skip to content
IOC/OIS
Buenos Aires 2018

Les lutteurs russes se couvrent d'or, Robert Howard honore le sport

La Russie a remporté deux médailles d’or dans les dernières épreuves de lutte à Buenos Aires 2018, en style libre masculin. Akhmedkhan Tembotov et Sergei Kozyrev ont respectivement dominé les catégories 80 kg et 110 kg, tandis que l'Ouzbek Umzadjon Jalolov s'est imposé chez les 48 kg et l'Azéri Turan Bayramov en 65 kg. La belle histoire du jour a toutefois été le geste sportif de l’Américain Robert Howard après qu'il ait battu le favori local Hernan David Almendra en finale des 55 kg.


Une fois la victoire finale acquise Robert Howard a pris le bras de son adversaire argentin Henan Almendra et l'a levé face au public. L'Américain a montré sa grande forme le matin en battant le Japonais Hayato Fujita (13-2) puis l'Ukrainien Vladyslav Ostapenko (10-5). C’est pourtant son geste après sa victoire 17-6 en finale qui a provoqué une "standing-ovation" du public rassemblé dans les gradins du pavillon de l'Asie.  "Il a juste lutté devant tous ses compatriotes, il a donné tout son cœur et en fin de compte, il ne suffisait pas seulement de faire preuve de classe, ce geste était nécessaire", a expliqué Robert Howard. "Hernan méritait aussi les honneurs. Ce gamin s'est battu de toutes ses forces. Il a atteint la finale. Son pays était fier de lui, et pour lui témoigner du respect, il fallait le faire."

Almendra avait commencé son parcours avec une victoire 4-0 sur le lutteur de Guam Gavin Stefan Sablan Whitt avant de dominer l’Algérien Oussama Laribi  5-4 et valider ainsi son ticket  pour la finale. "Cette médaille a beaucoup de valeur pour moi. C'est pour ça que je travaille depuis si longtemps", a déclaré Almendra. "Je suis monté sur le podium avec tristesse parce que j'aurais voulu être sur la première marche, mais c'était très émouvant et je me suis finalement senti très heureux".

CIO/OIS

"J'ai pu récolter les fruits de ces quatre dernières années de préparation. Je suis ravi d'avoir atteint la finale olympique. Rien n'est impossible. Si vous faites des efforts, vous pouvez accomplir tout ce que vous souhaitez réaliser", a encore dit Hernan David Almendra.

 

Deux médailles d'or pour la Russie

Lors de la première finale de la soirée, celle des 48 kg, l'Ouzbek Umzadjon Jalolov a vaincu le Géorgien Giorgi Gegelashvili. Jalolov, âgé de 16 ans, s'est détaché 4-0 dans la première période, Il obtenu quatre points supplémentaires dans la seconde pour gagner 8-2 et sceller le titre. Dans le combat pour le bronze, le Turc Halil Gokdeniz s'est imposé par tombé face au Colombien Diego Armando Zuluaga Cuevas.

IOC/OIS

Chez les 65 kg, le jeune lutteur d'Azerbaïdjan Turan Bayramov est venu à bout de l'adolescent  Iranien Mohammed Baghi Karimiseifabad 6-1 pour remporter l'or. Bayramov, 17 ans, n'a concédé que deux points en trois matches, dominant largement sa catégorie. Le Pakistanais Inayat Ullah a battu l'américain Carson Taylor Manville 6-2 pour la médaille de bronze.

Dans la première des deux finales remportées à la suite par les lutteurs russes, Akhmedkha Tembotov a signé une victoire éclatante chez les 80 kg sur l’Algérien Fateh Benferdjallah, par supériorité technique (10-0). Un score similaire a valu à l’Ouzbékistan une autre médaille, Mukhammadrasul Rakhimov ayant battu de la même manière le Canadien Carson Barry Lee pour la médaille de bronze.

Sergei Kozyrev s'est dans la foulée adjugé en conclusion le titre de la catégorie 110 kg. Après avoir battu le Mexicain Luis Rodrigo Orozco Cortez lors de son premier match du groupe B, il a remporté la finale avec une victoire serrée 6-5 face à l'Iranien Amir Hossein Abbas Zare. Orozco Cortez a été pour sa part été battu par l'Egyptien Ahmed Mahmoud Elsayed Khalil pour le bronze, mais le Mexicain, âgé de 17 ans, espère que son parcours, d'enfant obèse à athlète olympique incitera les enfants en surpoids à se lancer dans le sport.

CIO/OIS
Orozco Cortez : le sport contre l'obésité

Bien qu'ayant fini au pied du podium, Orozco Cortez a expliqué que ce dimanche a été "un des meilleurs jours de ma vie". Il s'est classé quatrième parmi les meilleurs juniors au monde dans un sport qu'il s'est mis à pratiquer il y a quatre ans parce qu'il était victime de moqueries pour son embonpoint. A l'âge de 14 ans, les 110 kg d’Orozco Cortez étaient en plus faits de graisse que de muscles. Il est maintenant l’un des meilleurs lutteurs de 110 kg en style libre au monde.

"J'étais un petit gars grassouillet dont personne ne se souciait à l'école", a-t-il raconté "Je n’aimais pas faire de l’exercice et je mangeais beaucoup : des tas de hamburgers, pizzas, frites. De la malbouffe. Je rentrais de l'école et je restais à la maison sans rien faire à part dormir. C'est la seule chose que je faisais et à l'école, mes camarades se moquaient de moi."

Les railleries l'ont amené à se lancer dans le sport. Il a découvert la lutte lors d'une démonstration.  "Cela m'intéressait, mais ni ma mère ni aucun autre membre de ma famille ne m'a soutenu, alors j'ai commencé à aller à l'entrainement en secret. Cela a commencé comme un moyen pour moi de libérer une partie du stress provoqué par mes camarades de classe. Cela a vraiment bien fonctionné, mais je ne m'attendais pas à être aussi bon, Maintenant je sais que j'ai pris la bonne décision. ”

Cortez espère pouvoir montrer à des enfants en surpoids comment l'activité physique peut améliorer leur vie. "Mon conseil pour les enfants qui sont comme je l'ai été, est qu’ils devraient se mettre au sport, car il existe un sport pour chacun d’entre nous. Il y aura toujours quelque chose qui vous plaira."

Jeux Olympiques de la Jeunesse de Buenos Aires 2018

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir les dernières nouvelles arrow right
back to top En