skip to content
Date
12 oct. 2010
Tags
Actu CIO

Les JOJ: Bienvenue dans la famille!


Michael Stoneman de la Revue Olympique rend compte des premiers Jeux Olympiques de la Jeunesse qui ont vu le rassemblement à Singapour de 3 600 athlètes du monde entier durant 12 jours pour des activités sportives et culturelles de classe mondiale et mobilisatrices.

À quelques heures de la cérémonie d’ouverture des premiers Jeux Olympiques de la Jeunesse, le président du CIO Jacques Rogge se sentait «comme un père dans l’attente de son enfant à naître». Il y a seulement trois ans, la Session du CIO à Ciudad de Guatemala approuvait la création d’une nouvelle manifestation destinée à mobiliser la jeunesse et à l’éduquer. Et, tandis que Singapour se préparait à tenir la première édition des Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ), voilà que sa vision était sur le point de se concrétiser.

La ville-État n’a été désignée hôte qu’en février 2008 et depuis le comité d’organisation des JOJ à Singapour, sous la conduite de Ser Miang Ng, a œuvré sans relâche pour en mener à bien la préparation.

Au terme du compte à rebours, cette première nouvelle manifestation olympique depuis les Jeux d’hiver de 1924 était fin prête. Une cérémonie éblouissante dans l’écrin du stupéfiant panorama de Singapour en a marqué l’ouverture. Pour la naissance du tout dernier membre de la famille olympique, feux d’artifice en masse dans une nuit illuminée ainsi que de spectaculaires enchaînements dansés ont émerveillé la foule autour de la plus grande scène flottante du monde. Après l’allumage d’une innovante flamme en tornade qui aura brûlé vaillamment sur Singapour durant les 12 jours suivants, ces premiers JOJ pouvaient enfin commencer. Puis l’attention se déplaça vers les arènes sportives où les performances ne furent pas moins impressionnantes. 

De nouvelles vedettes ont brillé avec ardeur et de chaleureuses histoires ont émergé à ces Jeux qui ont réuni 3 600 sportifs âgés de 14 à 18 ans. Parmi ces remarquables performances, on distinguera celle du nageur chinois Tang Yi et de ses six surprenantes médailles d’or ou celles de la gymnaste russe Viktoria Komova, trois d’or et une de bronze. Nul doute que ces deux jeunes athlètes feront parler d’eux à l’avenir.

«Je suis abasourdie», a déclaré Tang YI après sa sixième médaille d’or dans le relais 4x100 m quatre nages. «Je remercie mon entraîneur et les membres de mon équipe de tous leurs encouragements.»

Après ses succès, Viktoria Komova vise déjà les Jeux Olympiques. «Sur le podium, j’étais très heureuse et fière», a-t-elle admis après avoir obtenu l’or au concours général. «Ce sera plus facile de me préparer pour les Jeux de Londres et de concourir.»

Ailleurs, les footballeurs haïtiens ont marché avec force émotion vers la médaille d’or qu’ils ont manqué 5-0 contre la Bolivie, mais tout en gagnant le cœur ‰ de leurs compatriotes qui se débattent toujours dans l’après-coup du tremblement de terre de janvier dernier. «Assister à ces Jeux fut une expérience stupéfiante», a déclaré le capitaine haïtien Daniel Gedeon. «Je pense que chacun à Haïti est enthousiasmé par ce que nous avons accompli.»

À l’issue des Jeux, 14 records du monde juniors avaient été battus. Ceci souligne la qualité de ces compétitions, tandis que près de la moitié des 205 CNO participants ont eu droit au podium et notamment le Vietnam, pour une première médaille d’or et la Jordanie, pour une première médaille olympique.

La cavalière saoudienne Dalma Rushdi H Malhas a fait les grands titres en devenant la première femme de son pays à participer à une épreuve olympique, le concours de sauts équestres où elle a remporté le bronze en individuel. «Je suis très heureuse d’avoir eu la chance de participer et de changer le cours des choses. J’espère que cela ouvrira la porte à beaucoup de possibilités pour toutes les autres filles d’Arabie saoudite», a-t-elle déclaré ensuite. «Être la première femme de mon pays m’a rendue heureuse, mais j’étais encore plus contente de la médaille.»

Les sports ont fait, eux aussi, l’objet de beaucoup d’attention, avec l’introduction de nouvelles disciplines spécialement pour ces Jeux comme, par exemple, le basketball à 3 contre 3, les courses de canoë-kayak à un contre un et l’épreuve par équipe mixte de cyclisme qui ont capté l’imagination des fans et des athlètes. Le format de basketball adapté, dont chaque équipe se composait de trois joueurs, a beaucoup plu au président Rogge. «C’est un tournoi très excitant», a-t-il indiqué. «J’aime beaucoup ce format. Vous savez que c’est dérivé du basketball qu’on joue dans les cités et sur les parkings. Les règles sont claires, il y a du suspense et apparemment les joueurs adorent ça.»

Parmi les autres innovations, on note l’introduction d’épreuves mixtes et d’équipes mélangeant les CNO, comme dans les relais de triathlon et de natation, en tir à l’arc, tennis de table et escrime, pour n’en nommer que quelques-unes. Cela ajoute des éléments complètement nouveaux à la compétition sportive et cela s’est révélé très populaire chez les athlètes.

«L’expérience a été super» pour l’Américain Greg Massialas qui a remporté le bronze dans l’épreuve par équipe de CNO mélangés en escrime. «Bien sûr, c’est génial de concourir dans l’équipe des États-Unis, mais avec ce type de compétitions, on rencontre d’autres athlètes encore meilleurs, on se fait de nouveaux amis. On est vraiment dans l’esprit olympique.» 

