skip to content
2018 RvS.Media
Développement durable

Les Fédérations Internationales de sport intensifient leurs actions en faveur de la durabilité

Le rôle du sport dans la lutte contre la pollution marine, le changement climatique, la perte de biodiversité et la détérioration de la qualité de l'air a été au centre de l'attention cette semaine alors que 63 Fédérations Internationales (FI) de sport se sont réunies à Lausanne, Suisse, pour une séance annuelle sur la durabilité, organisée par le Comité International Olympique (CIO) dans le cadre du Forum 2018 des FI.

La durabilité est au cœur de la philosophie du Mouvement olympique et constitue l'un des trois piliers de la feuille de route stratégique du CIO – l'Agenda olympique 2020. En tant que chef de file du Mouvement olympique, le CIO s'est fermement engagé à aider les FI à intégrer la durabilité dans leurs opérations et événements.

"Nous avons parcouru un long chemin depuis que nous avons discuté pour la première fois de la durabilité dans ce contexte en 2015, et notre parcours a été extrêmement fructueux", a déclaré Marie Sallois, directrice du département du développement de l'organisation, de la marque et de la durabilité au CIO. Et de poursuivre : "Si notre mission est loin d'être terminée, nous pouvons aujourd'hui être fiers des nombreuses actions que nous avons entreprises. Nous vous sommes extrêmement reconnaissants pour vos efforts et nous sommes fiers de vous soutenir et de vous guider tout au long de votre cheminement."

Les athlètes d'élite et les FI ont montré de quelle manière ils relèvent les défis en matière de durabilité, tandis que les partenaires du CIO dans ce domaine, à savoir ONU Environnement, ONU pour le changement climatique et l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), ont présenté les moyens par lesquels ils entendent renforcer leur contribution.

"Je crois qu'il n'existe pas de plus grande responsabilité que d'assumer notre rôle dans la préservation de l'avenir de notre planète", a indiqué Raffaele Chiulli, président de l'Association mondiale des fédérations internationales de sport (GAISF). "Il nous appartient désormais de relever le défi et d'assumer notre responsabilité dans les faits. Et cela commence par l'intégration du concept de durabilité dans la culture de nos organisations."

Neuf Fédérations Internationales – l'Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF), la Fédération internationale de canoë (ICF), la Fédération Internationale d'Escrime (FIE), la Fédération internationale de golf (IGF), la Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF), World Rugby (WR), World Sailing (WS), l'Association internationale de surf (ISA) et l'Union internationale de triathlon (ITU) – ont reçu des certificats en reconnaissance de leur engagement en faveur de la campagne mondiale de l'ONU baptisée "Océans propres". L'initiative, dont le CIO est partenaire, a pour ambition de sensibiliser davantage à la problématique des déchets marins et d'adopter des mesures visant à remédier aux lacunes dans la gestion de ces déchets.

Mike Dawson, ambassadeur du CIO pour la campagne "Océans propres", qui a participé à deux reprises aux Jeux Olympiques en canoë slalom, a adressé à l'assemblée réunie à Lausanne un message vidéo depuis l'Angola, où il tente, aux côtés d'autres athlètes venus des quatre coins du monde, de descendre le quatrième plus grand fleuve africain – le Kwanza. Ce faisant, il espère sensibiliser la population aux effets dévastateurs de la pollution en Angola (où les taux de pollution sont élevés) et sur les voies navigables de la planète. D'autres athlètes, comme Hannah Mills MBE, médaillée d'or et d'argent olympique et multiple championne du monde en voile, Chris Mazdzer, médaillé d'argent en luge aux Jeux Olympiques d'hiver de 2018, et Lucas di Grassi, pilote de Formule E, ont partagé leurs expériences dans le domaine de la lutte contre la pollution et le changement climatique, et participé à des débats sur le rôle du sport comme outil au service du programme mondial de développement durable. 

Des représentants de l'IAAF ont également souligné l'impact de la pollution atmosphérique sur la santé et les performances des athlètes. La Fédération a lancé une initiative baptisée Clean Air, laquelle entend mettre en place au cours des cinq prochaines années un réseau pour le contrôle de la qualité de l'air sur les pistes homologuées par l'IAAF partout dans le monde.

"Nous nous réjouissons de poursuivre notre collaboration", a conclu Marie Sallois. "Car ce n'est qu'en travaillant main dans la main que nous pourrons concrétiser notre vision commune, à savoir bâtir un monde meilleur par le sport."

Le Forum des FI est organisé chaque année par la GAISF.

back to top En