skip to content

Les jeunes reporters du CIO assurent la promotion de l'égalité des sexes

Young reporters OIS
L'un des sous-thèmes de la Journée mondiale de la liberté de la presse de cette année – célébrée le 3 mai – était l'égalité des sexes dans tous les aspects des médias. Découvrons ici de quelle manière le programme des jeunes reporters du CIO a permis aux femmes journalistes de s'imposer dans le monde du reportage sportif, dominé par les hommes.

Près de 80 % des journalistes et des photographes accrédités aux Jeux Olympiques de Rio 2016 et aux Jeux Olympiques d'hiver de PyeongChang 2018 étaient des hommes, ce qui témoigne du déséquilibre entre les sexes qui existe actuellement dans les médias sportifs.

C'est un problème auquel le Comité International Olympique entend s'attaquer suite à la publication de son projet d'analyse de la question de l'égalité des sexes en 2018, lequel comprenait 25 recommandations pratiques visant à promouvoir l'égalité des sexes dans le sport, dans des domaines tels que la participation, le financement, la gouvernance et la représentation. La commission de presse du CIO a depuis mis sur pied un groupe de travail sur l'égalité des sexes afin de contribuer à rétablir l'équilibre et offrir aux femmes journalistes de meilleurs débouchés aux Jeux.

OIS

Une initiative a cependant déjà assuré la promotion des femmes dans les médias sportifs : il s'agit du programme des jeunes reporters du CIO, lequel a donné aux journalistes en herbe la chance de développer et parfaire leurs connaissances aux Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) depuis la toute première édition de la manifestation à Singapour en 2010.

À chaque édition des JOJ en effet, un nombre égal de journalistes sportifs en herbe, hommes et femmes, du monde entier se sont réunis pour recevoir une formation et un encadrement de la part de professionnels chevronnés des médias olympiques, avec un enseignement en classe et sur le terrain qui a donné aux participants tous les outils nécessaires pour travailler dans les salles de rédaction modernes d'aujourd'hui. Cette expérience unique s'est avérée extrêmement précieuse pour les diplômés du programme, dont beaucoup poursuivent une carrière prometteuse dans le journalisme sportif.


"Ce qui est merveilleux dans ce programme, c'est de voir ces jeunes reporters s'épanouir et faire des choses remarquables", explique la journaliste sportive australienne Tracey Holmes, laquelle a joué les mentors pour le programme depuis sa création. Et d'ajouter : "La mission du CIO consistait à mettre sur pied un programme médias en lien avec les JOJ. L'idée des Jeux est de créer des débouchés pour les jeunes. Il a donc été décidé de donner aux jeunes diplômés, ou à ceux qui viennent à peine de commencer dans cette voie, la chance de découvrir les Jeux Olympiques sur le terrain."

"Aux tout premiers JOJ, il y avait des athlètes qui devenaient des olympiens et, de la même manière, des jeunes reporters qui décrochaient de bons postes et faisaient ensuite des reportages sur les médailles que les athlètes remportaient. Parfois, ils se souviennent les uns des autres, et c'est fabuleux."

Découvrons ici ce que certaines des jeunes femmes reporters ont accompli depuis qu'elles ont participé au programme.

Kimiya Shokoohi

Kimiya a été la toute première jeune reporter du CIO, ayant été la seule participante à un programme pilote aux Jeux Olympiques d'hiver de Vancouver 2010. Elle a ensuite rejoint le programme complet des JOJ de Singapour 2010 et des JOJ d'hiver d'Innsbruck 2012, où elle a pu développer ses compétences. Depuis, elle a mené une carrière fructueuse dans le journalisme multimédias et la réalisation de documentaires, notamment en travaillant pour BBC World Service, CBC, le New York Times, le Comité National Olympique des États-Unis et Olympic Channel.


Annesha Ghosh

Annesha a participé au programme des jeunes reporters lors des JOJ de Buenos Aires 2018 et des JOJ d'hiver de Lausanne 2020. Elle travaille désormais comme journaliste multimédias chez ESPN (Inde), principalement en tant que journaliste/reporter couvrant des sports tels que le cricket, le tennis, le hockey et le tir.

IOC Young reporters OIS
Sonali Prasad

Sonali a pris part au programme des jeunes reporters des JOJ de Singapour 2010 et des JOJ d'hiver d'Innsbruck 2012 avant d'être journaliste aux Jeux Olympiques de Londres 2012 et aux Jeux Olympiques d'hiver de Sotchi 2014. Elle a également travaillé en tant que responsable des données numériques et des données du projet photo des services d'information olympique aux Jeux Paralympiques de Rio 2016 et de PyeongChang 2018. Ses articles ont par ailleurs été publiés par des journaux tels que The Guardian, Esquire Singapore et The Washington Post. En 2012, elle devient la plus jeune membre de la commission de presse du CIO avant de retourner à ses premières amours afin de jouer les mentors pour le programme des jeunes reporters des JOJ de Buenos Aires 2018.

IOC Young reporters OIS
Ash Tulloch

Ash travaillait comme journaliste pour le plus grand radiodiffuseur indépendant de Nouvelle-Zélande, couvrant des événements tels que la Coupe du monde de rugby 2011, lorsqu'elle a été sélectionnée pour participer au programme des jeunes reporters des JOJ de Nanjing 2014 et des JOJ d'hiver de Lillehammer 2016. Depuis, elle est devenue l'un des visages clés d'Olympic Channel en tant que journaliste/productrice.

IOC Young reporters Olympic Channel
Paloma Gutiérrez Méndez

Après avoir obtenu un diplôme en communication et information à l'Université autonome d'Aguascalientes au Mexique, Paloma a participé au programme des jeunes reporters des JOJ de Buenos Aires 2018 et des JOJ d'hiver de Lausanne 2020. Elle a également travaillé comme journaliste spécialisée en actualités et en sport à la Radio et Télévision d'Aguascalientes "RyTA" et à Radio BI à Aguascalientes.

IOC Young reporters OIS
Fatima Martinez Cabrera

Après avoir décroché une licence en communication à l'Université catholique d'Asunción au Paraguay, Fatima a rejoint le programme des jeunes reporters des JOJ de Buenos Aires 2018 et des JOJ d'hiver de Lausanne 2020. Elle travaille aujourd'hui comme journaliste sportive au Diario ABC Color – un grand journal paraguayen à Asunción – et à la télévision et à la radio pour ABC TV.

IOC Young reporters OIS
Emma Holmsen

Alors qu'elle est en dernière année de journalisme à l'Université de Göteborg en Suède, Emma a mis à profit ses expériences dans le cadre du programme des jeunes reporters lors des JOJ de Buenos Aires 2018 et des JOJ d'hiver de Lausanne 2020 pour effectuer un stage à Radiosporten – la plus grande station de radio sportive de Suède.


back to top En