skip to content
Le President du CIO, Thomas Bach et la gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike IOC/Greg Martin
Date
18 oct. 2016
Tags
Tokyo 2020 , Actu CIO

Le président du CIO propose la création d'un groupe de travail quadripartite afin d'identifier d'éventuelles économies pour Tokyo 2020

La gouverneur de Tokyo, Yuriko Koike, a accepté aujourd'hui la proposition du président du CIO visant à créer un groupe de travail quadripartite pour revoir à la baisse le coût des Jeux Olympiques de Tokyo 2020.

Yuriko Koike, laquelle a pris ses fonctions au mois d'août, a en effet approuvé l'engagement d'un dialogue entre les quatre parties suivantes : le gouvernement métropolitain de Tokyo, le Comité International Olympique, le comité d'organisation de Tokyo 2020 et le gouvernement japonais. 

Thomas Bach, président du CIO, s'est dit "fortement mobilisé pour offrir des Jeux durables et faisables" et est persuadé que des "économies significatives" pourront être dégagées suite à un rapport intermédiaire produit par le gouvernement métropolitain de Tokyo. Ces économies viendraient s'ajouter à la somme de 1,8 milliard de dollars d'ores et déjà épargnée.   

S'agissant des éventuelles économies, le président du CIO a conseillé à la gouverneur de ne pas oublier deux principes clés. Il lui a tout d'abord rappelé que "le cœur et l'âme des Jeux Olympiques sont les athlètes et que leur expérience doit être respectée, les athlètes devant pouvoir se retrouver dans un seul et même endroit." Enfin, il a rappelé à la gouverneur les conditions qui avaient initialement permis à Tokyo d'obtenir le droit d'organiser les Jeux Olympiques de 2020. 

Ainsi que Thomas Bach l'a déclaré : "Ce que nous devons aussi respecter, c'est la compétition équitable à l'issue de laquelle Tokyo a été élue ville hôte des Jeux Olympiques il y a trois ans. Tokyo et le Japon l'ont emporté car ils avaient présenté un projet très convaincant." 

Et d'ajouter : "Selon moi, il est dans l'intérêt du Japon, du CIO et de Tokyo de ne pas changer les règles de la compétition après l'élection car nous savons tous que les Japonais et les Tokyoïtes sont des partenaires fiables qui respectent leurs engagements". 

Acceptant la création d'un groupe de travail quadripartite, la gouverneur de Tokyo a souligné la nécessité pour toutes les parties en présence d'œuvrer de concert et de tout faire pour livrer des Jeux Olympiques durables dans le droit fil de l'Agenda olympique 2020. Selon un rapport qui doit encore être parachevé, rédigé à la demande de la gouverneur Yuriko Koike, le coût de l'organisation des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 pourrait exploser par rapport au budget prévu initialement. 

Le président de la commission de coordination du CIO pour les Jeux de Tokyo 2020, John Coates, a indiqué à propos des chiffres communiqués dans le rapport : "Ce sont certes des chiffres qui nous semblent très élevés, mais nous sommes convaincus qu'en travaillant avec la gouverneur, le comité d'organisation de Tokyo et les autorités nationales, nous pourrons les réduire." 

Le président Thomas Bach a vivement encouragé la gouverneur de Tokyo à finaliser le rapport (le mois prochain selon elle) afin que le groupe de travail puisse se mettre à pied d'œuvre le plus rapidement possible. Et d'ajouter : "Nous serons prêts dès que vous le serez."

Après s'être entretenu avec la gouverneur Yuriko Koike, le président du CIO a rencontré Hirokazu Matsuno, ministre de l'Éducation, de la Culture, des Sciences du sport et de la Technologie, et Tamayo Marukawa, ministre en charge des Jeux Olympiques et Paralympiques. Les deux hauts responsables japonais ont eux aussi rappelé la nécessité pour toutes les parties prenantes de travailler main dans la main afin d'organiser des Jeux Olympiques durables et, partant, réussis à Tokyo en 2020. 
back to top En