skip to content
Date
14 juin 2016
Tags
Rio 2016 , Taekwondo , République de Corée , Actu CIO

Les meilleurs taekwondoïstes coréens s’attendent à une belle concurrence à Rio


Taehun Kim et Daehoon Lee sont les deux principales chances de médaille pour le pays natal du taekwondo dans le tournoi olympique masculin de Rio. Ils savent qu’ils n’auront pas la tâche facile ! 
Le taekwondo, « voie du coup de pied et du coup de poing », est né en Corée du sud, où il a été codifié à partir de la fin des années 1950. Art Martial qui se distingue par son utilisation d’une grande variété hautement technique de coups de pieds et par les nombreuses protections portées par les combattants, est devenu sport olympique à Sydney en 2000. Et même si aujourd’hui, le pays natal de ce sport spectaculaire reste en tête du tableau des médailles avec 10 titres et un total de 14 podiums, la pratique s’est très largement mondialisée. Ainsi, pas moins de trente-trois nations de tous les continents ont gagné des médailles en quatre éditions des Jeux d’été. 

Taehun Kim, né le 15 août 1994, est tout simplement le double champion du monde en titre de la catégorie -54kg. Aux Mondiaux de Puebla (Mexique) en 2013, il bat de façon flamboyante le Chinois de Taipei Hsu-Chia Lin 7-0 en finale. Deux ans plus tard à Tcheliabinsk (Russie), il prend le meilleur sur le Russe Stanislav Denisov 14-7 pour conserver son titre. Kim a également remporté dans sa catégorie de poids les Jeux Asiatiques et les Championnats d’Asie en 2014. 

Kim compte fermement porter haut les couleurs de la Corée du Sud à Rio et fait partie des grands favoris chez les -58kg. Il occupe aujourd’hui le 2e rang du classement mondial des « M-58 » derrière l’Iranien Farzan Ashourzadeh, 19 ans, qui n’est autre que le champion du monde en titre de cette catégorie de poids olympique. « Tous les athlètes sont bons, et j’aurai beaucoup de rivaux. En général, côté masculin, l’équipe d’Iran est très forte », constate-t-il d’ailleurs. « Je ne suis pas sûr que notre génération aura autant de succès que les précédentes, mais nous allons démontrer la position dominante du pays natal du taekwondo » ajoute-t-il.

© Getty Images
A Rio, en -58kg, il faudra aussi compter sur le Portugais Rui Bragança, 3e du classement mondial et vainqueur en 2015 des Jeux Européens de Bakou, sans oublier le Belge Sid Mohammed Ketbi, et l’Allemand Levent Tuncat que l’on retrouve souvent dans les derniers carrés des grandes épreuves internationales. Quand on interroge Kim sur la compétition olympique féminine, il explique : « Je pense que la Chine est au-dessus du lot». 

Daehoon Lee : « la compétition va être féroce » 

Daehoon Lee est de deux ans plus âgé que Kim (il est né le 5 février 1992). Champion du monde 2011 des -63kg, il a disputé les Jeux de Londres 2012 dans la catégorie olympique -58kg et a obtenu une médaille d’argent après sa défaite en finale face à l’Espagnol Joel Gonzalez Bonilla. L’année suivante à Puebla, il est redevenu champion du monde des -63kg. 


Les -63kg n’existent pas en tant que catégorie olympique. Lee s’alignera en -68kg à Rio. Il s’y rend en tant que n°1 du classement mondial ! « Je m’attends à ce que les Coréens aient des matches très disputés aux Jeux. Et je crois que la compétition va être féroce, dans la mesure où on ne peut pas pronostiquer qui va gagner les médailles d’or. En ce moment, il y a la Russe Alexey Denisenko, et bien qu’il y ait beaucoup plus de prétendants aux honneurs, je me méfie particulièrement de lui ». 

© Getty Images
Denisenko est le vice-champion du monde 2015 de la catégorie. A Tcheliabinsk 2015, il a été battu en finale par le Turc Zervet Tazegül, que Lee cite également parmi les principaux prétendants à la victoire en terre carioca. Quant à l’Espagnol Joel Gonzalez Bonilla, son tombeur des Jeux de Londres, il sera également présent en -68kg à Rio, et il faudra compter sur lui.  

Daehoon Lee parle lui aussi du tournoi olympique féminin de taekwondo. Parmi les favorites, il voit « la Britannique Jade Jones qui a gagné à Londres en 2012 en -57 kg et la Chinoise Wu Jungyu qui a gagné deux titres olympiques à la suite en -49 kg ». 

« Pour sa préparation à ces Jeux Olympiques 2016, l’équipe nationale de Corée s‘est beaucoup concentrée sur le renforcement musculaire. Avec une musculature plus importante, nous allons permettre à nos corps d’être légers et rapides, alors que trop de graisse peut les rendre lourds, ce qui n’est jamais bon », explique Lee. « La fait qu’il y ait de la pression est indéniable. Mais je pense que je peux rendre mes Jeux plus agréables si je considère cette pression d’une façon plus cool ».

Dans les quatre catégories olympiques masculines Taehun Kim et Daehoon Lee constituent sans aucun doute les atouts les plus sérieux de la Corée du Sud pour briller dans « son » sport à Rio.

back to top En