skip to content
Date
16 août 2014
Tags
Nanjing 2014 , JOJ , Actu CIO , Lutte contre le dopage

Les athlètes sensibilisés au dopage afin de forger une génération propre

Les athlètes des Jeux Olympiques de la Jeunesse de Nanjing 2014 sont sensibilisés au dopage, aux contrôles antidopage et au fair-play. Cela s’inscrit dans le cadre d’une série d’initiatives destinées à faire émerger une génération engagée en faveur d’un sport propre.


L’Agence Mondiale Antidopage (AMA) espère que ses programmes de sensibilisation serviront d’introduction à quelques-unes des problématiques majeures qui se dressent devant les athlètes adolescents, en identifiant ces derniers comme la « génération franc jeu ».

Au Village Olympique, un stand propose des pistes sous forme de quiz interactif, de jeux et de prix.

Il y a également un mur des engagements où des signatures et des empreintes de mains peintes témoignent de la volonté des jeunes athlètes de rester à l’écart des substances interdites.

Le quiz, disponible en 34 langues différentes, est composé de questions que peuvent se poser les jeunes.

« Certaines questions mettent sur l’accent sur le début de l’éducation, dit Stacy Spletzer-Jegen de l’AMA. Elles introduisent le concept du dopage. »

Par exemple, combien d’adolescents savent qu’il existe une liste officielle des substances interdites et que les médicaments ne sont pas tous automatiquement autorisés ?

Quelle est la responsabilité d’un athlète si un entraîneur lui dit de prendre un produit ?

Les athlètes peuvent-ils être contrôlés aux Jeux Olympiques de la Jeunesse ?

La réponse à cette dernière question est affirmative : lors de ces Jeux, des athlètes seront contrôlés de manière aléatoire. La procédure sera toutefois légèrement différente de celle utilisée aux Jeux Olympiques.

Philippe Furrer, qui dirige le Programme Culture et Éducation (PCE) du Comité International Olympique, a indiqué que les contrôles seront conduits uniquement au Village Olympique de la Jeunesse et qu’ils seront effectués sur la base du tirage au sort au lieu de s’adresser spécifiquement aux médaillés.

« Il est de notre responsabilité d’avoir un programme antidopage, souligne Philippe Furrer. Mais ici, il est différent car nous souhaitons également apporter, à travers les contrôles, une dimension éducative. »

Les réponses au quiz fourniront à l’AMA des informations sur les questions qui interpellent les jeunes athlètes.

L’objectif est de dégager des « ambassadeurs » informés qui iront porter la bonne parole à leurs pairs.

Stacy Spletzer-Jegen a indiqué que le stand de l’AMA a été visité par 500 athlètes pour la seule journée de jeudi 14 août.

« Notre but est d’accroître la sensibilisation et de former une génération [engagée pour un] sport propre, dit-elle. Des athlètes propres sont les ambassadeurs de sports propres. »

back to top