skip to content
OIS / IOC
Buenos Aires 2018

Les jeunes triathlètes offrent un spectacle époustouflant à Buenos Aires

Une démonstration de force en solo, un sensationnel retour et une belle performance collective finale ont vraiment impressionné l'athlète modèle israélien Ron Darmon.

Le triathlète olympique israélien Ron Darmon a vu l'avenir de son sport bien-aimé à travers les performances des jeunes athlètes qui se sont battus pour les meilleures places, pendant trois jours de compétitions épuisantes aux JOJ de Buenos Aires 2018. Et ces performances l'ont empli de fierté.  "Ça a été très amusant, j’ai adoré les compétitions ici", a déclaré Ron Darmon, athlète modèle à Buenos Aires. "Les triathlètes étaient tous super talentueux et tellement plus forts que moi quand j'avais leur âge."

Le médaillé d’or de l'épreuve individuelle, Dylan McCullough (NZL), a impressionné non seulement Ron Darmon, mais également tous les spectateurs réunis sur le parcours le lundi 8 octobre aux Bosques de Palermo. Le triathlète Kiwi est sorti de l'eau après les 750 m de natation juste aux côtés de l’Italien Alessio Crociani, mais il s'est ensuite positionné en tête durant XX des quatre tours de la section cyclisme (19,2 km), empêchant son rival de lui passer devant.

Dylan McCullough a enfin mis le turbo pour les 5 km de course à pied. Irrésistible, il a franchi le ruban d'arrivée en solitaire avec douze secondes d'avance sur le Portugais Alexandre Montez, qui a pris la médaille d'argent. Quant à Alessio Crociani, qui a terminé à dix-huit secondes, il a reconnu l'exploit et la force supérieure de Dylan McCullough. "Je savais qu'il était le meilleur au monde sur le vélo."

Le retour en force d'Amber Schlebusch

L’une des plus grandes surprises de ces compétitions, si ce n’est une éclatante démonstration de classe pure, été le retour en force de la Sud-Africaine Amber Schlebusch dans l'épreuve féminine. Après un mauvais départ, septième à la sortie de l'eau, restée loin du podium dans la partie cyclisme, elle a réussi à passer toutes ses rivales dans la course à pieds pour s'adjuger la médaille d’or.

OIS / IOC

Amber Schlebusch, ancienne nageuse, a terminé les 750 m natation à 27 secondes des leaders, elle a encore perdu un rang dans la partie cyclisme, mais la triathlète âgée de 17 ans, n’a jamais baissé les bras, et elle a été la plus forte dans la course à pieds.  "Je faisais de la natation avant le triathlon et c’est le comble, la nage est maintenant ma pire section", a-t-elle admis. "Je n'ai pas bien nagé, mais je les ai ensuite rattrapées. Et je suis vraiment, vraiment heureuse de m'être sentie si forte dans le final." 

Le relais mixte par équipes internationales sous le signe de l'amitié

À Rio en 2016, Ron Darmon était devenu le premier triathlète à représenter Israël aux Jeux Olympiques, mais il a été contraint de prendre sa retraite après un accident un an plus tard. Il a été particulièrement impressionné par l'épreuve de relais par équipes mixtes à Buenos Aires, dans laquelle les équipes sont formées avec des athlètes de différents pays.

"Je pense que l'épreuve du relais par équipes est plus excitante et plus intense que les courses individuelles, parce qu'elle est plus courte", a déclaré Ron Darmon. "Les athlètes peuvent pousser plus fort, loin et se donnent tous à 110 %. C’est une vraie compétition, pas seulement un jeu."

L’équipe gagnante, Europe 1, était composée de quatre médaillés des épreuves individuelles. Pour les hommes, Alessio Crociani et Alexandre Montez. Pour les dames, la Danoise Sif Bendix Madsen et la Suissesse Anja Weber, montées sur le podium de la course féminine aux cotés d'Amber Schlebusch. Ensemble, ils ont remporté l'or grâce à un véritable travail d'équipe. 

OIS / IOC

"Je suppose que l’amitié entre athlètes de différents pays peut améliorer la situation", a déclaré le Portugais Alexandre Montez qui a ajouté ce titre collectif à sa médaille d'argent individuelle. Sif Bendix Madsen, qui en a fait de même après sa médaille d'argent individuelle, s'est dit heureuse d'avoir fait de nouvelles connaissances et d'avoir noué des relations d'amitié. "Ensemble, nous étions plus forts", a-t-elle souligné.

Les triathlètes des Jeux Olympiques de la Jeunesse ont apprécié le format spécial de ce relais par équipes mixtes internationales, car il a ajouté une touche particulière de camaraderie, généralement absente des courses de triathlon traditionnelles.

"C’est une excellente occasion de faire des rencontres et d’apprendre à connaître des triathlètes d'autres pays avec qui nous n’avons généralement pas la possibilité de parler", a déclaré le médaillé de bronze espagnol, Igor Bellido Mikhailova, dont les coéquipiers étaient allemands et français. "Comme notre sport est essentiellement individuel, nous n’avons pas le temps de nous faire de bons amis dans les autres équipes. Mais aujourd'hui, c'était une excellente occasion. Les Jeux Olympiques devraient également connaître cette dimension."

back to top En