skip to content
2018 Getty Images
PyeongChang 2018

Le trio norvégien triomphe dans l’adversité

L'ambiance est montée d'un ton dans l'arène de Gangneung lors de la finale de la poursuite par équipes hommes. L'équipe de Norvège a tenu bon face aux cris d'un public déchaîné pour aller chercher le titre olympique face à la République de Corée en 3:37.32 tandis que, juste auparavant, l'équipe de Pays-Bas tenante du titre avait dominé celle de Nouvelle-Zélande avec une large avance pour le bronze.

Il aura fallu retenir son souffle en finale de la poursuite par équipes ! Devant un public chauffé à blanc l’équipe de la République de Corée a fait jeu égal avec celle de Norvège avant de céder en toute fin de course. Les deux formations se sont vraiment tenues tout au long des 3200 mètres (8 tours) dans un mano a mano haletant.

Mais les Norvégiens ont réussi à faire parler leur puissance supérieure pour accélérer dans les deux derniers tours. A l’arrivée l’écart est infime mais l'équipe scandinave s’impose en 3.37.32 avec 1.20 d’avance sur ses adversaires. Elle n’améliore pas le record olympique qu’elle avait établi quelques minutes plus tôt lors de sa demi-finale victorieuse face aux Pays-Bas (3.37.04).

L’équipe norvégienne, composée de Havard Bokko, Simen Spieler Nilsen et Sverre Lunde Pedersen offre une toute première médaille olympique masculine à son pays dans cette épreuve qui a fait son apparition au programme des Jeux en 2006 à Turin. A noter que la République de Corée alignait Chung Jae-won, Kim Min-seok et Lee Seung-hoon et elle obtient une quatrième médaille sur la longue piste de l’annneau de Gangneung.

Getty Images
"Nous sommes les meilleurs. Point à la ligne."

"C'est extraordinaire. C'est un vrai effort d'équipe et depuis beaucoup beaucoup d'années. Cela a fini par payer aujourd'hui où nous avons patiné la meilleure poursuite de notre vie" dit Havard Bokko, "Depuis le premier mai (2017), nous nous sommes entraînés ensemble tous les jours. Nous nous étions concentrés sur la poursuite mais aussi sur les courses individuelles, mais c'est dans la poursuite que nous pensions avoir des chances de médaille, et même en or. C'est bien cela que nous espérions".

Getty Images

Sindre Henriksen n'y va pas par quatre chemins : "Nous avons montré aujourd'hui que nous sommes la meilleure équipe au monde. Point à la ligne. Nous avons travaillé quatre ans pour ça. Ce n'est pas seulement une année, c'est jour après jour, gros travail, et ça a payé !".

Le vice-champion olympique Kim Min-seok n'a que 18 ans. "Faire si bien à un si jeune âge, cela veut juste dire qu'en grandissant; je dois travailler encore plus. Aujourd'hui, je suis heureux, et très fier de notre travail d'équipe. Chung Jae-won est encore plus jeune : 16 ans ! "Ce sont mes premiers Jeux. Je suis très fier de cette médaille. Mes coéquipiers m'ont aidé à corriger mes erreurs et je les en remercie. C'est une belle expérience. Je veux continuer et faire un bon travail à Beijing en 2022".

Les Pays-Bas se contentent de la médaille de bronze

Aucun suspense dans la petite finale où une très forte équipe néerlandaise composée de Jan Blockhuijsen, Sven Kramer et Patrick Roest a écrasé les All Blacks néo-zélandais en finissant avec plus de cinq secondes d’avance. Les patineurs Orange se consoleront en constatant que leur chrono de 3.38.40 était meilleur que celui de la Corée lors de la finale A.

Les Néerlandais obtiennent ainsi leur treizième médaille lors des compétitions de patinage de vitesse à PyeongChang 2018. Mais le record de Sotchi 2014 (23 médailles, présence sur les podiums des douze compétitions hommes et femmes de patinage de vitesse) ne sera pas battu.

Getty Images

Sven Kramer qui atteint le total de neuf médailles olympiques depuis les Jeux de Turin 2006, et qui est donc le plus décoré de tous les patineurs de vitesse dans l'histoire des Jeux, rappelle que son coéquipier Jan Blockhuijsen a cassé un patin en demi-finale face à la Norvège. "Ça m'est déjà arrivé aussi. C'est comme patiner sur une jambe. Je pense qu'il s'en est très bien sorti malgré ça. Cela dit, la Norvège a réalisé un chrono fantastique. Je ne dis pas que nous les aurions battus, mais il est sûr que ça ne nous a pas aidés".

Il ajoute que si les Pays-Bas n'apparaissent pas aussi dominateurs en équipe qu'individuellement, "Cela a quelque chose à voir avec notre culture du patinage de vitesse, qui produit des athlètes d'un niveau exceptionnel, mais qui ne s'entraînent jamais ensemble. Cela a des avantages, mais ça n'est pas idéal pour la poursuite par équipes. Bien sûr on pourrait dire que nous devrions nous entraîner plus dans cette discipline, mais cela a aussi un coût. Havard Bokko ne gagne pas de médaille individuelle, Sverre Lund Pedersen non plus. Ni les autres", dit le quadruple champion olympique néerlandais, qui oublie sans doute Haavard Lorentzen, vainqueur 48h plus tôt du 500 m.

back to top En