skip to content
Date
22 janv. 2012
Tags
Innsbruck 2012 , JOJ

Le président du CIO répond aux questions des athlètes


Un participant letton au concours des habiletés en hockey sur glace; une joueuse de curling néozélandaise et une skieuse belge figuraient parmi les athlètes qui ont eu la possibilité de poser leurs questions brûlantes au président Jacques Rogge, samedi après-midi lors de la session des jeunes. En dépit d’un emploi du temps éreintant qui comprenait notamment la visite des 15 disciplines au programme, le président s’est prêté à l’exercice et est même parvenu à citer tantôt les noms, tantôt les exploits réalisés, évoquant ainsi l’impressionnant lancer frappé du Letton à plus de 140 km à l’heure, appelant la Belge Anna par son prénom ou rappelant encore que la boule d’énergie néo-zélandaise était cette minuscule curleuse à la voix si forte !!

Un grand nombre de mains se sont levées dans l’assemblée des participants venus questionner le président, lui-même ancien athlète olympique ayant représenté la Belgique en voile, sur tous les sujets depuis les nouveaux sports et les règles antidopage jusqu’aux moyens de concilier sport de compétition et études.

Naturellement, l’audience était impatiente de savoir ce que l’homme lui-même pensait du déroulement de ces Jeux. Souriant, il prit un moment avant de répondre : "C’était mieux que ce que j’aurais jamais pu rêver et c’est grâce à vous athlètes, grâce à votre comportement sur l’aire de compétition comme en dehors, et je vous remercie pour cela. Merci à vous tous", ajoutant plus tard : “je n’aurais pas pu être plus heureux.”

Son temps à la barre de l’organisation olympique arrivant bientôt à son terme, l’un des athlètes a demandé à l’instigateur des JOJ ce qu’il envisageait pour la suite : "Ma carrière future ?" réfléchit le président. "Eh bien, c’est très simple. Je terminerai mon mandat l’an prochain en septembre et puis je deviendrai président d’honneur du CIO et continuerai à assister aux Jeux mais sans responsabilité, sans me préoccuper du transport, de la sécurité ou des conditions météorologiques comme je le fais aujourd’hui. J’aurai tout mon temps pour profiter des différents sports, ce que je n’ai pas maintenant, et j’offrirai un bon programme culturel et éducatif à mes petits-enfants."

Et la session des jeunes s’est achevée par une ovation à l’homme par qui tout a commencé.

back to top