skip to content
Date
08 août 2016
Tags
Rio 2016 , Actu CIO , Rugby , Australie

Les Australiennes écrivent l’histoire du rugby olympique !

En remportant lundi à Rio la première médaille d'or de l'histoire du rugby à sept, et la première du ballon ovale depuis 1924, les Australiennes, grandissimes favorites de la compétition, sont entrées dans l'histoire d'une discipline en pleine lumière sur la scène olympique.

C'est l'union parfaite du symbole et de la logique. Première puissance mondiale du sept féminin après avoir survolé les débats cette saison en remportant trois des cinq tournois majeurs, l'Australie est aussi une terre de développement du rugby sous toutes sous formes. Le sacre des Australiennes offre donc une superbe promotion au ballon ovale sur l'île-continent, mais aussi beaucoup plus largement, grâce aux projecteurs de la grande scène olympique.

Getty Images

Les partenaires de Charlotte Caslick, une des meilleures joueuses durant les trois jours de compétition, ont parfaitement rempli leur mission en dominant en finale les rivales héréditaires néo-zélandaises 24 à 17. « C'est incroyable, je suis si fière », a exulté la capitaine Shannon Parry.

La justesse technique des australiennes

Mieux organisées collectivement et surtout d'une impeccable justesse technique, les Australiennes ont méthodiquement fait plier les Néo-Zélandaises, qui avaient pourtant ouvert la marque. L’Australie a marqué quatre essais par Charlotte Caslick et la très rapide Ellia Green en première mi-temps, puis Evania Pelite et Emma Tonagato dans le deuxième acte de dix minutes.

Getty Images

Les « Sevens Sisters », deuxième nation mondiale cette saison après plusieurs années de règne sur le Circuit (2012, 2013, 2014), n'ont pas su tirer avantage de leur légère supériorité en puissance. Leurs individualités, dont Kayla McAlister (2 essais) et Portia Woodman (1 essai), n'auront également pas suffi à renverser l'ordre établi en finale.

« On est entré dans l'histoire avec cette médaille d'argent (...). C'est une grande réussite. Mais ce n'était pas pour cette récompense que l'on était venues », a déclaré Woodman, meilleur marqueuse d'essais du tournoi avec 11 réalisations.

Getty Images

De manière générale, la hiérarchie a été respectée au stade Deodoro. En suivant ce fil conducteur, le Canada, troisième puissance mondiale de la discipline, a pris la médaille de bronze en taillant en pièces des Britanniques beaucoup trop indisciplinées (33-10). Les Etats-Unis ont pris la 5e place en battant la France en match de classement (19-5).

Les prestations rafraîchissantes du Brésil, qui a obtenu sa place sur le Circuit mondial, ou encore du Kenya, ont montré un frémissement de la discipline sur d'autres continents. Mais le mot de la fin revient pour l'instant aux habituées des grandes joutes ovales. Place maintenant au tournoi masculin !

back to top En