skip to content
Rio 2016
Date
18 mai 2016
Tags
Rio 2016 , Actu CIO , Judo , Lutte

Le site du judo et de la lutte de Rio 2016 n’attend plus que les athlètes


Construit pour Rio 2016, mais conçu pour le Rio de Janeiro du futur, le site de judo, de lutte et de boccia a été officiellement remis au comité d’organisation de Rio 2016. L’Arena Carioca 2, nommée ainsi en référence au nom familier des habitants de la ville, a été inaugurée le 14 mai par Eduardo Paes, maire de Rio, qui a remis les clés à Carlos Nuzman, président de Rio 2016.

Le gymnase, d’une capacité de 10 000 spectateurs, accueillera le judo, la lutte libre et la lutte gréco-romaine, ainsi que la boccia, sport paralympique, avant de devenir partie intégrante du Centre d’entraînement olympique, héritage sportif majeur des Jeux.

Inspirée par les montagnes qui entourent Rio, la structure incurvée est soutenue par des piliers en bois et a été équipée d’un équipement de toit qui capture et renvoie la lumière du jour dans l’arène, afin de réduire la consommation d’énergie.

Rio 2016

« Une arène comme celle-ci devrait rendre fiers tous ceux qui y sont impliqués et j’espère qu’ils le sont », dit Christophe Dubi, directeur exécutif des Jeux Olympiques au CIO.

Tout en étant durable, le site de 23 000 m² est également accessible et doté de deux rampes d’accès et d’un sol antidérapant. Les toilettes ont été spécialement adaptées pour les personnes à mobilité réduite, alors que les vestiaires accessibles sont équipés de boutons de sécurité et de signaux auditifs et visuels.

L’arène est l’une des trois Arenas carioca qui constituent les neuf sites du parc olympique du quartier de Barra da Tijuca. Carioca 1 sera également transformée en un centre sportif de haut niveau alors que Carioca 3 deviendra une école olympique expérimentale qui accueillera 1 000 élèves.
Une arène comme celle-ci devrait rendre fiers tous ceux qui y sont impliqués et j’espère qu’ils le sont. Christophe Dubi Directeur exécutif des Jeux Olympiques au CIO
Au total, 16 sports olympiques et 9 sports paralympiques prendront place au complexe de Barra. Seul le vélodrome n’est pas encore ouvert.

« Nous avons livré toutes les arènes en temps voulu et dans le respect du budget, dit Eduardo Paes. Les Jeux Olympiques sont un programme brésilien, un engagement de notre pays et il sera tenu, c’est indiscutable. »

Leonardo Picciani, ministre des Sports, ajoute : « Le Brésil va avoir les moyens de présenter pas uniquement de grands Jeux Olympiques, mais les meilleurs Jeux qu’on ait jamais vus. »

Après Rio 2016, les sièges provisoires seront retirés et le site deviendra un centre d’entraînement d’élite pour l’haltérophilie, le judo, la lutte, le badminton, l’escrime, la gymnastique et le tennis de table.

Mais pour les athlètes brésiliens qui s’entraînent pour Rio 2016, la livraison de cette arène constitue la dernière pièce du puzzle de leur préparation pour les Jeux. Sarah Menezes, championne olympique de judo à Londres 2012 dans la catégorie des moins de 48 kg, était présente lors de l’inauguration du site : « Voir que tout est prêt comme ça, c’est une motivation supplémentaire. C’est un signe que nous y sommes presque, que c’est tout près. C’est bon de savoir que tout est en bonne voie, que les problèmes structurels ont été réglés. »

La lutteuse Joice Silva, victorieuse en moins de 58 kg l’année dernière aux Jeux panaméricains, lui emboîte le pas : « Je commence déjà à imaginer, à visualiser mon quotidien, comment ça sera. Voir que tout est prêt m’apaise et me permet simplement d’avoir une idée de la manière dont les choses vont se présenter. »

back to top En