Mais à Singapour, le sport fut loin d’être la seule attraction puisqu’en parallèle des compétitions, les Jeux Olympiques de la Jeunesse proposaient aussi un Programme Culture et Éducation (PCE) exceptionnel. Tous les participants ont pu se rencontrer et en apprendre plus sur les cultures présentes et sur des sujets aussi divers que l’Olympisme, l’environnement, la santé, la planification de carrière et la responsabilité sociale. Les athlètes ont pu aussi s’entretenir avec des olympiens, anciens ou toujours actifs, lors des discussions avec des champions, très populaires dans le village olympique de la jeunesse. La manière dont les athlètes ont adopté cette cinquantaine d’activités a assuré le succès retentissant du PCE.

«Nous avons fait en sorte de proposer des activités et des expériences pas trop scolaires. Nous ne voulions pas que cela rappelle trop l’école», a dit Patrick Stalder du département des JOJ du CIO. «Nous savions que nous devions mobiliser les athlètes différemment, c’est-à-dire découvrir par l’action et le partage. L’éducation, ce n’est pas seulement proposer de nouvelles idées de l’extérieur, mais c’est aussi s’assurer qu’ils partagent des choses entre eux.»

Yelena Isinbaeva, la championne olympique en titre du saut à la perche, était à Singapour en tant qu’ambassadrice des JOJ. Elle s’est déclarée impressionnée par cette manifestation après avoir participé à une discussion avec des champions. «Je suis heureuse de pouvoir aider les jeunes athlètes», a-t-elle dit. «La passion qu’on voit briller dans leurs yeux est contagieuse. Leur quête est insatiable, ils ignorent ce qui va arriver. Ceci m’a beaucoup motivée et j’espère qu’ils auront tous tiré des leçons de ces expériences. Et j’aimerais que, de retour chez eux, ils les partagent avec leurs amis.»

Usain Bolt et Michael Phelps, autres ambassadeurs des JOJ, étaient également présents à Singapour par la diffusion de messages vidéos aux athlètes et lors des cérémonies d’ouverture et de clôture ainsi que pendant les festivals au village.

Les réseaux de médias sociaux ont diffusé l’excitation de ces Jeux aux jeunes du monde entier car le CIO était présent sur Facebook, Flickr et Twitter. Plus de la moitié des 3,6 millions de fans sur les pages olympiques de Facebook ont entre 13 et 14 ans. Les pages des JOJ et de Singapour 2010 affichent plus de 100 000 fans. Les vidéos de la chaîne des JOJ ont été vues plus de sept millions de fois. Et, à un moment donné, elle a été la troisième chaîne de YouTube la plus regardée du monde.

À Singapour, les athlètes étaient entourés de 29 jeunes reporters qui ont produit du contenu pour les médias internationaux tandis que 30 jeunes ambassadeurs ont guidé leur délégation nationale.

Au village olympique, plus de 40 athlètes modèles envoyés par les Fédérations Internationales et le CIO offraient aussi leurs services et conseils aux athlètes. Avant d’arriver à Singapour pour les JOJ, Tom Daley, le plongeur olympique britannique, était dans la position exceptionnelle d’avoir concouru à Beijing aux Jeux en 2008. Il était donc bien placé pour faire la différence entre les deux manifestations. «C’était très semblable aux Jeux Olympiques et c’était une bonne idée de mêler l’éducation aux compétitions», a-t-il dit. «Parce qu’ils visaient un public plus jeune, ces Jeux étaient plus décontractés.»

Cet adolescent de 16 ans a aussi jugé que les JOJ aideront les jeunes athlètes à se préparer à l’éventualité d’une participation aux Jeux Olympiques. «Cette expérience à Singapour aidera nombre d’athlètes à faire le pas lorsqu’ils se retrouveront sur une scène mondiale. J’aurais bien aimé avoir eu cette possibilité avant Beijing. Avoir des JOJ multisports et un immense village m’auraient aidé à mieux savoir ce que seraient les Jeux Olympiques.»

Les réactions positives d’athlètes et de fans du monde entier soulignent le succès de ces JOJ inauguraux et le président Rogge a exprimé sa surprise. «Les JOJ ont dépassé mes plus hautes espérances», a-t-il déclaré. «Cela ne fait aucun doute, l’un des plus grands succès a été la manière dont les athlètes ont adopté le Programme culture et éducation. C’est une grande réussite, plus importante encore que celle que  nous pouvions espérer. La liste de tout ce qui a dépassé nos attentes est longue, et Singapour se classe donc à un niveau très élevé en termes de Jeux Olympiques auxquels j’ai assisté», a-t-il souligné. «Nous étions entre nous et, avec ces Jeux, les athlètes ont senti qu’ils faisaient partie d’une famille.»

Naturellement, lorsque la cérémonie de clôture a mis un terme à ces premiers Jeux Olympiques de la Jeunesse dans un final très émouvant, il était évident que le bébé de Jacques Rogge et ces 3 600 athlètes participants étaient désormais des membres de la famille olympique à part entière. Comme le président du CIO l’a déclaré en s’adressant à eux, alors que s’éteignait la flamme des JOJ: «Plus tard, lorsque vous réfléchirez à votre carrière sportive, vous pourrez dire: “J’étais à Singapour où tout a commencé”.»

Tags Actu CIO
back to top