skip to content
Éthique

Les athlètes des Jeux panaméricains se mobilisent en faveur de la campagne "Believe in Sport"

Les athlètes en lice aux Jeux panaméricains de 2019, lesquels se tiennent à Lima, capitale du Pérou, du 26 juillet au 11 août, ont manifesté un vif intérêt pour la campagne "Believe in Sport" du Comité International Olympique (CIO), campagne qui vise à les protéger et à prévenir la manipulation des compétitions.  

Au total, plus de 6 500 athlètes participent à cet événement multisportif organisé sur le continent, qui sert de qualification olympique pour de nombreuses disciplines au programme. Le stand du CIO, installé dans l'Espace Athlète365 du village des athlètes pour toute la durée des Jeux, a été très fréquenté dès le premier jour.

"Bon nombre d'athlètes qui concourent aux Jeux panaméricains participeront également aux Jeux Olympiques de 2020 à Tokyo", a expliqué Friedrich Martens, responsable de l'unité du Mouvement olympique sur la prévention de la manipulation des compétitions au CIO. Et d'ajouter : "Nous intensifions notre campagne d'éducation afin de sensibiliser les athlètes et leur entourage au fait que la manipulation des compétitions peut se produire dans chaque sport. L'objectif est de leur fournir des conseils sur ce qu'ils doivent faire s'ils soupçonnent une tricherie ou s'ils sont directement approchés par une personne qui aurait des intentions contraires à l'éthique."


Sur le stand du CIO, les athlètes peuvent se renseigner sur le Code de conduite et ses quatre règles fondamentales au moyen d'un défi à relever.

L'Argentin Guido Monis, athlète de baseball, qui a visité le stand "Believe in Sport" du CIO, a reconnu l'importance d'organiser des activités pédagogiques sur la manipulation de compétitions, considérant qu'il est extrêmement précieux pour les athlètes d'obtenir des informations sur ce sujet précis. Il a également souligné l'importance de disposer d'un canal pour signaler d'éventuelles situations dangereuses ou inquiétantes.

Grâce à la hotline 'intégrité', tout un chacun peut en effet signaler des activités suspectes, y compris celles liées à la manipulation des compétitions, ainsi que toute autre infraction au Code d'éthique du CIO.

IOC

Aux Jeux panaméricains, les experts de "Believe in Sport" rencontrent également les délégations des Comités Nationaux Olympiques (CNO) dans le lieu où sont hébergés les athlètes afin de les sensibiliser davantage à ces problématiques. Amelia Walsh et Kelsey Mitchell, deux cyclistes sur piste du Canada, ont affirmé qu'elles avaient une bonne connaissance de base de la question de la manipulation des compétitions, mais qu'elles n'étaient pas pleinement conscientes de toutes les nuances. "J'ai entendu parler de problèmes dans notre sport dans d'autres parties du monde. Le Code de conduite en tant que ligne directrice est tout à fait légitime – les menaces potentielles et les responsabilités des athlètes ne sont pas difficiles à comprendre – mais les efforts de sensibilisation doivent être constants pour que la communauté des athlètes ait une compréhension claire et complète de la manière dont la manipulation des compétitions peut nous nuire et nuire à notre sport", a déclaré Amelia Walsh, laquelle a pour ambition de remporter une médaille aux Jeux Olympiques de 2020 à Tokyo.

Outre la présence d'experts du CIO, le stand "Believe in Sport" aux Jeux panaméricains peut compter sur les compétences de représentants locaux des athlètes, lesquels sont à même d'engager un dialogue d'égal à égal avec ces derniers, une approche qui s'est révélée très payante.  

IOC

Parmi ces représentants des athlètes, Alejandra Betancur, joueuse de rugby, a déclaré : "Alors que l'édition de Tokyo 2020 approche à grands pas, il est essentiel d'éradiquer la manipulation des compétitions avant même qu'elle ne commence. Il n'y a pas d'autre moyen d'y parvenir que la sensibilisation et l'éducation à tous les niveaux. Notre sport et les valeurs des athlètes olympiques doivent être protégés."

La mise en œuvre de la campagne "Believe in Sport" lors de grands événements sportifs n'est qu'une partie du travail de l'unité du Mouvement olympique sur la prévention de la manipulation des compétitions sur la route de Tokyo 2020. L'équipe travaillera également en étroite collaboration avec toutes les Fédérations Internationales (FI) et les CNO pour les différentes campagnes lancées en prélude aux Jeux de Tokyo 2020.

back to top En