fait la différence », a expliqué Jon Schofield. « Nous savions que la course d’aujourd’hui serait la plus dure dans l’histoire du K2 200 m »

Arrimas Lankas était ravi d’apporter le bronze à la Lituanie. « Je pense que nous ne réalisons pas ce que nous venons de faire. Nous avons besoin d’un certain temps pour nous confronter à la réalité! »

Danuta Kozák voit double à Rio et conserve son titre du K1 500 m

En clôture de programme, la Hongroise Danuta Kozák a conservé son titre olympique du 500 m en kayak monoplace (K1). Kozák, double championne du monde de la distance (2013, 2014), s'est rapidement détachée pour s'imposer en 1:52.494. La course pour les autres marches du podium a été plus accrochée et il a fallu la photo-finish pour départager la Danoise Emma Jorgensen (argent) et la Néo-Zélandaise Lisa Carrington (bronze), double championne olympique du K1 200 m.

Danuta Kozák s’est adjugée sa 2e médaille d’or en 48h à Rio, après avoir triomphé avec Gabriella Szabo en finale du K2 500m, et son quatrième titre olympique. « Je suis très, très contente. Il y a quelques jours, j’étais malade, et maintenant, je me sens de mieux en mieux et je suis si heureuse ! Bien sûr que cela m’avait inquiétée, mais j’ai une grande force mentale. »

Emma Jorgensen a finalement décroché la médaille d’argent pour quelques millièmes de seconde (46 très exactement) devant Lisa Carrington. Durant les quelques minutes de flottement après l’arrivée : « J’attendais et j’espérais, j’espérais. J’ai été surprise du résultat, mais je savais que je pouvais le faire ». Il n’y a aucune forme de déception dans les mots de Lisa Carrington : « C’est assez fantastique. C’était une course si dure ! »

Des athlètes multi-médaillés pour clôturer en beauté les épreuves de sprint

Au terme des épreuves de sprint le 20 août, au moins un membre de chaque équipe gagnante est devenu multi-médaillé. Pour Danuta Kozák, c’était la troisième victoire à Rio et la sixième médaille olympique de sa carrière.

La kayakiste hongroise Danuta Kozák a réalisé un véritable exploit en décrochant trois médailles d’or aux Jeux Olympiques de Rio 2016. Seuls deux autres pagayeurs avaient réussi cette prouesse avant elle. Kozák est la première kayakiste féminine à cumuler trois victoires lors des mêmes Jeux après s’être imposée au K4 500 m femmes.

© Getty Images

Kozák et ses coéquipières Gabriella Szabo, Tamara Csipes et Krisztina Fazekas-Zur ont terminé le K4 500 m en 1:31.482. La médaille d’argent est revenue aux Allemandes Tina Dietze, Franziska Weber, Sabrina Hering et Steffi Kriegenstein à presque une seconde (901/100e). Dietze et Weber avaient également remporté l’argent au K2 500 m le 16 août. La Biélorussie a terminé en troisième position à 2.426 des hongroises.

« Je suis très heureuse. Je pense qu’il va me falloir un peu temps pour vraiment y croire », a déclaré la triple championne olympique hongroise après son triomphe. Kozák est désormais l’athlète olympique la plus titrée de son pays, avec à son palmarès constitué de cinq médailles d’or et une médaille d’argent. C’est lors des épreuves féminines du K2 500 m et du K1 500 m qu’elle a signé ses deux autres victoires à Rio.

Une deuxième médaille d’or pour Brendel au C2 1 000 m

L’Allemand Sebastian Brendel a décroché une deuxième médaille d’or lors de l’épreuve de canoë biplace 1 000 m aux côtés de son partenaire Jan Vandrey. Brendel avait déjà dominé l’épreuve masculine de canoë monoplace 1 000 m.

Brendel s’est montré à la fois ravi et soulagé de cette seconde victoire à Rio : « C’est une course extrêmement difficile et c’est incroyable que nous l’ayons gagnée. Je suis heureux d’avoir terminé la compétition et de repartir avec deux médailles d’or. »

La performance des kayakistes allemands a empêché le Brésilien Isaquias Quieroz dos Santos de décrocher la première médaille d’or pour son pays dans cette discipline. Après avoir mené la course presque de bout en bout, Isaquias et son coéquipier Erlon de Souza Silva ont toutefois réussi à s’emparer de l’argent à 907/1000e.

Quieroz dos Santos est le premier athlète brésilien à cumuler trois médailles lors d’une même édition des Jeux. Il avait obtenu l’argent au C1 1 000 m et le bronze au C1 200 m. Enfin, ce sont les Ukrainiens Dmytro Ianchuk et Taras Mishchuk qui sont montés sur la troisième marche du podium.

L’Allemagne s’impose au K4 1 000 m masculin

Non contents de détenir le titre olympique du K2 1 000 m masculin, les kayakistes allemands Max Rendschmidt et Marcus Gross ont également remporté l’épreuve du K4 1 000 m. À leurs côtés, leurs coéquipiers Tom Liebscher et Max Hoff. Alors qu’il venait de s’assurer sa deuxième médaille d’or à Rio, Gross a déclaré : « Je connaissais déjà ce sentiment, mais gagner le K4 c’est vraiment génial. J’ai du mal à y croire. »

© Getty Images

La Slovaquie a hérité de l’argent à presque 3 secondes, tandis que la République tchèque a décroché le bronze. Pour l’athlète olympique chevronné qu’est le Slovaque Erik Vlcek, une deuxième place reste un excellent résultat, même s’il vise l’or depuis des années : « J’ai 35 ans. C’est ma cinquième participation aux Jeux et ma troisième médaille. J’aurais préféré une victoire, mais ce n’est pas grave. J’ai déjà deux médailles d’argent et une de bronze, je n’ai pas à me plaindre. Les Jeux Olympiques sont une compétition à part, et recevoir une médaille olympique c’est toujours un bonheur à part. »

Après l’argent au K2 200 m, Heath enchaîne avec une victoire au K1 200 m

48 heures plus tôt, le Britannique Liam Heath avait remporté la médaille d’argent au K2 200 m masculin avec son coéquipier Jon Schofield. Cette fois, il s’est distingué en décrochant l’or au K1 200 m masculin. Derrière lui, le Français Maxime Beaumont a pris la seconde place. Quant à l’Espagnol Saul Craviotto, déjà titulaire d’une médaille d’or au K2 200 m, il s’est cette fois contenté du bronze. La course s’est achevée sur un résultat extrêmement serré, puisque l’Allemand Ronald Rauhe, vétéran de la discipline, a terminé sa carrière olympique en se classant troisième ex æquo au millième de seconde avec Craviotto.

Heath a remercié son entraîneur Alexander Nikoronov de l’avoir préparé pour Rio : « Chaque fois qu’on participe aux Jeux, on rêve d’être médaillé. Cette fois, on est arrivés parfaitement préparés. Jon Schofield et moi avons attaqué les Jeux au sommet de notre forme, on se s’était jamais sentis aussi bien, et c’est grâce à Alex et au programme d’entraînement qu’il a soigneusement mis au point ces quatre dernières années que j’ai pu l’emporter. »
back to top En