skip to content
Date
06 juil. 2019
Tags
Actualités Olympiques, JOJ, Volleyball de plage
JOJ

Les JOJ ou… la vie à la plage !

Tous les regards étant tournés vers les Championnats du monde de volleyball de plage de la FIVB qui se tiennent en ce moment même à Hambourg (Allemagne), olympic.org revient sur quelques-uns des moments les plus mémorables de cette discipline qui a déjà figuré deux fois au programme des Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ).


Les jumelles canadiennes abasourdies par le come-back des Brésiliennes

Tout portait à croire qu’Ana Patricia Silva et Eduarda Lisboa allaient devoir se contenter de l’argent lorsqu’elles étaient menées de quatre points par les jumelles canadiennes Megan et Nicole McNamara dans le set décisif du match pour la médaille d’or aux JOJ de Nanjing 2014. Mais les deux Brésiliennes ont rebondi pour remonter finalement à 5-1, puis égalisant le set à 9-9 avant de décrocher l’or avec une victoire 16-14.

Ana Patricia et Eduarda – mieux connue sous le nom de Duda – avaient perdu le premier set de la finale 21-17, mais ont démontré tout leur potentiel pour remporter le deuxième 21-13. Les jumelles canadiennes contrôlaient le jeu au début du troisième set décisif, aussi les Brésiliennes ont-elles dû puiser dans leurs réserves pour renverser le match.

“Nous avons bataillé dans le premier set et elles nous ont battues relativement facilement”, a admis Duda alors âgée de 16 ans. “Puis nous sommes formidablement revenues dans le match pour remporter les deuxième et troisième sets. C’est un sentiment incroyable.”

Depuis, Duda connaît le succès au niveau sénior avec sa partenaire Ágatha Bednarczuk. Ensemble, elles ont remporté la finale du World Tour 2018 et sont sûres de figurer parmi les prétendantes aux médailles aux Championnats du monde à Hambourg.

Getty Images


Les Russes en route pour l’or

Oleg Stoyanovskiy et Artem Yarzutkin n’ont certainement pas emprunté la voie la plus facile pour monter sur la plus haute marche du podium aux JOJ de Nanjing 2014. Dans les quarts de finale, le duo russe a dû affronter les champions du monde en titre des moins de 19 ans, les Brésiliens Arthur Mariano et George Wanderley, et lorsque ces derniers ont remporté le premier set 21-15, les chances des Russes d’aller jusqu’en finale semblaient minces.

Mais Stoyanovskiy et Yarzutkin ont dominé le deuxième set, l’emportant 21-9, puis ont contrôlé les premiers échanges du troisième set décisif pour mener 11-7. Tandis que Mariano et Wanderley sont remontés pour égaliser à 11-11 puis 12-12, Stoyanovskiy et Yarzutkin ont conclu le match en marquant les trois derniers points pour remporter le set 15-12 et avancer jusqu’à la phase des médailles.

La victoire en deux sets (21-11, 21-10) en demi-finale contre les Finlandais Miro Maattanen et Santeri Siren promettait alors un match captivant pour la médaille d’or contre les Vénézuéliens Peter Hernandez et Tigrito Gomez, qui avaient battu les Russes en quarts de finale des Championnats du monde des moins de 19 ans de la FIVB moins d’un mois plus tôt.

Porté par les blocks imposants du géant Stoyanovskiy (2m05) et les parfaites défenses et attaques de Yarzutkin, le duo s’est vengé de sa défaite aux Mondiaux et a remporté l’or aux JOJ avec une victoire en deux sets (21-12, 21-13) en seulement 30 minutes, décrochant la toute première médaille d’or d’une équipe masculine russe dans une épreuve homologuée par la FIVB pour des joueurs de moins de 23 ans.

“C’est incroyable”, s’est exclamé Stoyanovskiy après le match. “C’est un sentiment merveilleux.”

Chez les séniors, Stoyanovskiy est désormais associé à Viacheslav Krasilnikov, médaillé de bronze aux Championnats du monde 2017.

Voronina et Bocharova montrent leur potentiel

Après avoir remporté l’or aux Championnats du monde des moins de 19 ans de la FIVB à Nanjing 2018 et aux Championnats d’Europe des moins de 20 ans de la CEV, et après leurs débuts au World Tour de la FIVB, les attentes étaient élevées sur les Russes Maria Voronina et Mariia Bocharova aux JOJ de Buenos Aires 2018.

Mais ces dernières ont largement honoré leur statut de favorites aux JOJ, remportant les trois matches de leur groupe sans perdre un seul set. Elles ont fini par en concéder un – en huitième de finale contre les Néerlandaises Emi Van Driel et Raisa Schoon – puis ont poursuivi sur leur lancée pour battre les Italiennes Nicol Bertozzi et Claudia Scampoli (21-19, 21-19) dans le match pour la médaille d’or.

"Nous sommes ravies de remporter la médaille d'or ici", a déclaré Maria Voronina. "Mais nous avons particulièrement apprécié les supporters argentins dans cette arène. Ils nous ont soutenues bien que nous venions d'un autre pays lointain. Ils comprennent vraiment le volleyball de plage et ont encouragé tous les athlètes ici, comme le font les vrais amateurs de sport.

2018 Getty Images


Le duo suédois en route pour l’or…en dansant

Après avoir perdu leur match d’ouverture aux JOJ de Buenos Aires 2018 face au duo allemand Filip John et Lukas Pfretzschner, les Suédois David Ahman et Jonatan Hellvig ont pris d’assaut la plus haute marche du podium, devenant les grands favoris du public argentin grâce à leur façon enthousiaste de célébrer leurs points, et notamment une danse mémorable sur le titre Let’s Get Loud de Jennifer Lopez durant le match pour la médaille d’or.

“Quand je me sens dans la bonne ambiance, j'aime bien me lâcher un peu”, a révélé Ahman, qui a réalisé ses mouvements de danse après une série impressionnante de blocks et d’aces. “ Notre sport est toujours un spectacle en fin de compte. Les fans nous ont apporté beaucoup d'énergie et j'adore donner quelque chose en retour.”

Une attitude qui a semble-t-il payé, puisque les Suédois ont conclu leur incroyable tournoi au JOJ avec une victoire 22-20 et 21-15 en finale sur les Néerlandais Matthew Immers et Yorick de Groot, pour le plus grand plaisir des spectateurs.

“ En plus de cette médaille d’or, ce que nous avons aimé à Buenos Aires, c’est le public local", a ajouté Hellvig. "Il me semble qu'ils nous ont beaucoup appréciés. C’est un peu bizarre de se faire crier dessus par tant de monde dans les gradins qui veulent que nous leur fassions des signes de la main et que nous prenions des selfies. Nous ne sommes pas vraiment habitués à ça !”

2018 Getty Images

back to top En