skip to content
Getty Images
PyeongChang 2018

Les femmes et une tendance vers l’égalité en vedette à PyeongChang 2018

Le chemin a été long. De treize femmes engagées dans les premiers Jeux d'hiver à Chamonix en 1924, exclusivement en patinage artistique, aux 1242 concurrentes à PyeongChang 2018 présentes dans tous les sports, la montée en puissance des femmes a constitué la principale évolution de la compétition planétaire hivernale, répondant à un effort constant du Comité International Olympique.

Le chemin vers la parité, c'est la fin des derniers "bastions", comme le hockey-sur-glace en 1998, le bobsleigh en 2002 ou le saut à ski en 2014. C'est le fait que chaque nouvelle épreuve inscrite au programme comporte désormais toujours une compétition masculine et une compétition féminine. C'est enfin l'arrivée de spectaculaires épreuves mixtes, en curling, en biathlon, en luge avec le relais, en ski alpin, en patinage artistique avec l'épreuve par équipes. 

Il faut d'ailleurs souligner que l'objectif de l'égalité des sexes est inscrit dans la Charte olympique, qui oblige le Comité International Olympique (CIO) à "encourager et soutenir la promotion des femmes dans le sport à tous les niveaux". De superbes records, accomplissements, de nouveaux modèles, mais aussi de belles curiosités ont ainsi ponctué le parcours des championnes engagées dans les Jeux de PyeongChang 2018.

Marit Bjørgen au sommet de l'Olympe

L'athlète la plus décorée de ces Jeux, hommes et femmes confondus, est la fondeuse Norvégienne Marit Bjørgen, qui est montée sur cinq podiums. Elle était arrivée à PyeongChang avec dix médailles, elle en est repartie avec quinze, dont huit titres. La championne de Trondheim a ainsi dépassé de deux unités son compatriote biathlète Ole Einar Bjørndalen qui détenait le record depuis 2014, et partage désormais avec lui et avec le fondeur Bjørn Dæhlie le record de huit titres aux Jeux d'hiver.

Marit Bjørgen a à cœur son rôle de modèle pour tous les jeunes de son pays. Elle a d'ailleurs expliqué: "Le futur est bon pour la Norvège. Il y a toujours de plus jeunes athlètes qui arrivent au sommet. Je pense aussi que la raison pour laquelle nous sommes si forts c'est qu'ils ont des idoles comme référence à qui s'identifier. Après ces Jeux, nous allons peut-être voir plus de garçons et de filles arriver. S’ils pratiquent le ski de fond ou quelque chose d'autre, le ski alpin ou le patinage, c'est tout bon pour le futur". 

Il faut également souligner qu'elle a gagné la 102e et dernière épreuve des Jeux d'hiver 2018, le 30 km disputé à quelques heures de la cérémonie de clôture le 25 février, ultime journée de compétition, où d'ailleurs, pour la première fois, il y a eu autant de compétions hommes (finale du hockey, bobsleigh à quatre) que femmes (finale du curling et 30 km en ski de fond). Pour la première fois aussi, Bjørgen, avec la Finlandaise Krista Parmakoski et la Suédoise Stina Nilsson, ont été décorées par le président du CIO Thomas Bach et celui de la Fédération International de Ski (FIS) Gianfranco Kasper devant le public du stade olympique lors de la cérémonie de clôture, avant les trois premiers du 50 km hommes qui étaient jusque-là les seuls à avoir cet honneur.

Chloe Kim Getty Images
Les Kim du curling et Chloé Kim en snowboard superstars 

S'il y a un parcours qui a soulevé tout le peuple coréen et au-delà, tournant en boucle à la télévision, affolant les réseaux sociaux, c'est bien celui de la "Team Kim" du curling.  Les cinq joueuses au patronyme identique, emmenées par l'impassible skip Kim Eun-jung devenue star de Twitter, Facebook, Instagram, Snapchat et autres plateformes sociales, ont signé des victoires magistrales sur toutes les nations majeures de leur sport.

Elles ont battu des records d'audience quand elles sont venues à bout des Japonaises dans le onzième end de la demi-finale, sur un dernier point extraordinaire soulevant une immense clameur dans les gradins du centre de curling de Gangneung. Kim Eun-Jung, Kim Yeong-mi, Kim Seon-yeong, Kim Cho-hi et Kim Kyeong-ae ont été battues en finale par la Suède de Hanna Hasselborg, 8-3. Qu'importe, il y a avait au bout une magnifique médaille d'argent, la première de la République de Corée à ce niveau, et un parcours qui aura inspiré toute une génération de futures jeunes curleuses.

Quant à l'Américaine Chloé Kim, elle est devenue à 17 ans une des plus grandes stars des Jeux de PyeongChang 2018. Elle domine depuis des années le circuit mondial de snowboard halfpipe avec à son palmarès quatre victoires - dont trois consécutives avec la première à 14 ans - dans les Winter XGames. En raison de son jeune âge, elle n'avait pu participer aux Jeux de Sotchi 2014. Mais elle a brillé deux ans plus tard, à 15 ans, sur la scène des Jeux olympiques de la Jeunesse de Lillehammer en 2016 où elle s'était imposée aussi bien en slopestyle qu'en halfpipe.

La Californienne d'origine coréenne a survolé la compétition disputée le 13 février dans le demi-tube de neige du Phoenix Park en signant notamment un 3e run époustouflant qui lui a valu la note de 98,25, loin devant la Chinoise Liu Jiayu  (89,75) et une autre Américaine médaillée de bronze, Arielle Gold (85,75) devant des gradins comblés et enthousiastes.

