skip to content
Date
23 oct. 2010
Tags
Actu CIO

Le président du CIO s’adresse aux ministres des Sports lors du premier Congrès mondial des sports olympiques


Des représentants de plus de 200 Comités Nationaux Olympiques (CNO) ont rencontré leurs ministres des Sports à l’occasion du tout premier Congrès mondial des sports olympiques, organisé par l’ACNO (Association des Comités Nationaux Olympiques) le 23 octobre à Acapulco, Mexique.

Les discussions ont porté sur des sujets d’intérêt commun tels que la lutte contre le dopage, l’éducation olympique, les femmes, le sport et le développement social, ou encore l’entraînement des athlètes de haut niveau. Maintenir une relation de collaboration fructueuse entre le Mouvement olympique et les autorités publiques est essentiel dans tous ces secteurs. C’est ce qu’a mis en avant le président du CIO, Jacques Rogge, durant son discours à la cérémonie d’ouverture.

Faire avancer des objectifs communs

“Nous visons une relation mutuellement bénéfique qui fait avancer nos objectifs communs” a déclaré le président du CIO. Et d’ajouter : “Nous savons que le sport ne pourrait se développer sans la coopération des autorités gouvernementales et publiques en général. Mais nous savons aussi que le sport peut apporter son soutien à ces dernières.”

Lutte contre le dopage et les paris illégaux

Le président Rogge s’est étendu sur les principales perspectives et gageures communes aux deux parties : “Le sport attire les jeunes, aussi peut-il être utilisé pour transmettre d'importants messages sur les valeurs et la santé, dans les écoles comme ailleurs. Nous pouvons faire appel au sport pour promouvoir l'activité physique et sensibiliser les jeunes aux dangers du VIH/SIDA et à sa prévention. Nous avons également un intérêt commun à lutter contre le dopage et les paris irréguliers. Ces deux fléaux menacent directement l’intégrité et les valeurs du sport.”

Préserver l’autonomie du sport

En présence des nombreux représentants gouvernementaux, le président du CIO a également souligné l’importance de préserver l’autonomie du sport : "Que signifie "autonomie du sport"" ? Permettez-moi de vous dire tout d’abord ce que cela ne signifie pas : cela ne veut pas dire que nous sommes au-dessus des lois ou que nous ne sommes pas tenus de respecter les principes de bonne gouvernance. Cela signifie simplement que le monde du sport et l’administration sportive devraient être libres de toute ingérence politique ou gouvernementale directe. Que les gouvernements ne devraient pas interférer dans les élections équitables des Comités Nationaux Olympiques ni chercher à imposer la sélection d’entraîneurs ou d’athlètes. Nous devrions pouvoir former librement des organisations, fédérations et clubs sportifs. Nous devrions pouvoir déterminer librement les règles du sport et établir les structures et procédures pour la pratique de celui-ci.” Et le président d’ajouter : “L’autonomie du sport s’appuie sur la nature unique de celui-ci. Le sport est une activité qui se pratique sur toute la planète et qui repose sur des normes mondialement acceptées de fair-play et de compétition équitable.”

Lire ici le discours intégral du président du CIO (en anglais uniquement).

Tags Actu CIO
back to top