skip to content
Date
18 août 2004
Tags
Athènes 2004 , Actu CIO

Les Américaines plongent dans les livres d’histoire

Dans les années quatre-vingt, les nageuses est-allemandes dominaient le 4 x 200 m féminin. Elles ont ainsi battu le record du monde en 1983, avant de l’améliorer en 1986, puis encore en 1987. Après la chute du mur de Berlin en 1989, l’Allemagne de l’Est a disparu du paysage, mais le record du monde du 4 x 200 m de ses nageuses est resté une sorte d’héritage pour les 17 années suivantes.


Les 7’55’’47 tiennent donc toujours à l’heure d’Athènes 2004, mais les États-Unis ont mis sur pied un relais qui semble non seulement capable de remporter l’or, mais également de renverser ce monument au long cours.

La première à plonger en finale est Natalie Coughlin qui boucle son 200 m en 1’57’’74 et transmet le flambeau à Carly Piper, avec une avance de moins de deux secondes. Les Américaines semblent parties vers la médaille d’or et un coup d’œil sur le chrono indique qu’elles sont dans les temps du record du monde.
À mi-course, les Américaines pointent en 3’57’’13, alors que Piper a bouclé son relais en un peu moins de deux minutes. Après elle, Dana Vollmer signe un parcours d’un peu plus de 1’58’’ : si Kaitlin Sandeno descend elle aussi sous les deux minutes, le record du monde changera de mains.

Au-delà de ce cavalier seul contre le chronomètre, la course est également menée tambour battant par les autres nageuses puisque la Chine n’accuse alors que 2’’5 de retard, suivie de près par l’Allemagne. Mais c’est l'aiguille du chrono qui attire tous les regards. Lorsque Kaitlin Sandeno touche enfin le mur après 7’53’’42 de course, le record du monde vole en éclats, battu de plus de deux secondes. Preuve que la course a été d’une rapidité extrême, les Chinoises remportent l'argent, à cinq dixièmes seulement de l'ancien record du monde est-allemand de 17 ans d’âge.

back to top