skip to content
Getty Images
Date
14 août 2017
Tags
Actualités Olympiques , Rio 2016 , Héritage

Les Jeux Olympiques transportent Rio dans une nouvelle ère

Durant les cinquante années qui ont précédé les Jeux Olympiques de Rio 2016, les habitants de la ville ont déploré un manque d'investissement dans les transports en commun. Confrontés à un réseau surchargé, peu fiable et vétuste, les citoyens de la deuxième agglomération la plus peuplée du Brésil ont longtemps dû faire face à des défis quotidiens pour se rendre d'un point à un autre.

En apprenant dès 2009 que Rio serait ville olympique et paralympique, les autorités municipales, étatiques et fédérales ont décidé de se saisir du problème et de doter enfin la mégapole d'un réseau de transports en commun digne de son rang.

L'objectif de cette refonte en profondeur du réseau n'était pas uniquement de mettre en place un système capable de transporter spectateurs et les bénévoles des Jeux Olympiques et Paralympiques aux quatre coins de la ville, mais aussi et surtout de développer un réseau de transports publics en mesure d'accompagner le développement urbain et de laisser une trace durable à l'issue des Jeux.

GETTY IMAGES

Après avoir gagné le droit d'accueillir les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2016, la ville de Rio s'est mise à l'ouvrage pour développer trois modes de transports publics : le transit rapide par bus (BRT), le métro et le système de véhicules légers sur rail (VLT). Cet effort a donné lieu à de nombreuses améliorations, comme la multiplication par deux du nombre d'infrastructures de transports publics, 125 km de couloirs exclusifs de BRT associés à 125 stations, une flotte de 440 BRT articulés, une extension de la ligne de métro de plus de 16km et un bénéfice immédiat en termes de mobilité de 2,3 à 3 millions de voyages en transports publics par jour.

S'il est parfois difficile de mesurer l'héritage sportif au lendemain des Jeux Olympiques et Paralympiques dans une ville, les améliorations apportées au réseau de transports publics sont aisément quantifiables. Dans ce domaine, Rio a connu des avancées spectaculaires depuis 2016. Les avantages liés aux améliorations du réseau de transports publics pendant les Jeux proprement dits sautent aux yeux : quelque 2,2 millions de passagers ont ainsi utilisé les transports en commun pour se rendre sur les différents sites.

La création du VLT a fait de Rio la première ville au monde à se doter d'un système de transport de masse reliant l'aéroport au centre-ville. Le VLT a également profondément modifié le paysage du centre-ville en facilitant l'installation d'une promenade bordée d'arbres, réservée au VLT et aux piétons. De plus, Rio est désormais la ville d'Amérique latine qui possède le plus vaste réseau de pistes cyclables, avec plus de 400km.

GETTY IMAGES

Mais le plus bel héritage laissé par les investissements dans le réseau de transports publics à Rio reste sans doute l'intégration de tous les modes de transports en commun, qui permet aux habitants de profiter pleinement de ces améliorations. Selon Philippe Bovy, expert dans les transports olympiques depuis plus de 30 ans, Rio a tiré d'énormes avantages de l'organisation des Jeux Olympiques grâce à une modernisation accélérée.

« Les Jeux Olympiques de Rio 2016 a eu un impact incroyablement positif sur le développement des infrastructures de transports publics, note-t-il. Grâce aux Jeux, Rio a réalisé en 6 ou 7 ans des progrès qui auraient pris normalement 25 ou 30 ans. Il en résulte une mobilité urbaine nettement améliorée pour l'ensemble des habitants. »

GETTY IMAGES

Les experts ont également salué l'extension de la ligne de métro de la zone sud jusqu'à Barra, une avancée rendue possible par les Jeux.

Un après la conclusion des Jeux Olympiques, Rio continue de profiter de son héritage, d'autant que de nouveaux travaux sont actuellement en cours sur le VLT. Les améliorations significatives sur l'ensemble du réseau des transports publics sont la garantie que les habitants de Rio continueront à récolter les fruits des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2016 pendant encore de longues années.

back to top En