skip to content
Date
13 mars 2015
Tags
Turin 2006 , Actu CIO , Hockey sur glace , Suisse

Le rêve olympique devenu réalité pour Sandrine Ray

Sandrine Ray avait rêvé à l’âge de huit ans qu’elle représenterait la Suisse en hockey sur glace aux Jeux. Ce rêve est devenu réalité en 2006 à Turin, comme elle le raconte dans ce nouvel épisode de notre série vidéo « Paroles d’Olympiens ».


Née le 11 mai 1983, Sandrine Ray grandit dans un HLM d’Yverdon-les-Bains (canton de Vaud). Passionnée de hockey sur glace et maniant la crosse depuis l’âge de quatre ans, elle fait un rêve, une nuit de 1991 :  Sandrine se voit entrer dans le stade lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux d’hiver pour représenter son pays.  « J’avais 8 ans. C’était un rêve tellement fort, je me suis réveillée et j’ai dit à tout le monde : « Je veux aller aux Jeux Olympiques », même si c’était complètement impossible, puisque le hockey féminin n’existait pas à ce moment là comme discipline olympique, mais j’y croyais de tout mon coeur ».

Sandrine Ray, qui restera toute sa vie joueuse amateur, conciliant les études et le travail avec sa passion du hockey, fait le bonheur du club de Lugano et devient très jeune internationale, alors que le CIO inscrit sa discipline au programme olympique, en 1998. Elle a 17 ans quand elle pense accomplir son rêve, à l’occasion d’un ultime match de qualification pour les Jeux de Salt Lake City 2002, face au Japon à Engelberg le 2 novembre 2001. Une victoire est nécessaire, mais la partie se termine sur le score de 2-2. « On a loupé la qualification pour un seul petit but » raconte Sandrine Ray. « Ce jour là, tout s’est mal passé. Nous n’avions pas perdu ce match, nous avions même égalisé. C’était trop, je suis sortie de la patinoire au plus bas ».

« Quatre ans plus tard, nous avons eu une deuxième chance de nous qualifier pour les JO de Turin. Cette fois-ci contre la Chine, nous avons marqué le but gagnant in extremis à quatre secondes de la fin du match et nous nous sommes qualifiées ! » explique Sandrine. « Dans ma carrière, ça a été la cerise sur le gâteau. J’étais aux Jeux à 23 ans ! j’ai pratiquement mis 20 ans pour y arriver Il y a eu beaucoup de hauts et de bas sur le chemin, des grandes déceptions aussi. Arriver aux Jeux, c’était le top ! C’était juste après mon centième match international ».

Quand elle entre avec sa délégation dans le Stade Olympique de Turin, le 10 février 2006, son vieux rêve est devenu réalité. Elle représente son pays sur la plus grand scène sportive au monde. « Il y avait toute cette foule, c’était juste magique, incroyable » dit-elle. « Ce qui m’a frappé le plus, c’est tout ce qu’il y a autour des Jeux. Tous les sports son réunis. J’avais déjà vécu cinq championnats du monde, mais l’expérience des Jeux est unique pour ça. Ce qui m’a également marqué, c’est cette solidarité qui ressort, on voit des Images aux Jeux qu’on ne voit jamais nulle part ailleurs ! ».

La suisse fait bonne figure dans son premier tournoi olympique : elle termine 2e du groupe A du premier tour avec deux victoires, deux matchs nuls et et une défaite et accède aux quarts de finale
où elle est battue par la Suède 6-2 pour prendre la 7e place finale. Sandrine Ray et les autres pionnières du hockey suisse féminin qui se sont battues avec succès pour sa reconnaissance, ont tracé la voie : les joueuses au maillot rouge ne manqueront plus les Jeux Olympiques, et remporteront une belle médaille de bronze à Sotchi en 2014.

back to top En