skip to content
Date
02 sept. 2010
Tags
JOJ

Les JOJ - une toute nouvelle expérience aussi pour les collectionneurs de pin's


Par May Cheng, Jeune reporter du CIO

Même s'il s'est rendu à 12 éditions de Jeux Olympiques et qu'il a rencontré des centaines d'athlètes, l'échange au village olympique de la jeunesse est une toute nouvelle expérience pour le collectionneur de pin's, Bud Kling.

Contrairement aux Jeux Olympiques, les athlètes qui viennent le voir à son stand d'échange amènent généralement tout leur équipement, depuis leurs poids pour le lancer en passant par leurs rames d'aviron jusqu'à leurs arcs.

Ainsi que l'a déclaré Bud Kling, collectionneur et marchand de pin's depuis 26 ans : "On ne voit pas cela aux Jeux Olympiques traditionnels. Ici, c'est comme si on regardait des enfants aller à l'école avec leurs sacs. C'est fabuleux."

Il se trouve à Singapour pour les tout premiers Jeux Olympiques de la Jeunesse et est plus particulièrement présent chaque jour au centre d'échange de pin's du village olympique de la jeunesse.

À 59 ans et originaire de Californie, il a également été le coordinateur en chef des centres d'échange lors des Jeux de 2008 à Beijing et possède une collection de quelque 40 000 pin's olympiques – plus de cent mille si on compte les pin's paralympiques.

Pour Bud Kling, l'un des plus grands avantages de ces événements où l'on peut échanger des pin's est la rencontre avec des personnes venues des quatre coins de la planète. La satisfaction de l'échange de pin's vient ainsi en partie d'une discussion avec une autre personne à propos d'une collection de pin's.

Au fil des années, Bud Kling – qui est également entraîneur de tennis – est devenu plus qu'un simple collectionneur de pin's, il est aussi devenu dessinateur.

Il est notamment à l'origine du pin's du village olympique de la jeunesse, lequel représente Lyo et Merly, les deux mascottes des JOJ.

"Il existe des pin's qui ne sont pas nécessairement beaux mais dont l'histoire est fantastique, tout comme l'amitié qui en découle. Et croyez-le ou non, le pin's du village olympique de la jeunesse est très spécial, c'est pourquoi il fait partie de mes 10 pin's préférés", a-t-il confié.

À la différence des autres pin's des JOJ, cette édition limitée (il n'y en a que 300) ne peut être achetée.

En effet, ce pin's ne peut que s'échanger au village olympique de la jeunesse et s'avère être des plus populaires.

Échanger des pin's avec les jeunes athlètes lors des Jeux Olympiques de la Jeunesse est une expérience bien différente de celle vécue auprès des athlètes accomplis lors des Jeux traditionnels.

Négocier avec les jeunes, lesquels sont beaucoup plus dynamiques, a demandé à Bud Kling beaucoup plus d'énergie … Il lui a même fallu s'asseoir un instant pour reprendre son souffle entre deux échanges … ce n'est pas de tout repos ! "Ils sont super, ils rient à mes blagues et posent un tas de questions", a-t-il commenté.

Les jeunes athlètes sont également beaucoup plus spontanés que leurs aînés. Par exemple, Bud Kling a même mené un échange à trois pour la première fois suite à la suggestion d'un jeune athlète.

Ainsi qu'il l'a déclaré : "Je ne me préoccupais même pas de ce qui était en jeu. Après chaque édition des Jeux, il y a une centaine d'anecdotes à raconter, je ne me rappellerai que de celle-ci."
Et d'ajouter : "Ces Jeux pourraient être les premiers Jeux où je pourrais me trouver à cours de pin's !" C'est dingue ! Les athlètes, et même le personnel, s'échangent des pin's. Lorsque je vais rentrer chez moi, je vais pouvoir dire à tout le monde que c'était le meilleur centre d'échanges de pin's de toutes les éditions des Jeux auxquelles j'ai assisté !"

Tags JOJ
back to top