skip to content
Date
07 déc. 2016
Tags
Actu CIO , Lutte contre le dopage

Le programme de réanalyse des échantillons de Beijing 2008 et Londres 2012 témoigne de l'engagement du CIO en faveur de Jeux Olympiques intègres

Le Comité International Olympique (CIO) a annoncé aujourd'hui qu'à la suite du programme de réanalyse des échantillons de Beijing 2008 et de Londres 2012, 101 résultats d'analyse anormaux avaient été enregistrés. En juillet, le nombre s'élevait à 98, auxquels se sont ajoutés depuis trois nouveaux résultats d'analyse anormaux. Jusqu'ici, 88 sanctions pour dopage ont été délivrées.

La protection des athlètes intègres et la lutte contre le dopage sont des priorités absolues pour le Comité International Olympique (CIO), ainsi que le rappelle l'Agenda olympique 2020, la feuille de route stratégique du CIO pour l'avenir du Mouvement olympique. Afin de permettre à tous les athlètes intègres de concourir sur un pied d'égalité aux Jeux Olympiques de Rio 2016, le CIO avait pris un train de mesures spéciales, notamment des contrôles ciblés préalables aux Jeux et de nouvelles analyses réalisées sur des échantillons conservés depuis les Jeux Olympiques de Beijing 2008 et Londres 2012, selon un processus de collecte de renseignements entamé en août 2015 en consultation avec l’Agence Mondiale Antidopage (AMA), les Fédérations Internationales (FI) et les agences nationales antidopage (ONAD).

Ainsi que l'a déclaré Richard Budgett, directeur médical et scientifique du CIO : "Il s'agit là d'un parfait exemple de la coopération entre tous les membres de la communauté antidopage. Sans l'engagement total du CIO, de l'AMA, des FI et des ONAD, nous n'aurions pas été en mesure de garantir la réussite de ce programme."

À la suite de ces réanalyses, 41 athlètes qualifiés pour les Jeux de Rio avaient été suspendus.

Des échantillons prélevés lors des Jeux de Londres ont été réanalysés dans le cadre de l’enquête de Richard McLaren et il y aura probablement d’autres résultats d’analyse anormaux confirmés dans les semaines ou les mois qui viennent puisque le programme de réanalyse se poursuit en consultation avec l’AMA et les FI.

Les analyses complémentaires ordonnées sur les échantillons prélevés durant les Jeux Olympiques de Beijing 2008 et de Londres 2012 ont été effectuées au moyen de méthodes analytiques plus perfectionnées dans le but de détecter la présence de substances interdites qui n'auraient pas pu être décelées par les méthodes en usage au moment de ces éditions des Jeux Olympiques.

Pour information, un certain nombre d’analyses supplémentaires d’échantillons conservés depuis les Jeux de Beijing 2008 et de Londres 2012 avaient déjà été effectuées respectivement en 2009 et 2015, à la suite de quoi six athlètes avaient été sanctionnés. Le programme de réanalyse des échantillons de Beijing est terminé en raison du délai de prescription. 

Le détail des cas ne peut être communiqué qu’une fois la procédure achevée pour chaque cas et la notification de l’infraction aux règles antidopage dûment reçue par les athlètes concernés.

La réattribution des médailles n’est pas automatique; elle est déterminée par le CIO au cas par cas. Si le CIO décide de réattribuer des médailles, cette redistribution n’a lieu qu’une fois épuisées toutes les voies de recours possibles de la part des athlètes / équipes sanctionnées (soit lorsque toutes les procédures sont closes). À ce moment-là, le CIO se met en rapport avec le Comité National Olympique concerné qui avertit ensuite l’athlète ou les athlètes bénéficiant d’une réattribution de médailles. 

Pour de plus amples détails, veuillez consulter la feuille d'information jointe.

back to top En