skip to content
Le Président du CIO, Thomas Bach et le Sécretaire Général des Nations Unies, Ban Ki-moon, lors du Rélais de la flamme olympique IOC/Ian Jones

Le président du CIO transmet la flamme olympique au secrétaire général de l’ONU

À quelques heures de l’embrasement de la vasque olympique, le dernier jour du relais de la flamme de Rio 2016 a vu se dérouler un geste symbolique entre deux dirigeants d’organisations internationales qui œuvrent au service de l’humanité et partagent l’objectif commun de promouvoir la paix.

C’est dans le célèbre quartier d’Ipanema que le président du Comité International Olympique (CIO), Thomas Bach, a transmis la flamme olympique au secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (ONU), Ban Ki-moon, sur le chemin du stade Maracaña et de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Rio 2016.  

Le président Thomas Bach a reçu la flamme de son collègue olympien, le président du comité d’organisation de Rio 2016 et du Comité National Olympique brésilien, Carlos Arthur Nuzman. Les deux premiers relayeurs de cet illustre trio ont ajouté à l’émotion de cet instant particulier, tous deux ayant évoqué combien leur vie avait été positivement marquée par le travail des organisations représentées par les trois dirigeants.

IOC/Ian Jones

C’est la jeune Raissa Souza de Lima qui a transmis la flamme olympique à Carlos Arthur Nuzman. Raissa, âgée de 20 ans, est une des bénéficiaires d’un programme de Fight for Peace (FFP), une ONG oeuvrant dans le Complexo da Maré, quartier de favelas à Rio de Janeiro, avec le soutien du CIO et du CNO brésilien. Fight for Peace associe la boxe et les arts martiaux à un programme éducatif et de développement personnel afin de mettre à profit tout le potentiel des jeunes vivant dans des communautés minées par le crime, la violence et l'exclusion sociale. 

Élevée dans un environnement familial difficile, Raissa a bénéficié de l’aide de Fight for Peace et s’est mise au judo dans le but de contrôler ses émotions et sa peur. Elle travaille désormais comme assistante pour l’ONG et participe à l'enseignement de judo dispensé aux enfants. S’exprimant avant l’événement, elle a déclaré : “Sans l’aide de Fight for Peace, quelque chose de terrible aurait pu arriver. Les Jeux Olympiques à Rio marqueront assurément le Brésil pendant longtemps, de même que la vie des Brésiliens qui concourront. Étant moi-même judoka nourrissant le rêve de participer aux Jeux Olympiques, je serais très heureuse de pouvoir représenter mon sport et la jeunesse du  Complexo da Maré en portant la flamme olympique. C’est une part symbolique très importante de l’événement.”
   
Après avoir reçu la flamme du président Thomas Bach, Ban Ki-moon a poursuivi son chemin dans le quartier d’Ipanema jusqu’au point de rencontre où l’attendait la jeune Thaísa, 15 ans. Thaísa est passionnée de handball et grâce à son talent et ses efforts, elle a pu obtenir une bourse pour étudier dans une très bonne école privée. Douée sur le terrain, elle excelle également dans les études. Thaísa est bénéficiaire d’une initiative d’ONU Femmes, mise en œuvre dans l’État de Rio de Janeiro  grâce à une contribution de 600 000 USD de la part du CIO. 

Baptisée "One Win Leads to Another" (Une victoire en entraîne une autre), ce projet s'adresse à 2 500 adolescentes de 12 à 14 ans et s'appuie sur une série de programmes sportifs visant à renforcer les compétences de dirigeantes des jeunes femmes et à améliorer leur capacité à peser sur les décisions ayant une incidence sur leur vie à tous les niveaux. 

La transmission de la flamme entre le président du CIO et le secrétaire général de l’ONU symbolise et confirme les liens étroits de coopération unissant les deux organisations. Les Nations Unies ont depuis longtemps admis la contribution du sport au développement et à la paix. La coopération entre le CIO et l'ONU a joué un rôle déterminant dans la reconnaissance du sport comme moyen de promouvoir les objectifs de développement fixés au niveau international. En 2015, fait historique pour le Mouvement olympique et sportif, le sport a été officiellement mentionné comme un "partenaire important" du développement durable dans le programme de développement des Nations Unies à l'horizon 2030. 

Dans le droit fil de l'Agenda olympique 2020, feuille de route stratégique pour l'avenir du Mouvement olympique adoptée à l'unanimité en décembre 2014, le CIO croit fermement dans la capacité du sport à contribuer à la réalisation de quatre des 17 objectifs de développement durable (ODD) fixés par le programme des Nations Unies pour 2030 : permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge (ODD 3); parvenir à l'égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles (ODD 5); faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables (ODD11); promouvoir l'avènement de sociétés pacifiques et ouvertes à tous aux fins du développement durable (ODD 16). 
 
Pour reprendre les paroles prononcées l’an passé aux Nations Unies par le président Thomas Bach : “L’ONU et le CIO partagent les mêmes valeurs fondamentales de tolérance, de solidarité et de paix. Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, l’a très bien décrit : “ Les principes olympiques sont aussi les principes de l'ONU". “La mission du CIO est de mettre le sport au service de l’humanité. Nous savons bien que nous ne pourrons atteindre cet objectif qu’en partenariat avec d’autres. C’est pourquoi nous réaffirmons notre ferme engagement auprès des Nations Unies et de ses États membres à travailler ensemble, en partenariat, pour faire de ces objectifs communs une réalité”, avait ajouté le président du CIO.

La flamme olympique et son message de paix illumineront ce soir le stade Maracaña, alors que les olympiens de 2016 et supporters du monde entier fêteront ensemble, dans l’harmonie, l’ouverture des Jeux Olympiques de Rio 2016.
 

back to top En