skip to content
Date
29 juil. 2015
Tags
Actu CIO ,

Le président du CIO met l’accent sur les tout prochains Jeux et sur l’Agenda olympique 2020

À un peu plus d’un an de l’ouverture des Jeux Olympiques de 2016 à Rio de Janeiro, le président du Comité International Olympique (CIO), Thomas Bach, a déclaré aujourd’hui qu’il était “très confiant” dans la capacité des organisateurs à livrer de superbes Jeux l’été prochain.


Détaillant le contenu des discussions de la commission exécutive du CIO qui se sont achevées aujourd’hui même à Kuala Lumpur, le président Thomas Bach a informé les journalistes que le comité d’organisation des Jeux Olympiques à Rio de Janeiro se préparait bien en vue des 44 épreuves tests devant avoir lieu en prélude aux Jeux.

“La situation à Rio de Janeiro est toujours la même : de grands progrès accomplis mais pas de temps à perdre,” a confié le président du CIO qui fera le déplacement à Rio le 5 août prochain pour participer aux festivités marquant l’entrée dans la dernière année avant les Jeux. “Les travaux ont avancé de manière remarquable au village olympique et sur les sites sportifs. Les aménagements prévus au réseau des transports publics pour les Jeux seront prêts à temps et laisseront un formidable héritage à la population de Rio de Janeiro.”

Le président Thomas Bach a par ailleurs indiqué que le comité d’organisation admettait qu’il restait un certain nombre de sujets critiques à régler : “Les reconnaître est le meilleur moyen de s’y atteler. Je reste véritablement persuadé que nous assisterons à de magnifiques Jeux l’an prochain”, a-t-il assuré.

Le  président du CIO a également salué les avancées réalisées par les organisateurs des Jeux Olympiques d’hiver de 2018 à PyeongChang et par ceux des Jeux Olympiques de 2020 à Tokyo. Concernant ces derniers, il a ajouté qu’un excellent travail était effectué en conformité avec les réformes préconisées par l’Agenda olympique 2020, feuille de route stratégique pour l’avenir du Mouvement olympique.

“Nous constatons que l’équipe adhère pleinement à l’esprit de l’Agenda olympique 2020,” a-t-il commenté à propos de Tokyo. “Les sites aujourd’hui proposés sont à 50 % des sites déjà existants. Pour 26 des sports au programme, les sites ont déjà été approuvés. Une économie de 1,7 milliard de dollars (USD) a pu être réalisée par la révision du budget de construction de Tokyo 2020, sans compter les centaines de millions d’économies supplémentaires projetées grâce au nouveau projet de  stade par rapport à l’ancien.”

Le gouvernement japonais a récemment décidé de renoncer au projet retenu pour la conception du nouveau stade national en raison d'une hausse des coûts de construction. Un appel d'offres sera maintenant lancé afin de trouver une option moins coûteuse, une décision que le CIO respecte ainsi que l'a déclaré le président Thomas Bach.

"Nous sommes bien conscients du fait qu'il y a eu des changements considérables au niveau des coûts de construction par rapport au budget avancé à l'époque de la candidature", a-t-il ajouté. "Les coûts ont explosé. Le comité d'organisation et le gouvernement n'y peuvent rien. Aussi respectons-nous la décision qu'ils ont prise car nous savons qu'elle leur permettra d'offrir aux athlètes un stade ultramoderne."

De leur côté, les organisateurs des Jeux Olympiques d'hiver de PyeongChang 2018 enregistrent des progrès notables aussi bien dans les domaines de la construction que du marketing. Depuis la dernière réunion de la commission exécutive (CE) en juin, leurs objectifs de revenus ont augmenté de 21 %. Les membres de la CE ont également pris note du rapport de la présidente de la commission de coordination du CIO, Gunilla Lindberg, de retour de la cinquième revue de projet dans la ville hôte des Jeux Olympiques d'hiver de 2018. Cette dernière a souligné l'excellente qualité de la construction des sites et le renforcement de la collaboration avec les Fédérations Internationales de sports d'hiver, attribuant les avancées significatives enregistrées à la nouvelle structure du COJO.

Durant cette réunion de la commission exécutive, le point a été fait également sur la mise en œuvre de l'Agenda olympique 2020.

"Le Contrat ville hôte pour 2022 a été revu. Il sera rendu public pour la première par le CIO le 31 juillet", a indiqué le président Thomas Bach. "Le Contrat fait mention de l'importante contribution – plus de 800 millions d’USD – que le CIO devrait verser aux organisateurs des Jeux."

Le président du CIO est également revenu sur la réduction du droit de candidature, lequel passera de 650 000 USD à 250 000 USD, pour un niveau de services fournis par le CIO nettement plus élevé. Thomas Bach a rappelé que cette réduction s'inscrivait dans le droit fil de la Recommandation 3 de l'Agenda olympique 2020 visant à réduire le coût de candidature et qu'elle avait été rendue possible grâce aux 18 accords d'une valeur globale de 14 milliards d’USD signés par le CIO depuis les Jeux Olympiques d'hiver de Sotchi 2014. Ces solides bases financières permettent également au CIO de redistribuer plus de 90 % de ses revenus, soit chaque jour l’équivalent de 3,25 millions d’USD, pour aider les athlètes et le sport partout dans le monde.

"En l'espace de 15 mois, nous avons signé des contrats d'une valeur totale de 14 milliards de dollars, aussi souhaitons-nous faire bénéficier les villes candidates de ce succès", a confié le président Thomas Bach.

Le président du CIO a également indiqué que la CE avait approuvé un programme des sports innovant pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse de Buenos Aires 2018, lequel se traduira par une participation féminine record. "Il y aura plusieurs nouveautés et l'approche adoptée sera plus 'urbaine'. Ce n'est pas la population qui ira à la rencontre du sport mais le sport qui ira à la rencontre de la population."

Feront leur entrée au programme des JOJ à Buenos Aires en 2018 le BMX freestyle, le kitesurf et le handball de plage notamment. 

Tags Actu CIO ,
back to top