skip to content
Date
30 juil. 2012
Tags
Londres 2012 , Actu CIO

Les généreux donateurs de la campagne "Donner, c'est gagner" mis à l'honneur

Depuis son lancement, la troisième édition de la campagne "Donner, c'est gagner" a rencontré un franc succès. Jusqu'ici, l'objectif (100 000 articles d'habillement et d'équipement sportif) a été atteint à plus de 50 %. Ce succès ne serait pas possible san

Ce soutien a été récompensé aujourd'hui au cours d'une cérémonie, laquelle s'est tenue au village olympique à Londres, en présence de Mario Pescante, membre du CIO et observateur permanent auprès des Nations Unies, et d'Antonio Guterres, haut-commissionnaire des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Un trophée a ainsi été remis aux Comités Nationaux Olympiques d'Australie, de Singapour, d'Iran et d'Allemagne en remerciement de leur contribution à cette campagne de soutien aux réfugiés du monde entier. Leurs dons seront offerts à des femmes, des hommes, des jeunes filles et des jeunes garçons originaires du Soudan du Sud, de l'Éthiopie et du Bangladesh, trois des principaux pays bénéficiaires de cette campagne de collecte pendant les Jeux. D'autres camps et d'autres pays seront également soutenus.

Un exemple de Solidarité Olympique

S'exprimant au nom du président du CIO, Mario Pescante a déclaré : "La campagne "Donner, c'est gagner" est un parfait exemple de la manière dont la Solidarité Olympique se manifeste et de la manière dont de simples gestes peuvent réellement changer la vie des individus." Le sport a le pouvoir d'apporter espoir et joie, et avec plus de 30 millions de réfugiés et de personnes déplacées dans le monde, chaque article ou vêtement de sport collecté fera la différence. Cela ne changera pas leurs vies difficiles, mais cela les confortera dans l'idée que les athlètes ici ainsi que le Mouvement olympique et sportif en général ne les oublient pas et se préoccupent de ce qui leur arrive."

Le meilleur exemple de cette solidarité est certainement la présence à Londres de plusieurs athlètes qui savent bien ce qu'est la condition de réfugié. Parmi eux, le plus connu aujourd'hui n'est autre que Guor Marial, qui participe aux Jeux de 2012 en tant qu'athlète olympique indépendant sous la bannière olympique. Guor Marial est originaire de ce qui est maintenant le Soudan du Sud, lequel ne possède pas de CNO reconnu. L’athlète qui n’a aucun passeport, est résident permanent (carte verte obtenue grâce au statut de réfugié) mais pas citoyen des États-Unis. Ce statut ne lui permet pas de concourir pour les États-Unis, ni pour le Soudan du Sud ou le Soudan.

Du statut de réfugié à celui de citoyen

Depuis les Jeux Olympiques de 2004 à Athènes, le CIO s'est associé au Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et aux comités d'organisation des Jeux pour lancer cette campagne, reconnaissant ce faisant la valeur du sport pour le développement humain. En remettant les trophées, Antonio Guterres a remercié les généreux donateurs en leur rappelant : "Vous ne pouvez pas imaginer la joie des personnes qui reçoivent ces vêtements de sport. Ils seront 100 000 à avoir la chance d'en bénéficier. Pour de nombreux jeunes réfugiés, le cadeau de vêtements de sport offerts par des athlètes de renom concourant dans l'arène olympique est un excellent moyen de leur remonter le moral – un signe que le monde extérieur ne les oublie pas". Et d'ajouter : "Aujourd'hui ce sont des réfugiés, mais un jour ils seront des citoyens dans leurs communautés, et le sport peut être la clé pour faire ce lien."

back to top