skip to content
Date
01 juil. 2005
Tags
Actu CIO ,

Le président Rogge arrive à Singapour


Singapour dormait encore lorsque le vol SQ25 de Singapore Airlines, avec le président du CIO à son bord, s'est posé ce matin à 5h45 heure locale. L'aube n'avait pas encore commencé à poindre que Jacques Rogge faisait déjà les gros titres, accueilli à son arrivée par un groupe de médias singapouriens.
 
Pas un instant de répit
Au cours des dix prochains jours, le président Rogge aura un programme chargé: réunions, signatures d'accords de parrainage et conférences de presse, sans oublier la conduite des débats de la commission exécutive et de la Session du CIO! Et le ton est donné dès aujourd'hui : une rencontre avec les médias nationaux, suivie quelques heures plus tard de la signature avec Atos Origin, partenaire du CIO, d'une prolongation de contrat pour les Jeux Olympiques de 2010 et 2012.
Une décision serrée
Interrogé par les médias sur l'élection de la ville hôte des Jeux de 2012, prévue le 6 juillet, et ses pronostics, Jacques Rogge a déclaré: "je ne peux rien prédire car j'ignore comment les membres du CIO vont voter. Mais je sais au fond de moi que la compétition sera serrée. Il y aura peut-être une différence de – disons – une dizaine de voix, voire moins. Nous allons peut-être nous retrouver face à un scénario identique à celui que le CIO a connu à Monaco en 1993, lorsque Sydney l'a emporté de deux voix. Mais ce n'est que mon sentiment personnel. Ne m'en voulez pas si je me trompe! Nous allons tous devoir attendre.”
 
Une situation sans précédent
Et le président Rogge de poursuivre en expliquant que le CIO se trouve dans une situation sans précédent: "Le CIO a devant lui, pour la première fois de son histoire peut-être, cinq villes qui sont toutes capables d'organiser d'excellents Jeux. Cela signifie d'un côté que nous avons énormément de chance; de l'autre, cela signifie aussi que le choix de la ville hôte sera plus difficile que jamais".
 
Toutes gagnantes
Le président du CIO a également évoqué les avantages que les cinq villes en lice ont déjà retirés de leur candidature. "Au bout du compte, il n'y aura bien sûr qu'un seul vainqueur le 6 juillet", a-t-il dit. "Mais, le simple fait d'avoir participé à cette compétition a permis aux villes de se doter d'un patrimoine considérable, en rassemblant la population autour de leur projet olympique et en examinant un certain nombre de facteurs les concernant – elles aussi bien que leurs pays – comme la place du sport dans la société, leurs besoins en terme d'infrastructure ou encore la durabilité environnementale pour n'en citer que quelques-uns.”

  En savoir plus sur la session

Tags Actu CIO ,
back to top