skip to content
Getty Images
Date
19 août 2016
Tags
Rio 2016 , Actu CIO , Athènes 2004 , Héritage

Les infrastructures d’Athènes renforcées par les Jeux Olympiques de 2004

Si les Cariocas se régalent à suivre actuellement les meilleurs athlètes du monde en lice aux Jeux Olympiques de 20106, ils vont également bénéficier des avantages à long terme consécutifs à leur présence dans la ville.

Les améliorations des infrastructures, notamment les nouvelles routes, lignes de métros et lignes de bus express (BRT), effectuées en vue de Rio 2016 devraient laisser un héritage durable qui facilitera les déplacements des Cariocas et des touristes autour de la ville pour de nombreuses années.

De précédentes villes hôtes olympiques ont connu un parcours similaire, les Jeux jouant souvent un rôle de catalyseur pour la construction de nombreux services publics indispensables. Par exemple, Athènes, la capitale grecque, continue à bénéficier d’un certain nombre d’améliorations des infrastructures effectuées en vue des Jeux de 2004.

Parmi ces dernières figurent l’ouverture de l’aéroport international Eleftherios Venizelos, qui accueille aujourd’hui environ 18,1 millions de passagers chaque année, ainsi que la modernisation des routes et du réseau de transport souterrain. Au total, quelque 90 km de nouvelles routes ont été construites dans la perspective des Jeux de 2004, tandis que 120 km supplémentaires ont été élargies et qu’un nouveau système informatisé de gestion du trafic a été également installé pour gérer la circulation aux abords de la ville. Parallèlement, le nouveau réseau de transport urbain et souterrain peut transporter un million de passagers par jour (environ 20 % de la population de la ville) alors que les prolongements vers le métro d’Athènes et la création de Proastiakos, un nouveau réseau souterrain de trains reliant l’aéroport et les villes de banlieue à la capitale, continue de faire le bonheur des Athéniens.

Outre l’amélioration des infrastructures, les efforts déployés pour améliorer l’image d’Athènes avant les Jeux continuent également de porter leurs fruits. Les zones rénovées en bord de mer, la qualité accrue de l’hébergement hôtelier et la restauration de plusieurs immeubles délabrés ont contribué à l’embellissement de la ville et donné un coup de fouet au tourisme. Résultat, le nombre de touristes visitant la Grèce continue de croître, le pays ayant connu un pic record de 23,5 millions de vacanciers en 2015 : la ville hôte olympique constitue toujours une destination parmi les plus prisées du monde.

Un grand nombre de sites rénovés ou construits pour les Jeux de 2004 sont toujours utilisés aujourd’hui.

Athens © Getty Images

C’est le cas du stade olympique de la ville, construit en 1979 et fortement rénové avant les Jeux, qui est aujourd’hui le terrain sur lequel évolue l’AEK Athènes, l’un des clubs de football les plus importants du pays. Outre les matches de l’AEK, le stade accueille régulièrement de grands concerts comme ceux de U2, Bon Jovi et Madonna, et il a également abrité la finale de l’UEFA Champions League 2007 entre l’AC Milan et Liverpool.

Le hall olympique couvert voisin, utilisé en 2004 pour la gymnastique artistique et le trampoline ainsi que pour les finales de basketball, est le terrain habituel du Panathinaïkos d’Athènes, club professionnel de basketball. Il a également accueilli le Final Four de l’EuroLeague de basketball en 2007, ainsi que le tournoi de qualification olympique de basketball de la FIBA pour les Jeux de 2008. Parallèlement, Beyonce et Jennifer Lopez figurent parmi les stars ayant donné des concerts dans la salle.

D’autres sites sont toujours en service aujourd’hui, dont le stade Karaiskakis, terrain de prédilection d’Olympiakos, club phare du football grec, le Centre olympique d’aviron et de canoë de Schinias, qui a accueilli les Championnats d’Europe d’aviron en 2008, et le stade de la Paix et de l’Amitié qui abrite les matches d’EuroLeague de l’équipe de basketball d’Olympiakos.

Parmi les sites convertis pour des utilisations alternatives, on trouve le Centre olympique de tir de Markopoulo, qui est devenu un site d’entraînement de la police, le gymnase olympique de Goudi, aujourd’hui reconverti en théâtre, et le Pavillon des sports de Faliro, qui est devenu un centre de congrès et d’événements. Le Centre international de diffusion et le Centre principal de presse ont été également reconvertis. Ce sont respectivement une galerie commerciale et le siège du ministère de la Santé.

© Getty Images
back to top En