skip to content
Date
12 août 2012
Tags
Londres 2012 , Actu CIO , Taekwondo

Le taekwondo franchit un cap à Londres 2012 et l’Europe ouvre la marche - Londres 2012 - Taekwondo

Le taekwondo franchit un cap à Londres 2012 et la compétition atteint de nouveaux sommets.

On savait que ces Jeux allaient faire date dans l’histoire de l’art martial depuis l’introduction d’un nouveau système de notation électronique avec un enregistrement vidéo qui peut être visionné pour rendre la compétition plus transparente et plus équitable.

Les combattants ont réussi des performances magnifiques devant une foule de 6000 personnes et les nouvelles procédures ont été parfaitement respectées.

Pour la première fois depuis que le taekwondo est aux Jeux Olympiques, l’Europe a ouvert la marche, l’Espagnol Joel Gonzalez Bonilla donnant le ton dans les poids mouche en ajoutant l’or olympique à son titre de champion du monde tandis que la Chinoise Wu Jingyu était une des rares championnes olympiques à conserver son titre, dans les moins de 49 kg.

La foule locale a donné de la voix le deuxième jour pour encourager la jeune GalloiseJade Jones qui a décroché l’or dans les moins de 57 kg en battant la numéro un mondiale Tseng Li-Cheng du Taipei chinois, puis, en finale, la Chinoise Hou Yuzhuo, championne du monde 2011.

Le Turc Servet Tazegul, tête de série, a décroché l’or dans les moins de 68 kg avant que le tournoi se termine sur une nouvelle démonstration de domination européenne des poids lourds quand le policier romain Carlo Molfetta s’est hissé sur la première marche du podium sur décision des arbitres après une finale mémorable face àAnthony Obame, du Gabon.

À 20 ans, Milica Mandic a remporté la première médaille d’or olympique de la Serbie depuis que le pays participe aux Jeux à titre indépendant.

Pour la République de Corée, Londres 2012 aura marqué la fin de la domination depuis que l’art martial a fait son apparition au programme officiel des Jeux Olympiques, à Sydney, en 2000.

Hwang Kyung Seon a conservé son titre dans les moins de 67 kg, mais Lee Daehoona vu l’or lui échapper au profit de Gonzalez Bonilla.

Le champion des Jeux Olympiques de Beijing 2008 Cha Dongmin n’a pas réussi à décrocher une médaille dans les poids lourds, tandis que Lee In Jong a essuyé une défaite par mort subite face à la Russe Anastasia Baryshnikova dans le combat pour le bronze des moins de 67 kg. C’est la première fois que la Corée ne raflait pas les quatre médailles.

L’argent d’Obame a été la toute première médaille olympique du Gabon.

L’or de Sebastian Eduardo Crismanich dans les moins de 80 kg a fait de lui le premier champion olympique argentin de taekwondo. Parmi les Sud-Américains, il est le seul médaillé d’or de ces Jeux.

L’Afghan Rohullah Nikpah peut s’attendre à être accueilli en héros à son retour à Kaboul après sa victoire sur le Britannique Martin Stamper dans le combat des moins de 68 kg pour le bronze, répétant sa performance de Beijing en 2008.

Une autre passation de pouvoirs a eu lieu à l’ExCeL, où la médaillée de bronze olympique pour la Grande-Bretagne et double championne du monde Sarah Stevensons’est fait sortir au premier tour et où la championne de Beijing 2008, la Mexicaine Maria del Rosario Espinoza, a dû se contenter du bronze dans les moins de 67 kg.

À 33 ans, la légende américaine Steven Lopez qui en était à sa quatrième et vraisemblablement dernière participation aux Jeux, n’a pas décroché de nouvelle médaille olympique.

Le secrétaire général de la Fédération mondiale de taekwondo, Jean-Marie Ayer, ne doute pas de la place qu’occupera Londres 2012 dans l’histoire du taekwondo aux Jeux Olympiques.

« Ces quatre jours de compétition ont été absolument incroyables », a-t-il déclaré.

« De nombreux pays ont écrit ici une page de l’histoire en décrochant leurs premières médailles en taekwondo et, pour certains, leur toute première ou seule médaille des Jeux.

Je pense qu’on peut dire que la compétition de Londres 2012 a été la meilleure compétition olympique de taekwondo à ce jour, comme nous l’avions annoncé.

Toutes les personnes qui étaient présentes, qui ont entendu les clameurs et vu les drapeaux vous diront la même chose : l’ambiance était très, très spéciale. »

Le défi pour le taekwondo sera de placer barre encore plus haut à Rio en 2016.

back to top