skip to content
Date
15 févr. 2016
Tags
Lillehammer 2016 , JOJ , Patinage de vitesse , 1500m , Hommes , Femmes , Actu CIO

Les Néerlandais tentent de garder leur calme face à la domination des patineurs sud-coréens


Les Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver de Lillehammer 2016 voient émerger une nouvelle puissance en patinage de vitesse. « Je crois que nous sommes déjà numéro un mondial au niveau junior », a déclaré la Sud-Coréenne Park Ji Woo après avoir décroché la médaille d’or du 1 500m femmes en 2 min 3 s 53 à la Halle olympique d’Hamar (Bateau viking).

« Tous les patineurs sud-coréens ont l’air de récolter de l’or en ce moment, alors moi aussi je voulais absolument ma médaille. Nous pouvons devenir l’une des meilleures nations au niveau senior. Je redoutais davantage mes rivales chinoises que les patineuses néerlandaises. »

Son compatriote Kim Min Seok (1 m 51 s 35) a enfoncé le clou en montant sur la première marche du podium du 1 500m masculin. Pendant ce temps, les Néerlandais tentent de rester imperturbables. Leurs athlètes se sont classés 8e et 10e chez les femmes et 3e chez les hommes, mais le chef de mission néerlandais, l’ancien patineur de vitesse Carl Verheijen, est convaincu que Lillehammer n’est pas une fin en soi.

La patineuse de vitesse néerlandaise Elisa Dul lors de la finale du 1 500m femmes à la Halle olympique d’Hamar (Bateau viking). Photo : Thomas Lovelock, YIS/CIO

« Aux Pays-Bas, la préparation des patineurs de vitesse prend beaucoup de temps, explique-t-il. Ces juniors ne bénéficieront d’un entraînement vraiment spécialisé que ces deux prochaines années. Moi-même, je ne me suis entièrement consacré au patinage de vitesse qu’à partir de l’âge de 16 ans. Ces jeunes auront le meilleur entraînement possible. Notre courbe de croissance est plus lente que celle des Sud-Coréens, mais de leur côté ils ont une technique irréprochable. Je les vois bien devenir des adversaires redoutables. »

Toutefois, étant donné la culture de la victoire qui existe aux Pays-Bas, les patineuses néerlandaises semblaient réellement effondrées de leur défaite. « J’espérais vraiment accéder au podium, déplore Elisa Dul. Mon ambition est de devenir une athlète olympique à part entière, une nouvelle Ireen Wust. La pression qui pèse sur nous est donc énorme. » Les deux années à venir nous révéleront si l’équilibre des forces est effectivement en train de s’inverser.

La Chinoise Han Mei a remporté l’argent lors de l’épreuve féminine (2 min 04 s 48), tandis que l’Italienne Noemi Bonazza s’est contentée du bronze (2 min 05 s 49). Chez les hommes, l’argent est revenu au Japonais Daichi Horikawa (1 min 52 s 96) et le Néerlandais Dan Baks a terminé troisième (1 min 53 s 29).

Écrit par NICK MOORE, du YIS/CIO, avec Kim Joo-Hyun et Ricardo Chambers, jeune reporter du CIO

Nick Moore est reporter au Service d’information des JOJ (Youth Information Service, YIS) de Lillehammer. Journaliste depuis 20 ans, spécialiste du sport et de la musique, il a couvert les Jeux Olympiques de 2012 à Londres ainsi que les Jeux Olympiques de la Jeunesse de 2014 à Nanjing. Basé au Royaume-Uni, il collabore avec de nombreuses publications, notamment FourFourTwo, The Independent, Q et The Times.

back to top En