skip to content

Les États-Unis au septième ciel avec deux médailles d’or en snowboard slopestyle


Comment arrêter une athlète du calibre de l’Américaine Chloe Kim ? Déjà médaillée d’or après sa victoire en snowboard half-pipe femmes, Chloe Kim a récidivé en slopestyle. Pour ses pairs, elle est aujourd’hui la meilleure rideuse de la planète.

Pour quiconque souhaiterait lui succéder, les mauvaises nouvelles ne font que commencer : Chloe n’a en effet que 15 ans et ses Nosegrabs lui permettent d’évoluer quasiment dans la stratosphère.

« Elle a énormément de style et elle est extraordinaire », confie la Finlandaise Elli Pikkujamsa, sa première dauphine, qui rejoindra plus tard l’équipe nationale de football des moins de 17 ans de son pays, où elle évolue en défense.

« Si je devais choisir entre le snowboard et le foot ? Je ne sais pas, dit-elle. C’est impossible ! C’est tellement kiffant de rider ! »

© YIS / IOC Bob Martin

Les victoires de Chloe Kim semblent faciles. Elle a aisément amadoué le Snowpark d’Hafjell, gagnant plus de hauteur et de vitesse que n’importe quelle autre rideuse.

« Aujourd’hui, j’ai effectué pour la première fois de grands sauts, dit-elle. Je me suis lancée et mes sauts étaient plutôt fluides. Je suis super-excitée. »

Chez les hommes, l'alter ego de Chloe Kim en snowboard slopestyle s’appelle Jake Pates qui est désormais double champion olympique de la jeunesse d’hiver. Sa première place dans la compétition de snowboard half-pipe hommes à Oslo s’est accompagnée d’une nouvelle victoire ici.

L’Américain Jake Pates dans ses œuvres lors du slopestyle hommes au Snowpark d’Hafjell. Photo : Bob Martin (YIS/CIO)

« Si je m’attendais à gagner deux médailles ici ? Pas du tout, dit-il. Le slopestyle, c’est sympa, mais je ne suis pas aussi bon qu’en half-pipe. »

« Comment je m’entraîne ? Je suis un programme et je fais de la muscu. Mais comme on ride tous les jours, c’est aussi de l’entraînement et ça porte ensuite ses fruits. »

Quand il ne brûle pas les planches au Snowpark d’Hafjell, Jake passe son temps au Village olympique de la jeunesse à s’adonner à son autre passion : le hip-hop. Dans un récent entretien, le jeune homme de 17 ans se décrivait comme un « apprenti rappeur ». Tous ceux qui espèrent un opus dédié à Lillehammer en seront pourtant pour leurs frais.

« Je n’ai pas écrit une seule ligne depuis que je suis ici, dit-il. Mais la musique est omniprésente. J’écoute un peu de Drake et de A$AP Rocky. »

« Je les mixe avec du Jimi Hendrix. Ça me donne la pêche et me permet d’être dans les starting-blocks. »

back to top En