skip to content
Tokyo 2020

Le rêve olympique de Kelsey-Lee Barber, championne du monde 2019 au javelot

Depuis son introduction au programme olympique en 1932 à Los Angeles, le javelot féminin n'a connu qu'une médaillée australienne, Louise McPaul en argent à Atlanta en 1996 et deux du même métal aux Championnats du monde IAAF depuis 1983. Mais tout a changé avec Kelsey-Lee Barber, sacrée dans la discipline aux Mondiaux de Doha 2019, et déterminée à inscrire son nom au palmarès à Tokyo 2020 !


Réaliser sa meilleure performance au moment où cela compte le plus ? C'est très exactement ce qu'a accompli Kelsey-Lee Barber le 1er octobre dans le stade Khalifa de Doha. Alors qu'elle s'est qualifiée la veille pour la finale avec le dixième lancer sur douze, elle est encore très loin du compte après les quatre premières rotations, avec une marque de 60,90 m qui la voit naviguer en bas du classement des huit lanceuses qui ont passé le "cut" après trois essais, pour bénéficier de trois tentatives supplémentaires. Son cinquième lancer part nettement plus loin : 63,65 m, et la voilà en position pour se faire éventuellement une place sur le podium.

Sixième et dernière tentative. Prise d'élan parfaite, lancer puissant, le javelot s'élève et retombe à 66,56 m. Voilà l'Australienne à la première place ! Mais rien n'est encore joué puisque trois concurrentes doivent encore tenter leur chance. L'Allemande Christin Hussong lance à 65,61 m. C'est le bronze pour Kelsey-Lee Barber. La Chinoise Lü Huihui se rate avec 62,61 m : c'est maintenant l'argent. Enfin, sa compatriote Liu Shiying réalise 65,67 m. La médaille est en or ! Kelsey-Lee Barber est la première championne du monde de son pays dans la discipline. Liu Shiying (65,88 m au 5e essai) prend la deuxième place, et Lü Huihui (65,49 m elle aussi à son 5e lancer) est médaillée de bronze.

Getty Images

"Être championne du monde était l'un des buts de ma vie de sportive, et repartir avec l'or maintenant alors qu'il me reste encore plusieurs années, c'est terriblement grisant" , confie-t-elle. Elle note également : "Nous espérons tous en pareille occasion pouvoir montrer ce qu'on est capable de faire en tant qu'athlète. Et cette victoire me donne beaucoup de confiance pour toutes les compétitions futures sur la scène mondiale, parce que je l'ai fait au moment où cela comptait le plus. Je peux maintenant me reposer sur cela, sachant qu'il y aura toujours quelque chose que je pourrais mettre à profit en y repensant."Elle souligne également toute l'aide qu'a pu lui apporter son entraîneur et mari Mike Barber avant ce sixième lancer décisif.


Le rêve puis la déception aux Jeux de Rio 2016

Kelsey-Lee Barber naît Roberts à East-London en Afrique du Sud, le 20 septembre 1991. Le sport dans son école, c'est tous les après-midis et elle pratique la natation, le hockey, le tennis, la gymnastique, "un peu de tout" comme elle le racontera. Elle a neuf ans quand sa famille part s'installer en Australie, à Canberra. Nous sommes en 2000. "J'ai été pour la première fois exposée aux Jeux Olympiques juste avant ceux de Sydney, et c'est à ce moment que je me suis dit que voulais les disputer un jour."

Compte tenu de sa morphologie, elle se dirige vers les lancers en commençant par le disque et le poids avant de se mettre au javelot. Lorsqu'elle gagne les Jeux scolaires du Pacifique en 2008 en lançant à plus de 44 m, elle déclare : "J'avais cette certitude que je voulais être une sportive. J'ai disputé les trois compétitions de lancers au Jeux du Pacifique, mais après avoir gagné le javelot, j'ai pensé que c'était une discipline pour moi".

Ses grands débuts au niveau international ont lieu lors des Jeux du Commonwealth 2014 à Glasgow où elle se classe troisième avec un lancer à 62,95m. Après des Mondiaux IAAF 2015 à Beijing où elle ne dépasse pas les qualifications, Kelsey-Lee Barber a l'immense joie de se qualifier pour les Jeux de Rio 2016. Mais elle doit composer avec une fracture de fatigue au dos qui l'empêche de se préparer correctement et son parcours à Rio s'achève à la 28e place, lors des qualifications.

Getty Images

"Je n'ai eu en aucune manière la préparation idéale pour Rio. J'avais réalisé un rêve d'enfance en me qualifiant, mais quand vous vous retrouvez dans cet environnement, vous réalisez que les médaillés ne sont qu'une toute petite partie de ce qui se passe aux Jeux. Être entourée de nombreux athlètes qui n'ont pas eu de médaille m'a prise au dépourvu", a-t-elle commenté, ajoutant : "Je suis rentrée à la maison et je me suis dit que c'était là où je voulais être à l'avenir, et ce que je voulais réussir. Il y a clairement des choses que dois mieux faire… Commençons tout de suite."

Sa progression régulière la voit lancer à plus de 64 m à partir de 2017, puis remporter la médaille d'argent aux Jeux du Commonwealth 2018 à domicile (Gold Coast, Australie). Elle épouse ensuite l'entraîneur qui l'a emmenée vers les sommets à partir de 2014 et devient Kelsey-Lee Barber. La saison de son couronnement est également celle où elle réalise la meilleure performance de sa carrière, un lancer à 67,70 m lors du meeting de Lucerne (Suisse) le 9 juillet 2019. Deuxième meilleure performance mondiale de l'année et douzième de tous les temps. Elle écrit ensuite une page de l'histoire du sport australien à Doha, et la voilà lancée pour un nouveau et glorieux chapitre du côté de la capitale japonaise à l'été 2020.


Croulant sous les sollicitations diverses dans son pays après son titre mondial, la lanceuse de javelot pour qui les Jeux sont "le plus grand évènement dans n'importe quel sport", se projette déjà vers Tokyo 2020 : "On a évoqué avec Mike ce que cela signifiait. Nous nous sommes dit qu'à un certain point, je devais protéger ma préparation, car sans les cadences d'entraînement, les routines, il n'y a pas de résultat. J'apprécie ce qui m'arrive maintenant, mais je dois protéger mon environnement, particulièrement parce que nous sommes sur la route des Jeux de Tokyo. Ceux de Rio n'ont pas été bons pour moi, je dois vraiment inverser cette situation et faire des prochains mes meilleurs, pour atteindre mon objectif de podium."

back to top En