Ledecka Getty Images
L'exploit historique d'Ester Ledecká

Aucune femme ne s'était jusqu'alors imposée dans deux sports différents au cours des mêmes Jeux d'hiver. Personne n'avait encore troqué des skis pour une planche de snowboard en y brillant de façon équivalente... et dorée ! Ester Ledecká l'a fait, inscrivant son nom son nom dans le grand livre des Jeux. Le 17 février, sur la piste de vitesse de Jeongseon, avec son dossard n°26, tout en fluidité et en précision, elle s'est imposée dans le Super-G, 1/100e devant la tenante du titre autrichienne Anna Veith que toutes les occurrentes étaient déjà venues féliciter !  Son regard incrédule dans l'aire d'arrivée est encore dans toutes les mémoires.

Une semaine plus tard, la versatile championne tchèque s'est tournée vers sa principale spécialité, le géant parallèle en snowboard dont elle est la championne du monde en titre, et où elle a aligné les victoires en Coupe du monde durant l'hiver. Elle a battu l'Allemande Selina Jörg en finale et son incroyable doublé en or a résonné à travers toute la planète. "La superstar de ces Jeux ? Je ne me sens pas comme ça. Mais ça sonne bien, c'est sûr," a-t-elle lâché à chaud. A son retour, des milliers de pragois l'attendaient aux cris d'"Ester, Ester !", pour pouvoir l'applaudir une scène dressée pour l'occasion place de la vielle-ville.

Alpine skiing downhill Getty Images
D'autres inspirations extraordinaires à retenir

Sofia Goggia est devenue la première italienne sacrée championne olympique de descente, accueillie par une forêt de micros à son arrivée à l'aéroport milanais de Malpensa, puis fêtée comme une héroine par toute la ville de Bergame dont elle est originaire. Les retours des médaillées françaises Perrine Laffont (championne olympique des bosses) ou de Julia Pereira (médaillée d'argent à 16 ans en snowboard cross) chez elles ont déplacé des foules considérables dont de nombreuses petites filles inspirées par ces magnifiques exploits.

La Kényane Sabrina Simander en ski alpin, la Togolaise Mathilde Amivi-Petitjean en ski de fond, la Hongkongaise Ng Arabella Caroline Yili elle aussi en ski alpin, et les bobeuses nigérianes Seun Adigun et Ngozi Onwumere, ont toutes ouvert la voie pour leurs pays dans leurs sports respectifs. La Brésilienne Jaqueline Mourao a disputé ses sixièmes JO, dans un troisième sport : après le VTT, et le biathlon, elle a disputé les 10 km ski de fond à PyeongChang. La Chilienne Noelle Barahona a poursuivi son parcours olympique en ski alpin après avoir été à 15 ans la plus jeune concurrente à Turin en 2006. D'ailleurs, cette année, c'est la chinoise Meng Wu en ski halfpipe, née le 2 octobre 2002, qui a été la plus jeune des plus de 2900 concurrents.

Par ailleurs, le biathlon, le curling, le hockey sur glace, la luge, le patinage et le ski alpin avaient en République de Corée un nombre équivalent de concurrents masculins et féminins, tandis que ce sont les délégations des USA et du Canada qui comptaient le plus d'athlètes féminines dans leurs délégations.

Getty Images
L'important rôle des modèles

Kikkan Randall, qui a signé un exploit historique en remportant avec Jessica Diggins la toute première médaille d'or olympique du ski de fond américain à l'arrivée du sprint par équipes, et qui a ensuite été élue par ses pairs à la commission des athlètes du CIO, s'est aussi impliquée dans l'organisation "Fast and Female".

Elle raconte : "Au début en Coupe du monde, j'étais la seule femme dans l'équipe des USA. Je suis devenue amie avec la Canadienne Chandra Crawford, une médaillée d'or olympique. Elle a mis sur pied cette organisation ‘Fast and Female’ avec l'idée que les filles ont six fois plus de probabilités que les garçons d'abandonner le sport. Nous savions toutes deux à quel point le sport devait être central dans la vie de jeunes filles, qu'elles désirent faire de la compétition ou juste rester en bonne santé, actives et impliquées. J’ai ainsi repris le flambeau du côté des États-Unis".

Voir des filles trouver leur propre confiance, profiter des activités sportives, les mettre sur le bon chemin, c'est quelque chose d'extrêmement gratifiant, et je suis si contente de pouvoir désormais passer plus de temps à faire cela ! Kikkan Randall USA

"Maintenant que j'arrête ma carrière, je suis impatiente de pouvoir capitaliser sur le fait que nous avons de merveilleuses athlètes, des modèles que nous pouvons mettre en contact avec des filles qui vont les écouter et comprendre que nous ne sommes pas des super-héroïnes qui sont nées d'un œuf de dinosaure ou quelque chose du genre. Nous avons grandi en relevant des défis, et nous voulons soutenir la nouvelle génération. J'ai pu moi-même constater l’impact de passer juste une heure avec votre modèle et votre héroïne. Voir des filles trouver leur propre confiance, profiter des activités sportives, les mettre sur le bon chemin, c'est quelque chose d'extrêmement gratifiant, et je suis si contente de pouvoir désormais passer plus de temps à faire cela !"

 


back to top En