skip to content
Tokyo 2020

Les débuts fascinants du surf sur la plage de Tsurigasaki

La plage de Tsurigasaki compte parmi les meilleurs spots de surf du Japon. Elle accueillera les débuts passionnants de cette nouvelle épreuve olympique. Du 18 au 21 juillet, les quatre journées de l'épreuve test pour les Jeux de Tokyo 2020 ont proposé ce que ce sport a de mieux à offrir. 


Des vagues de classe mondiale et l'agilité stupéfiante des concurrents ont contribué à la réussite de cette compétition pré-olympique disputée sur la plage de Tsurigasaki, dans la préfecture de Chiba, à une soixantaine de kilomètres de Tokyo.

La compétition, qui a duré quatre jours et s’est déroulée du 18 au 21 juillet dans le cadre de la série "À vos marques, prêts, Tokyo", a permis au comité d’organisation et à l’Association internationale de surf (ISA) de se préparer pour l'évènement planétaire de l'été prochain.

Quatre jours sont nécessaires au déroulement de la compétition, mais Tokyo 2020 a prévu un créneau de huit journées, du 26 juillet au 2 août 2020, pour plus de sécurité. Vingt hommes et vingt femmes seront en compétition à Tokyo en 2020 ; 40 surfeurs japonais ont participé à l'épreuve test, pour reproduire le format exact de la compétition olympique.

Le premier tour met aux prises quatre athlètes par manche, le deuxième tour en compte cinq et à partir du troisième tour, la compétition se déroule en face à face. Les athlètes ayant les deux meilleurs scores sur 10 accèdent au tour suivant, chaque manche durant environ 30 minutes.

Getty Images

Le brouillard et quelques petites pauses ont retardé le début de la compétition le jeudi. Les organisateurs ont également dû faire face à l'imprévisible défi posé par une tortue de mer qui pondait là ses œufs, à quelques mètres de la zone d’observation des juges.

Une fois que les vagues se sont levées - et que les œufs sont restés intacts - les choses sérieuses ont pu commencer en toute sécurité. La météo du week-end était très variable, allant de fortes précipitations à un soleil éclatant, ce qui a permis de mieux comprendre les différentes conditions auxquelles les surfeurs peuvent être confrontés pour devenir les premiers médaillés d’or olympiques de leur sport.

Un site idéal pour des débuts olympiques passionnants

La plage, située sur la côte pacifique de la préfecture de Chiba, à environ 62 km au sud-est de Tokyo, est réputée pour ses vagues continues de niveau mondial ; elle attire 600 000 surfeurs chaque année. Les "breaks", mesurés entre 1 et 1,5 mètres durant l’épreuve test, sont idéaux   pour la crème de la crème du surf mondial qui s'y mesurera l'an prochain.

Getty Images

"Nous dépendons de Mère Nature, nous dépendons des conditions naturelles telles qu'elles se présentent", a déclaré Robert Fasulo, directeur exécutif de l'ISA. "Nous sommes très confiants et l'une des raisons pour lesquelles nous sommes ici à cette période de l'année est pour voir comment tout fonctionne par rapport au format de l'épreuve."

Hiroto Ohhara a remporté la compétition masculine, tandis que Minami Nonaka s'est adjugé la médaille d’or féminine. Les surfeurs eux-mêmes se sont montrés très satisfaits du site et de ses

Getty Images

 environs. "Je viens souvent ici pour surfer, il y a de bonnes vagues", a expliqué Shino Matsuda. "C’est vraiment un bon spot pour une compétition de surf de haut niveau." Arashi Kato a ajouté :  "Je suis né à Tokyo et je peux disputer les Jeux Olympiques de Tokyo ! Cela me fait me sentir tellement bien !"

Robert Fasulo a conclu : "Les trois leçons principales à retenir sont que le format de l'épreuve fonctionne, que les vagues sont absolument à la hauteur pour organiser un événement de grande qualité et de classe mondiale, et que nous pouvons innover un peu dans la manière dont nous présentons notre sport."

"Je suis super content d’être ici, c’est vraiment géant", a déclaré Kenta Ishikawa, résumant bien l’ambiance générale. "Je n'avais jamais rien vu de pareil auparavant, je suis ravi."

Si les tortues le permettent, les olympiens devraient ressentir exactement la même chose l’été prochain.

back to top En