skip to content
Örnulf Börke
Lillehammer 1994

Les Norvégiens craquent pour les pin’s à Lillehammer 1994

Grâce à la tenue des Jeux Olympiques d’hiver à Lillehammer, de nombreuses entreprises locales ont bénéficié d’un coup de pouce bienvenu, mais bien peu d’entre elles ont tutoyé les sommets vertigineux atteints par Örnulf Börke, dont la société a été choisie pour produire les pin’s de collection de Lillehammer 1994. Le succès des pin’s qu’elle a produits a été tel que l’entreprise a été retenue pour concevoir et fournir les pin’s de plusieurs des éditions ultérieures des Jeux olympiques.


« J’ai succédé à mon père à la tête de la société en 1990. Il avait été chargé de produire tous les pin’s de la candidature du Comité National Olympique norvégien pour Lillehammer 1994. Avant les Jeux, nous avons examiné de très près ce qui passionnait les collectionneurs, comme les philatélistes ou les numismates, et nous avons utilisé ces données pour élaborer notre programme de pin’s. »

« Nous avons créé une gamme limitée d’environ 50 pin’s pour les Jeux, en utilisant des drapeaux, des pictogrammes ou des emblèmes, et cela a très vite marché. Nous avons ainsi vendu 18 millions de pin’s rien qu’en Norvège. À l’époque, le pays ne comptait environ que 5 millions d’habitants, ce qui faisait plus de trois pin’s pour chaque Norvégien. C’était incroyable. Nous savions que le potentiel de succès des pin’s était assez élevé, car aux Jeux d’hiver à Calgary, quelque 4 à 5 millions d’exemplaires avaient été vendus. Mais là, nous avons établi un nouveau record olympique. Nous avons travaillé en étroite collaboration avec le Pin’s Club de Norvège pour mettre en place un réseau de distribution dans tout le pays et nous avons également reçu beaucoup de soutien de la part des sponsors olympiques. »

Bien que trop occupé pour assister aux épreuves sportives de Lillehammer 1994, Örnulf Börke a réussi à aller à la cérémonie de clôture. « C’était très sympa et tout le monde était très heureux. D’une façon générale, je me souviens que la principale artère de Lillehammer était noire de monde quasiment 24 heures sur 24. »

Concernant l’héritage laissé par les Jeux de 1994, Örnulf Börke voit beaucoup de choses positives. « Cela ne concerne pas uniquement les sites qui ont été construits pour les Jeux et qui sont toujours très utilisés : toute la région a été aménagée. Beaucoup de gens possèdent aujourd’hui une résidence d’été ici et les routes et les infrastructures qui ont été améliorées autour de la ville pour les Jeux constituent des avantages durables dont nous bénéficions encore aujourd’hui. »

Lillehammer aujourd’hui, le monde demain
Fort du succès de son programme de pin’s dans sa ville natale de Lillehammer, Örnulf Börke s’est tourné vers les éditions suivantes des Jeux. « Après Lillehammer, je me suis rendu à Sydney et j’ai rencontré les organisateurs des Jeux Olympiques de 2000. Ils avaient entendu parler de notre succès en Norvège et étaient impatients de nous y faire participer. Je me suis enregistré auprès du SOCOG et j’ai obtenu une licence pour Sydney 2000. J’ai fait travailler environ 35 personnes à Sydney pour la conception et la distribution. Ce fut un grand succès. La société que nous avons créée pour l’occasion existe encore aujourd’hui et une équipe de six personnes travaille toujours à Sydney sur divers événements sportifs à travers le monde. J’ai ensuite créé une autre société à Athènes pour les Jeux olympiques de 2004 et une autre pour les Jeux d’hiver de Turin 2006. »

« Ma philosophie a toujours été de recruter des gens sur place afin qu’ils puissent ajouter une couleur locale aux pin’s. Cette façon de procéder revient assez cher, mais il n’y a pas de meilleure solution car on a vraiment besoin de connaître le fonctionnement local pour que la vente des pin’s soit couronnée de succès. »

La boucle est bouclée
Lorsque la flamme olympique est revenue à Lillehammer en 2016, pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver, la société d’Örnulf Börke a été à nouveau au cœur de l’action, mais cette fois-ci, elle ne s’est pas contentée de concevoir les pin’s. « Nous avons également fabriqué toute une palette de souvenirs et même les médailles qui ont été remises aux athlètes », explique-t-il. Il prépare aujourd’hui son retour sur la grande scène olympique. « Les prochains Jeux auxquels nous espérons participer sont ceux de Paris 2024, révèle-t-il. J’ai vraiment hâte d’y être. »
back to top En