skip to content
Hockey sur glace homme Getty

Les héros tchèques causent une énorme surprise

Les États-Unis et le Canada sont venus tous deux à Nagano avec des équipes constellées de stars. La Ligue nationale de hockey (NHL) a en effet accepté de mettre sa saison entre parenthèses durant 19 jours afin que les meilleurs joueurs puissent représenter leur pays aux Jeux d’hiver. Une sacrée aubaine pour les deux voisins nord-américains. Ils se sont affrontés deux ans plus tôt en finale de la Coupe du monde et une revanche se profile.

D’entrée, le Canada joue bien et les États-Unis n’arrivent pas à suivre. Lors de la phase de poules, non seulement ils s’inclinent devant les Canadiens (4-1), mais ils tombent également face à la Suède, 4-2. Dans le même temps, leurs vieux rivaux russes trouvent leur vitesse de croisière et, après une victoire à l’arraché 2-1 contre la République tchèque, leurs chances apparaissent de plus en plus grandes.

Les bouleversements se poursuivent en quarts de finale. Tout d’abord, c’est la Suède qui est envoyée au tapis par la Finlande, alors qu’une surprise encore plus grande se produit avec la victoire des Tchèques sur les États-Unis, 4-1. Le grand bonhomme de l’équipe victorieuse est le gardien Dominic Hašek, qui effectue 38 arrêts pour maintenir les Américains à distance.

© Getty Images

Ce formidable résultat donne le droit aux Tchèques d’affronter le Canada en demi-finale. Une fois encore, Hašek brille de mille feux et les outsiders résistent puis prennent l’avantage. Le Canada égalise à moins d’une minute de la fin du temps réglementaire et après une prolongation où rien n’est marqué, la victoire va se décider aux tirs au but. Patrick Roy, le gardien du Canada, réalise un exploit en stoppant quatre des cinq tirs adverses, mais Hašek va faire encore mieux en arrêtant toutes les tentatives canadiennes. Personne n’avait misé sur les Tchèques et les voici pourtant en finale. Les Canadiens, eux, repartiront même bredouilles après avoir perdu le match pour la troisième place face aux Finlandais.

En finale, les Tchèques obtiennent une revanche contre la Russie. Une fois encore, les défenses sont à l’honneur et les filets ne tremblent guère. Une fois encore Hašek réalise des miracles dans la cage tchèque et un seul but sanctionne les débats : il est tchèque et l’œuvre de Petr Svoboda.

© Getty Images

Les joueurs tchèques retournent ainsi en héros dans leur pays, où ils sont accueillis par 130 000 spectateurs réunis au centre de Prague pour fêter la victoire. L’histoire de leur victoire improbable a, depuis, été racontée maintes fois dans un certain nombre d’ouvrages et de documentaires de télévision, et a même fait l’objet d’un opéra.

back to top