skip to content
IOC
Atlanta 1996

Les "filles en or" ont mis du temps à saisir toute la portée de leur victoire

Lorsque les "filles en or" ("Las Niñas de Oro") sont devenues les plus jeunes championnes olympiques de l'histoire espagnole aux Jeux Olympiques d'Atlanta en 1996, les six gymnastes rythmiques n'avaient pas la moindre idée de la portée de leur exploit et elles étaient loin d'imaginer qu'elles continueraient d'inspirer les jeunes générations, et ce pendant de longues années.

 
 

"Las Niñas de Oro" – les filles en or d'Atlanta – sont les protagonistes d'un nouvel épisode de la série "Legends Live On" sur Olympic Channel aux côtés de la double championne olympique de gymnastique Svetlana Khorkina, de Pieter van den Hoogenband, triple médaillé d'or dans les bassins, et de la sextuple championne d'escrime Valentina Vezzali.

Pendant près de deux ans, les jeunes gymnastes, toutes âgées de 15 à 17 ans, ont vécu et se sont entraînées ensemble, sous l'œil attentif d'Emilia Boneva, l'entraîneure de l'équipe nationale, en mettant de côté leurs études à partir de janvier 1996 pour se consacrer uniquement aux Jeux d'Atlanta où l'épreuve par équipes allait être disputée pour la première fois.

Leurs nerfs furent mis à rude épreuve lorsque María Pardo quitta le groupe trois mois à peine avant les Jeux et fut remplacée par Lorena Guréndez. Mais leur persévérance et leur confiance en elles les ont aidées à surmonter une situation qui aurait pu les déstabiliser.


À l'époque, la gymnastique rythmique était dominée par la Russie et la Bulgarie. Les équipes de ces deux pays exécutèrent un premier exercice sans faute si bien que la formation espagnole dut ajouter à son programme plusieurs difficultés qui ne laissaient aucune place à l'erreur. Les jeunes espagnoles finirent en tête du classement à l'issue du premier tour. Lors de la finale multi-engins, la Bulgarie ne parvint pas à rattraper son retard et la Russie commit une erreur fatale dans les dernières secondes. L'Espagne fut sacrée championne olympique.

Lors de leurs retrouvailles 22 ans plus tard à Madrid, les gymnastes espagnoles ont évoqué le temps passé ensemble et leur sacre à Atlanta dont la portée leur avait quelque peu échappé à l'époque, comme l'a souligné Nuria Cabanillas.

Ainsi qu'elle l'a dit à Olympic Channel : "Ce n'est qu'aujourd'hui que nous comprenons ce que nous avons accompli. L'importance de représenter notre pays, cette médaille, sa signification. À l'époque, nous n'en étions pas conscientes."

Aujourd'hui, les membres du groupe mettent à profit leur expérience et leur amour de ce sport pour enseigner la gymnastique rythmique aux plus jeunes et les inspirer.

Nuria Cabanillas et Tania Lamarca organisent également leurs propres camps de gymnastique rythmique. Tania s'emploie plus particulièrement à accueillir les jeunes gymnastes en situation de handicap. Elle a également écrit un livre "Lágrimas por una medalla" (Des larmes pour une médaille).

back to top En